Recueil de scénarios

Pour les artistes > Les galeries EQ

Modérateur: Amrith Zêta

Recueil de scénarios

Messagepar Guigui sur 26 Aou 2004 14:41

Postez ici vos scénarios que ce ne soit que des projets dans un tiroir ou le scénario d'un projet arrivé à terme... :)

Tant que j'y suis je poste ici une des versions du scénario (pas la définitive mais presque) de mon court métrage vidéo JOUR DE VOTRE VIE co-écrit avec Christophe Thiry :

Image

INTRO : DEBUT D'EMISSION-CANAL ENNEIGE:

SCENE 1 – Extérieur Matin, Ville.
Vision d’une ville où tout semble aller pour le mieux : les voitures roulent, le trafic ressemblant à des veines organiques, circule bien. Tout est illuminé, plan large embrassant le plus gros de la ville. Plan en contre-plongée d’un immeuble…

VITESSE ACCELEREE. MUET. MUSIQUE RAPIDE. Des GENS sortent de leur maison avec un papier dans les mains. Ils ont tous un téléphone portable qu’ils tiennent bien calé contre leur oreille d'une main. Ils sont progressivement rejoint par d'autres qui courent dans la même direction si bien qu'ils finissent par former une véritable meute!! Pas un n'essaie de dépasser l'autre! Parmi eux se trouve au premier rang un homme vêtu de bleu : THOMAS.

Tous entrent dans un immeuble et dès que les derniers y sont entrés et au moment où la porte se referme, tout devient mort et silencieux. Bruit du vent qui souffle style ville fantôme de l'ouest.

FIN D' INTRO : FONDU AU NOIR


SCENE 2 – PUBLICITE A LA TV.
L'écran s'anime d'un seul coup, on y diffuse une pub (à l’ambiance très factice) pour l'émission interactive "Jour de Notre Vie". Une voix off très virile se charge de l'annonce avec horaires :

VOIX OFF :
Ce soir, pour décider du destin de Stéphane et de Jeanne ou de vos propres avatars n’oubliez pas de brancher votre téléphone sur le canal « Jour de Notre Vie » de 20h00 à 00h01.

Puis un personnage type « pub » apparaît et embraie sur l'importance de payer sa facture de téléphone :

PRESENTATEUR (charmeur) :
Demain soir un nouveau modèle de téléphone permettant non seulement de pouvoir se connecter sur « Jour de notre vie » à haut débit, mais en plus, et c’est une nouveauté, son forfait personnalisé permet d’avoir un sursis de 5 jours pour régler sa facture en cas d’impayé. Alors, pour pouvoir "ne pas être coupé du monde" procurez le vous !!! Maintenant !!!

(Introduction discrète des crédits et du titre dans la séquence).

CARTON FIN-PUB : « Ceci était un message du Ministère des télécommunications de l’Intérieur. »

- FONDU SCRATCH : CHANGEMENT DE CHAÎNE…


SCENE 3 – Extérieur Nuit, devant l’entrée d’un immeuble.
Thomas rentre chez lui. Marche tranquillement jusque devant son immeuble. Très haut, moderne. Tout à l'extérieur est très clean. Pas une saleté. Tout est net. Parfait. Plutôt bien éclairé. Il passe devant des affiches publicitaires pour "Jour de Notre Vie" et tapote fièrement la poche extérieure de son veston dans laquelle se trouve le reçu de sa facture qui dépasse un peu. Devant la porte principale de son immeuble, il s'arrête et fouille dans ses poches intérieurs et en ressort une carte d'accès qu'il fait glisser dans la fente du lecteur situé sur la porte d'entrée. Rien ne se produit. Réessaie plusieurs fois, rien.

QUELQU'UN s'approche de la porte également.

Thomas se retourne.

THOMAS :
Excusez-moi, ça ne marche pas. Je n'arrive pas à ouvrir…

Quelqu'un l'ignore et continue son chemin vers la porte. Il insert sa carte dans le lecteur. La porte principale s'ouvre. Quelqu'un entre, en ignorant littéralement Thomas.

THOMAS RESTE PLANTE DEVANT LA PORTE LES YEUX GRAND OUVERTS!!!

- FONDU SCRATCH : CHANGEMENT DE CHAÎNE.


SCENE 4 – Intérieur, nuit, appartement de Thomas, Vestibule.
La porte d'entrée est fermée. Thomas essaye donc de la défoncer une première fois, (à la manière très stéréotypée des feuilletons américains) en vain. Sa deuxième tentative est une réussite. Thomas entre donc violemment non sans vaciller légèrement de l'avant. Pièce sombre, assez vaste. Silence. Thomas tape dans ses mains, rien ne se produit. Il retape cette fois-ci de plus en plus fort et rapidement, pris de panique et d'impatience. Il stoppe net. Il regarde tout autour de lui et voit:

Une pièce vidée, baignée par la lumière nocturne et dont tous les meubles ont été déplacé vers le devant. Un pupitre au milieu ainsi que des chaises soigneusement agencées dans la pièces en deux rangées.

Thomas recule vers le couloir…

- FONDU SCRATCH : CHANGEMENT DE CHAÎNE.


SCENE 5 – Intérieur de l’immeuble de Thomas, Couloir.


… Il regarde le numéro de la porte et le compare avec sa carte, il voit "265" sur les deux objets. Il a l’air de ne pas comprendre…

Il entre à nouveau…


SCENE 6 – Intérieur, nuit, appartement de Thomas, Salon.Il inspecte à nouveau cette pièce en se déplaçant vers les meubles disposés à l'avant. Avance doucement, sourcils froncés, regarde chaque meuble. Il se tourne soudainement vers un mur et s'y dirige en courant…

… Il s'y arrête net devant et remarque une tache plus propre dessus qui délimite une forme rectangulaire. Il plaque sa main énergiquement dessus et la laisse glissé sur la tache propre.

THOMAS OUVRE GRAND SES YEUX.

THOMAS (angoissé) :
Bon Dieu! Mais où est-il?

Thomas entend un tapement de main venant de derrière lui. La lumière s'allume d'un coup. Thomas se retourne d'un coup vers la porte d'entrée, il sourit d'un air rassuré.

THOMAS :
Gilles, mais qu'est-ce que tu fais là? Si tu savais ce qui m'arrive depuis ce soir!

GILLES est accompagné de deux jolies jeunes filles qui n'arrêtent pas de sourire et de pouffer de rire. Il ne fait même pas attention à ce que dit Thomas et passe directement de l'entrée à une des chaises pour s'y asseoir ainsi que ses deux cruches qui l'accompagnent. Thomas s'arrête de rire aussitôt.

THOMAS :
Hé Gilles!! (pour lui-même) C'est une blague!!

D'autres PERSONNES entrent et se dirigent vers les chaises. Elles sont vite toutes occupées. Discussions.

UN TYPE EN NOIR entre. Air sérieux, pale. Se dirige vers le pupitre sans le moindre bruit. Silence s'abat dès qu'il entre. Il se place devant le pupitre. Ajuste quelque chose sur son oreille. Les Personnes font de même. Une musique de jeux télévisé démarre (style émission de jeu) aussitôt et le type en noir devient plein de vie et tout sourire!!!

TYPE EN NOIR :
Bienvenue! Bienvenues mes amis pour cette vente aux enchères exceptionnelle!!

Il y a de l'écho dans sa voix, comme s'il parlait dans un micro et faisait une animation. Les Personnes tout sourire applaudissent et rient. Les applaudissements et les rires semblent amplifiés comme s’ils étaient enregistrés!!

TYPE EN NOIR :
Cette soirée sponsorisé par Chocomex…

Type en noir fait un geste aux Personnes. La musique s'arrête net.

Les Personnes reprennent en cœur un "mmmmmmmmmmmmmm" plein d'envie à ce geste. même cela a l'air enregistré!! Le musique reprend immédiatement après le "mmmmmm".

Type en noir sourit.

TYPE EN NOIR :
… Le roi du petit dej vous est présenté par…

Même gimmicks mais cette fois-ci les Personnes reprennent en cœur le nom du Type en noir.

PERSONNES :
Roger Label!!

La musique reprend et Roger applaudit, bientôt suivit par les Personnes (toujours autant enregistré d'ailleurs).

ROGER :
Vous êtes formidable!!

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
De son point de vue il n'y a pas de strass, de rires enregistrés, seulement une dizaine de personnes inclus Roger qui font leurs enchères sans même le remarquer. Il reste pantois les yeux GRAND OUVERTS!!!!!!!!!!!

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
ROGER (musique reprend) :
A présent mesdames et messieurs le LOT NUMERO UN!!!

Applaudissements enregistrés des Personnes. Une jolie pin-up entre dans l'appartement en levant une pancarte pailleté où il est inscrit: "Lot numéro 1". elle se dirige vers le pupitre et pose la pancarte.

ROGER (Hors champs) :
Cette magnifique armoire en merisier naturel d'une valeur de 38 eurofrancs comblera parfaitement le vide de votre hall d'entrée. Mais pour cela il faudra le…

La pin-up présente l'armoire tel un numéro du juste prix…

PERSONNES :
Gagner!!!

ROGER :
Vous êtes formidable!!

Roger a subitement un geste de pseudo chef d'orchestre et la musique s'arrête net. Lui-même perd son sourire et redevient sérieux. Les personnes aussi.

ROGER (fixe les Personnes tel un magicien) :
Attention! Le prix de départ et de 168, je répète 168 eurofrancs… Qui dit mieux?

Les Personnes se regardent tous.

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Thomas qui observe la scène, s'avance subitement.

THOMAS(à l'assistance) :
Mais vous trouvez ça drôle ou quoi? Qu'est-ce que vous foutez chez moi? J'ai un feuilleton à jouer moi! Vous ne voulez pas que j'arrive au bout? C'est ça?

Personne ne réagit à ses remarques et les Personnes continuent de se regarder.

THOMAS :
Mais répondez bon Dieu ou j'appelle la police!!

Pas de réaction.

QUELQU'UN lève le bras.

Thomas soupire de soulagement.

QUELQU'UN #1 :
200--

Thomas ouvre les yeux du plus grand qu'il peut!!

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
Retour a l'ambiance préfabriquée, Roger pointe Quelqu'un #1 du doigt avec fierté.

ROGER :
200 pour monsieur!!

Une FEMME se lève.

FEMME :
400!!

ROGER :
400 une fois… 400 deux fois… 400 trois fois… ADJUGE A MADAME!!!

La musique recommence, applaudissements enregistrés des Personnes.

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Thomas pleure accroupi au coin du mur du fond. Il secoue la tête comme pour dire non à toute cette comédie.

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
ROGER SE RETOURNE VERS LES PERSONNES.

ROGER :
Et maintenant…

Roulement de tambour. Lumière ambiante qui devient bleue sombre.

ROGER (reprend son regard à la David Copperfield) :
… L'objet tant attendu de la soirée…

Il plonge doucement sa main dans sa veste tel un magicien raté avec des gestes exagérés tout en fixant les gens.

ROGER :
… Le…

Il sort subitement sa main de sa veste avec un combiné téléphonique.

ROGER :
… TELEPHONE!!

L'objet est customisé avec des auto-collants dessus. Il est blanc. La lumière revient d'un coup à cette mention. Applaudissements et réactions d'étonnements enregistrées. Des paillettes tombent du plafond. Musique revient aussi.

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Thomas se lève d'un coup.

THOMAS (la tête entre les mains) :
NON!!!!!!!! ARRETEZ!!!

Personne ne fait attention à lui.

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
Roger repose le combiné sur le pupitre et se remet à fixer les Personnes. roulement de tambour et lumière bleue de nouveau avec des spots blanc qui éclaire l'objet. Roger regagne son sérieux subitement et fixe la salle de son faux air de magicien. Le public regagne son silence.

ROGER :
Cet objet…

Reprend le combiné et le remontre au Personnes de part en part de l'assemblée toujours avec son regard de magicien, comme s’il tentait de les hypnotiser.

Les Personnes déshabillent littéralement ce téléphone du regard!! Ils sont en totale admiration devant lui, la bouche grande ouverte et les yeux écarquillés. Suivent touts ce combiné du regard!! Hallucinant!!!

ROGER :
… est mis a prix à…

Les Personnes ont toujours la même expression et boivent les paroles de Roger. Sont suspendues à ses lèvres!!!! ils retiennent tous leurs respiration!!

ROGER (calmement) :
…90000 Eurofrancs….

PERSONNES (étonnés; impressionnés) :
Ooooooooooooh!!

Un silence s'établit parmi les Personnes. Tous se regardent.

QUELQU'UN #2 se lève.

TOUS LES REGARDS DES PERSONNES SE BRAQUENT SUR LUI!!!

QUELQU'UN #2 :
100000.

Réaction d'étonnement enregistrée.

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Thomas qui regarde tout du devant de la scène, écarquille les yeux.

THOMAS (en colère) :
MAIS CA VA PAS, NON? TU VAS PAS CLAQUER TOUT CA POUR CA! C'EST A MOI EN PLUS!

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
Quelqu'un #2 se rassoit calmement.
Une TROISIEME PERSONNE se lève.

PERSONNE #3 :
250000.

ROGER POINTE SON DOIGT VERS PERSONNE #3:

ROGER :
250000 pour Monsieur, c'est show!!

QUATRIEME PERSONNE SE LEVE:

PERSONNE #4
400000!

ROGER TOURNE SON REGARDS VERS LUI:

ROGER
400000 Eurofrancs!!!

CINQUIEME PERSONNE SE LEVE:

PERSONNE #5
Non 500000!!

SIXIEME PERSONNE SE LEVE:

PERSONNE #6
800000!!!

Les Personnes surenchérissent de plus en plus (mais ils ajoutent quand même moins au fur et à mesure) si bien que la cohue devient générale. Ce pauvre Roger ne sait plus ou donner de la tête et annonce des mises a la volée, complètement arbitrairement!!!! Il ne suit plus le rythme!!

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Il s'asseoit sur une canapé et se tape le front du plat de sa main.

THOMAS (pour lui-même) :
Ils sont tous CINGLES!!!!

- FONDU SCRATCH : CHANGEMENT DE CHAÎNE.


SCENE 7 - Intérieur séjour, quelques temps plus tard .

POINT DE VUE DES BŒUF:
Roger est devant son pupitre, hors d'haleine et suant à grosses goûtes. Les Personnes sont affalés sur leurs chaises dans le même état.

ROGER (à bout de souffle) :
La dernière mise à prix était de 950000--

QUELQU'UN lève faiblement une main.

QUELQU'UN (voix cassée) :
Non…951000…

Roger acquiesce d'une main pour ne pas continuer le débat.

ROGER :
951000 une fois…

Roulement de tambour. Les Personnes se regardent toutes à nouveau…

ROGER (remis en forme comme par miracle) :
951000 deux fois…

LES PERSONNE RETIENNENT LEUR SOUFFLE…


ROGER :
951000…
(silence)
TROIS FOIS!!!
(sourit)
ADJUGE POUR MONSIEUR!!!

La lumière devient éclatante!! Bruit de sirène comme lorsque l'on décroche le pompom. Applaudissements déchaînés de la foule… et enregistrés!!!!!

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
THOMAS (cadre normal) :
NOOOOOOOOOOOOOON!!!!!!!!! PAS MON TELEPHONE!!!!!!!

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
Quelqu'un va chercher son prix. Se dirige vers le pupitre en s'épongeant le front sous les ovations enregistrées du publique. On dirait qu'il y a au moins 100 000 personnes dans l'appartement!! Tout le monde pleure sans exception comme des gosses.

POINT DE VUE DE THOMAS (scratch) :
Thomas lui barre la route (tout redevient normal bien sûr) en le poussant violemment, son reçu toujours à la main. Quelqu'un #2 tombe à terre.

THOMAS :
VOUS COMPRENEZ PAS! C'EST UNE ERREUR! ‘VERREZ SI CA VOUS ARRIVE!

POINT DE VUE DES BŒUFS (scratch) :
Quelqu'un se relève, se dirige vers le pupitre impassible. Les personnes rient en cœur. Sous une ovation, Roger serre la main à Quelqu'un 2 avant de lui remettre le prix. puis Quelqu'un #2 lève le prix au ciel sous l'œil du public en délire enregistré total.

- FONDU SCRATCH : CHANGEMENT DE CHAÎNE.


SCENE 8 - Extérieur Nuit, Immeuble de Thomas.

Thomas est assis et transis de froid sur un escalier, il tremble, mal rasé. Il rit aux éclats. Seul son rire perce le silence de mort qui règne. Rue lugubres, humide et sale. Rien à voir avec la rue propre du début. Il se met à pleurer tout en riant. Se prenant la tête entre les mains, tenant encore son reçu.


- CANAL ENNEIGE – CARTON HABILLAGE TV :

- SI VOUS VOULEZ QUE THOMAS S'EN SORTE, Appelez le 08 002 003 004 00
ou
- SI VOUS VOULEZ QUE THOMAS SE SUICIDE, Appelez le 08 001 002 004 00



- FIN D'EMISSION-CANAL ENNEIGE.

Voilà, ça devrait aider à la compréhension de certaines scènes pas toujours très claires. :pepep:
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Derrière la Porte

Messagepar Guigui sur 11 Fev 2005 20:13

Voici une autre version d'une scénario d'un de mes courts vidéos (2001) :

‘DERRIERE LA PORTE’

Image

- Petit clip de 4 ou 5 minutes, en noir et blanc et muet. Atmosphère étrange, intrigante et en même temps « normal ».

______________________

Scène 1 :

Une rue vue en contre plongée, la nuit. Un escalier en arrière plan, des buissons avec pour seul éclairage un réverbère solitaire. Un petit croisement de route, dans un quartier résidentiel …

Un homme marche dans la rue, seul. Il porte une sacoche, et est vêtu d’un grand manteau noir. Il semble pressé de rentrer chez lui après une dure journée de travail. (Plan unique).


Scène 2 :

Le rez-de-chaussé d’un immeuble. La porte est en verre et en fer, c’est assez mal éclairé. L’entrée est jonchée de boîtes aux lettres. Il y a 2 ascenseurs, l’un pour les étages pairs, et l’autre pour les étages impairs. Il y a aussi des escaliers en plein milieu de l’espace où se trouvent les 2 ascenseurs.

Le même homme pressé, qui a l’air d’être une personne assez aigrie, a passé la porte et se dirige, toujours rapidement, vers l’un des ascenseurs. En arrière plan, un homme étrange ouvre et ferme sans cesse la porte d’entrée.
Il s’arrête devant un des ascenseurs. Il attend que les portes de celui ci s’ouvrent. Puis il entre. Il appuie sur le bouton du 14ème étage. L’ascenseur de réagit pas, il semble hors service. L’homme ré appuie à tout hasard, mais toujours aucune réaction de l’ascenseur. Il se résigne alors à prendre les escaliers pour rentrer enfin chez lui.


Scène 3 :

Des escaliers en assez mauvais état, en tout cas très peu esthétiques. Avec des barreaux blancs. Et toujours l’homme étrange qui ouvre et ferme les portes.

L’homme a déjà monté plusieurs étages, il commence à être fatigué. Il monte de plus en plus péniblement les marches, presque comme s’il souffrait. Il arrive au 12ème étage, il souffre de plus en plus. L’homme étrange qui ferme et ouvert continuellement les portes est toujours en arrière plan, mais là, il ferme la porte définitivement et disparaît. L’homme alors ne souffre plus, il atteint le 13ème étage il le sait car il regarde les inscriptions des numéros d’étages sur les portes des ascenseurs. Il est presque rentré chez lui, il ne souffre plus.
Alors qu’il a monté les derniers escaliers le menant normalement au 14ème étage, il arrive une fois encore au 13ème étage. Il croit ne pas avoir fait attention et remonte alors d’un autre étage. Et il tombe alors à nouveau sur le 13ème étage. Il est alors interloqué, ne comprennent pas, il regarde autour de lui. Puis il descend en courant les escaliers. Il atterrit encore au 13ème étage. De la terreur commence à pouvoir se lire sur son visage : qu’il monte ou descende les escaliers il se retrouve toujours au 13ème étage.


Scène 4 :

Le 13ème étage, avec ses murs en crépis ocre, et ses sols de moquette trop usagée. Diverses portes le tapissent.

L’homme a abandonné depuis longtemps de s’enfuir de cet endroit pourtant banal où il semble prisonnier. Il est assit depuis plusieurs heures, à réfléchir… Puis il regarde les portes, toutes les portes. « Il doit bien en avoir une où se trouve quelqu’un ou quelque chose, c’est pas possible !!!… » Il se lève et commence à observer les portes, à sonner, à frapper contre, à appeler au secours… Il passe de porte en porte, en criant, pleurant à qui voudra bien lui donner une réponse, et, pourquoi pas, une sortie…
Mais rien n’y fait, personne ou rien ne répond, ni n’apparaît. Il essaye d’appeler les ascenseurs, sans doute pour l’énième fois. Il se creuse la tête réfléchit encore à ce que signifie ce qui lui arrive… Il ne trouve bien entendu aucune explication, ni aucuns réconfort.
Il se rassit, résigné. Il abandonne. Il est fatigué, dans tous les sens du terme. Il ferme les yeux, en soupirant…


Scène 5 :

Des couloirs, de longs couloirs lugubres où se trouvent de nombreuses portes les unes en face des autres, les unes à côté des autres…

L’esprit de l’homme semble se balader dans un endroit remplies de portes, toutes closes, dans des couloirs longs et étroits. Il passe d’un couloir à l’autre, mais c’est le même spectacle qui s’offre alors : des portes, que des portes… Il continue pourtant à passer, de couloirs en couloirs, inlassablement. Il finit quand même par tomber sur un couloir au fond duquel se trouve une porte entrouverte. Il s’avance…


Scène 6 : Retour au 13ème étage…

L’homme s’était endormis, il est maintenant nu, mais ne semble pas le remarquer. Il est assis prêt d’une porte, adossé contre le mur. Et il semble apercevoir de la lumière par le judas, il regarde intrigué puis espérant. On peut voir le reflet de la clenche de la porte dans son œil. La clenche de la porte d’abaisse, la porte va s’ouvrir…


- écrit, réalisé et monté par Matthias Guillaume
- L’homme : Jérémy Huggein
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

BD

Messagepar Guigui sur 11 Fev 2005 20:22

Encore autre chose : ce n'est pas vraiment un scénario, plutôt une sorte de synopsis détaillé, pour une petite BD de 4 pages qui s'apparente à une nouvelle c'est l'argement suffisant, surtout qu'il n'y a aucun dialogue. Cette BD à été réalisé en eau forte (gravure) en 2001 ou 2002 je me souviens plus exactement et devant l'ampleur de la tâche je me suis arrêté au bout d'une page... :P

- Exposition :

Extérieur, ville : Un vieil homme se promène avec pour seule compagnie son chien, qui d’ailleurs est l’objet de cette promenade. Il semble au moins las, cherchant de l’intérêt en regardant attentivement son chien.
Intérieur, Immeuble, entrée : Il entre dans l’immeuble afin de regagner son domicile. Il remarque quelques personnes près des boîtes aux lettres, son visage s’illumine presque à cette vision. Il est ravi, joyeux, d’apercevoir d’autres personnes, il se montre chaleureux, au point d’en oublier son chien.
Intérieur, Ascenseur : En prenant l’ascenseur, il est rejoint par 2 des personnes dont l’aigreur se lit sur le visage et qui regardaient leur courrier précédemment.

- Nouement :

- Premier évènement dramatique : Intérieur, Ascenseur : Se montrant aimable le vieil homme essaye d’entamer la conversation avec les 2 personnes qui, manifestement ne l’écoute absolument pas. Il parle dans le vide avec un désespoir dissimulé, tandis que les autres continuent de l’ignorer, exaspérés…
Intérieur, Immeuble : Finalement l’ascenseur amène les 2 personnes à leur étage, laissant le vieil homme seul, blessé, dans l’ascenseur qui termine sa course, le déposant enfin. Le vieil homme est vexé, et pensant encore à ce qui vient de lui arriver en oublie de bien fermer sa porte.
Intérieur, Appartement : Le vieil homme, qui semble vivre seul s’est endormi sur son fauteuil, se réveille. Il appelle son chien. Celui-ci ne vient et ne répond même pas… Inquiet le vieil homme se lève. Il sort de son salon et va dans le couloir, et là il voit qu’il avait oublié de fermer la porte d’entrée, du fait de son attention encore portée à ce moment là, à l’humiliation dont il fut victime dans l’ascenseur ; et son chien était sans nul doute sorti.
Intérieur, Couloir : Inquiet pour son chien, le vieil homme frappe aux portes voisines afin de demander de l’aide, mais personne ne répond. Il décide alors de descendre quelques étages pour demander de l’aide. Il frappe encore à une porte. Il voit dans le couloir un jeune garçon et lui demande pour son chien, mais celui ci se met à pleurer et part. Il continue alors sa course et tombe sur une des personnes de l’ascenseur Le vieil homme demande son aide : s’il n’a pas vu son chien. Là, la personne qui fini par en avoir marre de voir ce vieux bonhomme, l’engueule en lui disant qu’il en a marre de le voir. Marre de le voir à chaque fois errer dans les couloirs pour venir « emmerder le monde » à mendier une conversation. Puis, alerté par le raffut la 2ème personne arrive et en rajoute et lui indique par une fenêtre que son chien est dans la rue… Le vieil homme décide alors de partir mais les 2 personnes en continuant de balancer leurs reproches, l’en empêche. Finalement le vieil homme part enfin.
Extérieur, rue : Le vieil homme entreprend de rejoindre son chien dans la rue…

- Dénouement :

- 2ème évènement dramatique : Extérieur, rue : En plein milieu de la route, le vieil homme est témoin de la mort de son chien qui se fait écraser par une voiture.
Intérieur, Ascenseur : Le vieil homme est debout, sombre, dans un coin de l’ascenseur. Il a laissé son chien dehors (à moins que ce ne soit un autre jour, un peu plus tard). A côté de lui se trouve une vieille dame, une mère et son enfant, des personnes enclins à la moindre conversation. Mais le vieil homme reste sombre, ailleurs, comme s’il avait perdu « quelque chose » en plus de son chien… Amer...


Image
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks


Retourner vers ArtistiQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 5 invités

cron