[Nouvelle] "Le coup de feu"

Pour les artistes > Les galeries EQ

Modérateur: Amrith Zêta

[Nouvelle] "Le coup de feu"

Messagepar Toomseuge sur 13 Déc 2004 11:30

Je viens d'écrire une nouvelle, et j'ai eu envie de vous la soumettre, histoire de recueillir quelques avis, et voir si elle fonctionne. Bonne lecture si vous décidez de me lire!

LE COUP DE FEU

Ça y est.

Le coup de feu me laisse sur le carreau.

Mes genoux heurtent le sol à mi chemin entre les tables douze et treize. Dans ma chute, mon regard glisse sur une rangée de couverts alignés par ma femme. Sur les serviettes blanches qu'elle dispose à longueur d'années sur nos nappes immaculées. Je m'effondre avec la délicatesse d'une pièce de viande échouée sur mon plan de travail. Et j'ignore encore tout de ce qui vient après. C'est la surprise du chef. Pour tout vous dire, je suis au comble de l'étonnement. Pas par ce qui m'arrive. Celà devait se produire tôt ou tard. Soyons honnête."On se mène la vie dûre!" comme le répète souvent ma femme. Je suis surpris par comment celà m'arrive. Dans ma bouche, le goût est fade. Je m'attendais à quelquechose de bien plus amer sans doute.

Une étoile, c'était bien. La deuxième est tombée par surprise. Je n'en demandais pas tant. C'était trop. Ma femme était aux anges. Il fallait en tirer de la fierté. Les clients se dédoublèrent eux aussi. Dans le métier, on appelle ça "le bouche à oreilles". Deux fois plus de bouches. Deux fois plus d'oreilles. Les employés en costume cravate des bureaux voisins rameutaient leurs collègues et leurs secrétaires. Ils s'attablaient à côté d'assortiments de jeune couples armés du guide des bonnes tables. Un filet de poisson aux courgettes pour la quatre! Les retraités en ballade s'étaient passé le mot eux aussi. Ils venaient faire leur pause gourmande. Du bout des doigts, ils scrutaient avec application ce que ma carte avait à leur offrir par dessus leurs lunettes. Prendrez vous un apéritif ? Les commentaires des anciens sur mes plats ne franchissaient pas le mur de brûme du coin fumeur où les jeunes gens de bonne famille se pressaient de prendre des airs graves et révoltés avec leur martini ou leur vodka orange. C'était horrible toutes ces histoires aux infos. Un maquereau aux groseilles pour la 15! Il fallait que la magie opère à tout prix. A quinze euros comme à trente. Je leur sortais un lapin de ma toque. J'utilisais des bouts de ficelle. Mes tartes flambaient et se renversaient. Sur mes simples conseils, les carafes d'eau se changaient en bouteille de vin à même de flatter les palets et les gosiers les plus exigeants. J'avais plus d'un tour dans mon sac. J'avais aussi un ulcère à l'estomac.

Le coup de feu de midi ne fait pas de cadeau. Tous les restaurateurs vous le diront. A l'heure de pointe, soit vous êtes un magicien, soit vous disparaissez. Jour après jour, la cohorte des estomacs des alentours vient gronder à la même heure. Il faut les contenter avant la reprise. Les apaiser à coup de hors d'oeuvres, le temps de jongler en cuisine. Tout va comme il veut à la table treize ? Le coup de feu de midi est un tir au ralenti. Une balle dont la trajectoire peut traverser une somme de dizaines d'années et de milliers de couverts s'il le faut. Tôt ou tard, elle vous fait payer l'addition.

De la cuisine, j' entends un brouhaha d'où sortent quelques phrases tronçonnées par l'ouverture du passe-plats devant ma femme qui attend. Je peux découper toute une série de carottes à la chaine ou dépiauter un poisson sans même m'en rendre compte. C'est comme mes médicaments pour l'estomac. Je ne me souviens jamais si je les ai pris ou non. En cuisine, les anecdotes échangées entre confrères lors de nos rares rencontres me reviennent en boucle. Le coup de feu, on vit avec. C'est le boulot qui veut ça. Mais y a un truc qui a le don de nous foutre en l'air. Tous les restaurateurs vous le diront. C'est le client qui ne paie pas. On a tous le nôtre tôt ou tard, et on ne peut rien faire. Parcequeque quoi que l'on fasse, on l'a dans l'os au bout du compte.

Dans la profession, le grand classique c'est l'histoire du banquet. Tout le monde la connait et la répète, mais personne ne pourrait dire le nom du pauvre type à qui elle est arrivée. C'étaient des fiançailles ou peut être un anniversaire. Celà varie selon celui qui raconte. Le déjeuner s'est bien passé. Plus de cinquante couverts, et tout le monde a mangé chaud. A la fin du repas, les convives se tapent sur le ventre. L'humeur est bonne. Celui qui invite se lève pour payer, mais les autres s'empressent de protester. Ce n'est pas à lui de payer. Ils vont tous mettre la main à la poche. Le gars qui est debout n'est pas d'accord. Il se tourne vers le traiteur amusé par ce petit manège et lui lance: "S'ils veulent tous payer, j'ai une idée! A votre signal, on sort tous faire la course autour de la salle des fêtes et le dernier de retour sur sa chaise paye pour tout le monde!" Au départ donné par le traiteur, tous les ventres pleins se ruent à l'extérieur. Lorsque notre homme comprend la ruse, il est déjà trop tard. Le voilà seul dans la salle avec cinquante couverts impayés et deux yeux pour pleurer.

Quelques années plus tôt, j'y ai eu droit moi aussi. J'aurais dû réagir plus tôt. Je l'avais aperçu à travers le passe-plats, alors que ma femme disparaissait avec un riz sauté aux crevettes sur le bras. Il devait avoir dix-huit ans à tout casser. J'aurais dû y aller tout de suite. Avale ton whisky et casse toi avant que je ne te botte le cul! Comme le traiteur dans la salle des fêtes, j'aurais dû réagir plus tôt. Au lieu de celà, je l'ai laissé descendre ses amuse gueules arrosés de whisky, son riz sauté aux crevettes, ses profiteroles et son café. Ma femme ouvre le passe plat. Le gars de la table cinq dit qu'il n'a pas d'argent. On ne veut pas y croire tant que celà ne nous est pas arrivé. Le gars sort en marchant. En le secouant, je ne fait que troubler sa digestion. Il me rote au visage. ça m'est resté sur l'estomac depuis, coup de feu après coup de feu. Les médicaments n'y ont rien fait. J'ai continué à les prendre pour ma femme, mais j'ai mieux en cuisine.

Lorsque ma femme ouvre le passe plats ce midi, je comprends tout de suite que ça recommence, rien qu'à voir comment elle me regarde. "Le gars de la treize" finit-elle par dire.

L'homme en costume cravate se lance dans un discours. "Je n'ai pas de quoi vous payer. J'ai oublié mon porte-feuilles". Enfin, j'imagine que c'est ce qu'il dit, parceque je n'entends plus rien. Les anecdotes de mes confrères me reviennent en boucle. Je peux tirer sur un homme sans même m'en rendre compte.

La détonation et les cris me sortent de ma léthargie. ça y est. Le coup de feu de midi m'a fait payer l'addition. Le corps ensanglanté n'a plus rien à dire. Je tombe à genoux entre les tables douze et treize. Et j'ignore encore tout de ce qui vient après.

A part que mon histoire alimentera les conversations de mes confrères. Les jeunes gens du coin fumeur prendront un air grave. Elle deviendra un grand classique, mais bientôt personne ne pourra dire le nom du pauvre type à qui elle est arrivée.
"Champagne for my real friends, and real pain for my sham friends!"
Toomseuge
Nègre de BHL
 
Messages: 284
Inscrit le: 08 Mar 2004 17:04

bravo

Messagepar Guigui sur 13 Déc 2004 12:09

:bravo:
Excellent !!! Vraiment bien joué ce petit twist. J'ai vraiment apprécié et le ton légèrement sarcastique devient de plus en plus pertinent lorsque l'on avance dans l'histoire. J'aime beaucoup. Dis moi ça sent le vécu tout ça : tu as bossé dans un resto, tu connais un restaurateur ?
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: bravo

Messagepar Toomseuge sur 13 Déc 2004 12:30

Ah! Merci Guigui! Je suis soulagé :D Ton avis est le tout premier puisque j'ai terminée la nouvelle hier soir, et je redoutais les critiques! Qu'un spécialiste comme toi apprécie me donne du courage!
En fait, je ne connais absolumet rien à la cuisine ni au monde de la restauration. Il y a quelques semaines de celà, j'ai mangé au restau avec des amis, et le restaurateur était assez bavare! Dans ces cas là, je prends pas mal de notes mentales au cas où... En gros, j'ai fait un assemblage d'anecdotes glanées au près de lui, et j'en ai fait une histoire: L'histoire du banquet est vraie, et le restaurateur nous a dit être toujours à la limite de péter les plombes à cause de clients qui ne paient pas. Quand au restaurateur qui a tiré sur un client, c'était un ami à lui d'après ce qu'il nous a raconté. Seulement le gars n'est pas mort, du moins je crois... :shock:
"Champagne for my real friends, and real pain for my sham friends!"
Toomseuge
Nègre de BHL
 
Messages: 284
Inscrit le: 08 Mar 2004 17:04

Messagepar Sabaha_K sur 13 Déc 2004 13:11

J'aime beaucoup l'histoire également, ainsi que le cadre. En tant que clients on imagine toujours la restauration, particulièrement la grande restauration, de notre petit point de vue pépère, confortablement installés aux tables, se faisant servir de bonnes choses. On imagine mal l'agitation et la pression énorme qui doit bouillir dans l'envers du décor. Donc un bon point pour le cadre de l'histoire.
Les histoires de types ordinaires qui pètent un câble me font toujours de l'effet, c'était bien mené, et effectivement avec un retournement de situation intéressant. Le style pourrait être un peu peaufiné, notamment sur certaines tournures de phrase, mais c'était tout de même bien rendu. Bravo !
Sabaha_K
lecteur de Closer
 
Messages: 89
Inscrit le: 27 Jul 2004 20:43
Localisation: Ici ou Là

Messagepar Toomseuge sur 13 Déc 2004 17:33

Merci Sabaha_k, je prends bonne note! C'est vrai qu'il y a certaines tournures de phrases un peu malheureuses, et il faut que je vérifie si tout fonctionne bien au niveau des temps aussi. Content que tu aies bien aimé sinon :)
"Champagne for my real friends, and real pain for my sham friends!"
Toomseuge
Nègre de BHL
 
Messages: 284
Inscrit le: 08 Mar 2004 17:04

Messagepar pink2 sur 13 Déc 2004 19:46

le verbe tranchant et du mot acéré tu nous gratifie de l'un de tes
meilleurs exploits culinaire!

j'adore!

le champ lexical culinaire qui joue à la fois sur le fil du meurtre et
du couteau de cuisine, goutu à souhait! on se régale
et on en redemande!

..Pink en direct de la table grenobloise
pink2
 

Messagepar Invité sur 14 Déc 2004 13:24

Connaissant tes écrits, cher pink2, je t'encourage vivement à poster tes nouvelles de science fiction sur ce forum! :wink:
Invité
 

Messagepar Guigui sur 11 Jan 2005 15:19

Anonymous a écrit:Connaissant tes écrits, cher pink2, je t'encourage vivement à poster tes nouvelles de science fiction sur ce forum! :wink:

A qui avons nous l'honneur ?!
Oui ce serait bien : plus vous êtes à poster vos oeuvres, mieux c'est pour les lecteurs avides de bonnes histoires ;)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar Toomseuge sur 12 Jan 2005 14:36

L'invité, c'est moi! J'ai oublié de m'inscrire avant de taper mon message! Je vais inciter Pink2 à poster une nouvelle de SF sympa ici, no problemo :D
"Champagne for my real friends, and real pain for my sham friends!"
Toomseuge
Nègre de BHL
 
Messages: 284
Inscrit le: 08 Mar 2004 17:04

Messagepar Mad sur 13 Jan 2005 21:21

Les histoires à retournement de situation, twists, etc. je trouve ça très intéressant, et en plus, c'est pas toujours facile à amener.
Jouer avec les mots, c'est aussi quelque chose de passionnant, car on s'aperçoit de toutes les possibilités de la langue et on peut encore en faire d'autres choses, pas à l'infini, mais beaucoup plus qu'on ne le pense.
De ce côté là de ton histoire, je trouve que c'est bien amené justement.
Mais j'ai eu un peu de mal a saisir la "chute" justement. J'ai hésité entre le trop évident et le pas assez, et j'hésite toujours. Il m'a fallu une seconde lecture de la fin pour mieux saisir (saisir, tu vois, moi aussi je prends champ sémantique gastronomique;) )

Si tu as d'autres histoires, montre-les-nous !!! :)
Last edited by Mad on 14 Jan 2005 18:18, edited 1 time in total.
Avatar de l’utilisateur
Mad
Jamais pris au radar
 
Messages: 3252
Inscrit le: 29 Fev 2004 15:35
Localisation: Bensalem

Messagepar Invité sur 14 Jan 2005 17:43

Merci pour ton commentaire Mad:) Pour répondre à la question que tu te poses, j'ai bien voulu laisser penser que le restaurateur se tirait une balle, alors qu'il tire sur l'homme. Rien de plus élaboré! Même si le coup de feu (dans les 2 sens de l'expression) finit par le clouer au sol comme s'il s'était pris une balle. D'ailleurs, il pleure sur son sort, au lieu d'avoir des regrets par rapport à sa victime.
Invité
 


Retourner vers ArtistiQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

cron