STAR TREK : Les films

Avatar pourri ? The Dark Knight chef d'oeuvre ? You decide !

Modérateur: Amrith Zêta

Quel est votre film Star Trek préféré ?

STAR TREK THE MOVIE
2
5%
STAR TREK II : la colère de Khan
9
25%
STAR TREK III : à la recherche de Spock
1
2%
STAR TREK IV : Retour sur Terre
2
5%
STAR TREK V la dernière frontière
1
2%
STAR TREK VI : Terre Inconnue
3
8%
STAR TREK GENERATIONS
3
8%
STAR TREK : First Contact
10
28%
STAR TREK : Insurrection
1
2%
STAR TREK : Nemesis
3
8%
 
Total votes : 35

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Jean miX.L. sur 09 Mar 2009 16:54

Guigui a écrit:Après une première bande annonce bien bourrine, en voici une (la finale je pense) qui laisse mieux appréhender ce nouveau STAR TREK...



Le film n'a pas l'air d'être sans émotions. Eric Baba en méchant Romulien semble super crédible "James T Kirk is a geat man, but in another life" (bref, dans le futur "original" avec Shatner). Et Pine me semble assurer en KIRK d'ailleurs avec son petit regard "d'en dessous" à Uhura : bref ça le fait ! :)


Ce trailer est très efficace en tous cas ! J'espère que le film sera à la hauteur !
Image
Avatar de l’utilisateur
Jean miX.L.
Créatif multi-fonctions
Créatif multi-fonctions
 
Messages: 597
Inscrit le: 02 Fev 2005 10:32
Localisation: 71

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar N°6 sur 14 Mar 2009 15:44

Ce trailer fait un carton sur le Net, téléchargé plusieurs millions de fois en quelques jours sur i-tunes, ce qui trahit évidemment l'intérêt soulevé par ce 'reimagining' de Trek. Pour ma part, comme je l'ai déjà dit, cette nouvelle mouture ne m'intéresse pas, le rebooting démontrant (si besoin était) que l'univers trek est arrivé au bout de son expansion et a commencé à se rétracter. En plus cette bande-annonce semble annoncer un actioner sf, ce qui est quand même un comble pour "Star Trek". "Every saga has a beginning", proclamait l'affiche de "The Phantom Menace"; mais toutes les sagas ont aussi une fin, pas vrai, d'ailleurs ce même film l'a bien démontré. :cow:
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Guigui sur 15 Mar 2009 18:55

Tu m'étonnes que ce trailer fonctionne : il est quand même vachement bien il faut dire : c'est vrai que c'est très accès sur l'action mais on sent bien que l'émotion sera de la partie. J'espère donc un film équilibré du coup. Quelque part c'est vrai ce que tu dis que la saga fut au bout de son expansion, que tout a été dis, mais peut on l'en blâmer après 6 séries avec presque 800 épisodes et 10 films sur 4 décennies ? Du coup, même si je ne suis pas forcément 100% d'accord avec l'orientation de ce reboot, je lui trouve de plus en plus de légitimité au moins de plus en plus de pertinence. Maintenant il faut voir ce que ça va donner... Si c'est fun et dépaysant le pari sera gagné car la série originale l'était pas mal. Le seul truc qui me fait peur c'est la faiblesse du côté SF, car une histoire de voyage dans le temps et de destruction de planète c'est du déjà vu et c'est assez léger niveau histoire...
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

comics

Messagepar Guigui sur 25 Mar 2009 22:03

En attendant voici des spoilers et une critique très détaillée et éclairée du comics STAR TREK COUNTDOWN qui révèle ce qui s'est passé dans l'univers STAR TREK 8 ans après le dernier film : NEMESIS... Hé bien c'est passionnant, je trouve qu'ils auraient limite dû faire un film de cette histoire pour en faire un dyptique avec le film à venir... Ça aurait fait une magnifique conclusion à la Next G avec Spock en prime !!!

Pour lire tout ceci c'est par là

Image
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 26 Mar 2009 13:44

Bonjour à toutes et à tous. :maitr:

Merci à Guigui de m'avoir invité à rejoindre votre forum. :)

Pour présenter brièvement ma relation à Star Trek, j'ai une parfaite connaissance des 736 opus canoniques de cet univers, et de la plupart des romans et BD non canoniques.
Je m'efforce depuis quelques années de réhabiliter sur les places francophones et anglophones le Star Trek de Rick Berman, très indûment et scandaleusement décrié.

J'ai été l'un des premiers à fulminer contre le film de JJ après en avoir vu 25 minutes.
Suite à quoi, j'ai (entre autres) initié un topic assez dense... qui fut hélas verrouillé !

J'ai toutefois fini par accepter les règles du jeu du film de JJ dès lors que ses auteurs ont annoncé qu'il allait prendre place dans un univers entièrement parallèle... et y rester à la fin !

Hormis peut-être pour l'énorme différence d'âge entre Kirk et Pike, et l'apparence très 23ème siècle des Romuliens (Nero et ses séides) venus pourtant du 24ème siècle de l'univers originel, toutes les (nombreuses) autres divergences devraient plus ou moins pouvoir s'expliquer par l'univers parallèle.

Il n'en demeure pas moins que :

1) Développer un univers totalement parallèle (et qui le restera) - prétendument issu de l'univers originel - est une façon astucieuse mais peu scrupuleuse de "niquer les canons" tout en restant canonique.
Commercialement c'est admirable, mais scénaristiquement pas du tout !

2) L'univers originel, celui du véritable Star Trek (TOS-TAS-TNG-DS9-VOY-ENT), méritait vraiment d'être développé sans tricher.
Il n'y a pas pire façon d'insulter le vaste univers Star Trek que de prétendre le réduire aux personnages cultes de Star Trek: The Original Series, à un trio super-héroïque Kirk-Spock-McCoy à la mode de DC ou Marvel et destiné à alimenter de périodiques recasts et remakes selon la piètre recette "comicsienne" Batman & Co.
Ce qui rendait Star Trek unique, c'est de n'avoir cessé de s'étendre dans le temps et dans l'espace durant quarante ans, c'est d'avoir conservé envers et contre tout une cohérence pesante et profonde, c'est d'avoir évité la facilité des super-héros et du manichéisme, c'est de n'avoir pratiqué aucun culte de la personnalité. Et c'est d'avoir fait dire un jour (dans ST DS9 02x23 Crossover (Entrelacs)) à l'une des protagonistes, Kira Nerys : "- Kirk ? Jamais entendu parler !".

3) Il convient d'appréhender le film de JJ non plus en terme de violations de canon, mais en terme de violation d'esprit, ce qui tout bien considéré est beaucoup plus grave !
De nombreux signes laissent penser que le prochain film tiendra plus de Star Wars que de Star Trek. Et que l'on aime ou pas Star Wars, Star Wars est objectivement l'antithèse de Star Trek !

4) Le monomythe de Joseph Campbell est un artifice - pour ne pas dire un tic - de la fantasy qui a fini par polluer la plupart des SF contemporaines.
Voyez plutôt, c'est édifiant : le jeune Kirk est l'Elu, le "chosen One" ; il va devoir choisir sa voie entre le côté obscur et le côté lumineux ; il va être "initié' par Pike et par Spock-Nimoy érigé en véritable guide spirituel, en maître campbellien ; et il deviendra finalement un super-héros pour l'éternité (et dans tous les univers).
Pouah ! Qui n'a pas vu et lu cette histoire pathétique des milliers de fois ? C'est devenu le niveau zéro de la SF. Et c'est précisément ce que le Star Trek de Gene Roddenberry et de Rick Berman avait adroitement su éviter
Mais "grâce" à JJ Abrams, Star Trek va tomber à son tour dans ce truisme. Evidemment, tout le monde va adorer, car ça va donner cet insupportable côté Star Wars super-branché qui manquait tant à Star Trek... :roll:

5) Tout ce que JJ Abrams, Roberto Orci, et Alex Kurtzman ont fait jusqu'à maintenant est tape-à-l'œil, clinquant, creux, bancal, et incohérent.

6) Je soutiens (preuves à l'appui) que la série Enterprise a apporté plus de cohérence à l'univers Star Trek qu'elle ne lui en a enlevé, et je soutiens (preuves à l'appui) qu'Enterprise ne comporte pas plus de défauts que les cinq autres séries de la franchise. Il est impardonnable qu'elle ne se soit pas poursuivie durant sept (voire dix) ans car elle possédait suffisamment de matière pour cela.

7) Il est très probable que le prochain film fasse un tabac au box-office, car le succès d'un film est avant tout affaire de marketing. Et cette fois, Paramount s'en est vraiment donné les moyens.
Il est même tout à fait possible que le prochain film plaise à la plupart des trekkers, y compris moi-même. Mais paradoxalement, c'est ce qui me fait le plus peur ! Car cela impliquera automatiquement que le Star Trek originel, son style, son univers, et tout ce qui le rendait unique, seront définitivement morts - et cela avec la bénédiction des trekkers !

En d'autres termes, que le film de JJ plaise ou non aux trekkers, qu'il soit ou non réussi, qu'il ait ou non du succès, il composera le requiem de Star Trek :
- si ce film a du succès, il y en aura ensuite beaucoup d'autres du même genre, et des séries aussi, et Star Trek deviendra alors une marque de lessive...
- si ce film n'a pas de succès, la franchise sera alors enterrée pour très longtemps...

Dans tous les cas : Star Trek - Requiescat in Pace. :jc:

Yves Raducka
Last edited by yrad on 26 Mar 2009 19:05, edited 3 times in total.
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 26 Mar 2009 13:51

J'ai également signé cette critique du comics Star Trek: Countdown.

Pour faire aussi court que ma critique fut longue, Star Trek: Countdown est un gros alibi envers les trekkers, tout comme l'univers parallèle du film de JJ l'est envers le canon.
Et pour ne rien arranger, l'alibi Star Trek: Countdown manque sérieusement de crédibilité...

Star Trek: Countdown réjouira malgré tout les vrais trekkers puisqu'il fait apparaître une dernière fois les personnages tant aimés de ST TNG - et non recastés pour le coup.
Mais tout ça est hélas un peu illusoire car le prochain film n'accueillera aucun d'eux, pas même en cameo...

A priori, Star Trek: Countdown ne fera l'objet d'aucune traduction et publication françaises.
En voici toutefois une home-VF (pas toujours très fidèle, mais bon...) non officielle (esprit subber) que je n'ai toutefois pas mentionnée dans ma critique, étant donné son caractère peu légal (en terme de droits).

Par soucis d'exactitude, ma critique est uniquement basée sur la VO du comics.

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

oki

Messagepar Guigui sur 26 Mar 2009 19:15

Je suis assez d'accord avec tes analyses. Perso ce qui me gêne le plus c'est la présence de Chekov dans ce film (sauf si ma théorie est juste). Sinon j'ai les mêmes craintes que toi concernant l'histoire et le côté non STAR TREK de celle-ci. L'histoire du comics qui lui sert de prélude est vachement bonne et dans la continuité des séries précédentes si on met à part les indélicatesse scénaristiques.

Mais je me dis aussi qu'après 40 ans il était peut être temps de faire table rase : ENTERPRISE n'a pas convaincu et VOYAGER montrait déjà des signes de faiblesses...

Le film à venir est une adaptation directe de la série originelle comme si rien d'autres n'avait suivis. Je pense que c'est ainsi la meilleure façon de l'apréhender.

Et bienvenu à toi ici :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Guigui sur 27 Mar 2009 23:34

yrad a écrit:A priori, Star Trek: Countdown ne fera l'objet d'aucune traduction et publication françaises.
En voici toutefois une home-VF (pas toujours très fidèle, mais bon...) non officielle (esprit subber) que je n'ai toutefois pas mentionnée dans ma critique, étant donné son caractère peu légal (en terme de droits).

D'ailleurs la dernière partie du comics ne semble pas traduite et disponible, c'est dommage. J'espère que ce comics sera toutefois disponible dans nos contrées. Un coffret collector avec le DVD + le comics ça serait pas du luxe je pense :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

affiche

Messagepar Guigui sur 28 Mar 2009 9:54

Sympa les affiches vue sur UNIFICATION... En terme de maquette la plus réussie reste fatalement la dernière... Quoique celles de San Fransisco et l'Enterprise flou font de très très chouettes teasers :)

Image


Mais pourquoi placer Sulu et Chevov à la place de MacCoy et Scotty sur la droite ???
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 28 Mar 2009 23:23

Guigui a écrit:Personnellement, même si je ne suis pas allé au delà des premiers épisode de la série STAR TREK ENTERPRISE, j'espère que l'intrigue du film va se rattacher à la fameuse Guerre froide temporelle qui a pour but l'anéantissement de la fédération. Je ne sais pas comment tout ça se termine, mais il me semble que c'est en queue de poisson. Je sais bien que le méchant est censé venir du 30ème siècle mais et si Nero y était mouillé d'une façon ou d'une autre, je trouve que ça serait bien cool car cela inscrierait davantage le nouveau film dans l'univers préexistant et justifierait du même coup la nouvelle ligne temporelle et son lot de contradictions. Et en plus ça donnerait une conclusion indirecte à un arc de la saga qui manque cruellement d'après ce que j'ai compris.

Je sais que ce forum n'est guère favorable à Enterprise, mais je te conseille vivement, Guigui, de suivre cette série en intégralité ! ;)
Elle est aujourd'hui facile à trouver, et 98 épisodes, ce n'est pas si long, surtout en comparaison des 178 de ST TNG et 176 de ST DS9. Crois-moi, tu aurais peut-être des surprises si tu décides de la visionner en intégralité et l'esprit ouvert...

La Temporal Cold War est assurément l'un des grands ressorts d'Enterprise. On ne peut pas dire qu'il se termine en queue de poisson, ni qu'il lui manque une conclusion. Simplement son développement n'a pas pu être ce qu'il aurait dû être en raison de l'annulation de la série. Malgré tout, en l'état, ce ressort offre à la franchise quelques-uns de ses meilleurs épisodes.

Voici d'ailleurs une petite apologie de Star Trek: Enterprise dans le topic dédié.

A te lire, Guigui, j'aurais aimé que tu participes au scénario du prochain film, car cela aurait assurément limité les dégâts. La perspective de faire de Nero un agent de la Temporel Cold War d'Enterprise aurait été excellente, en signe d'enracinement dans le canon. Malheureusement Star Trek: Countdown ne laisse pas grande place à cette possibilité, et Nero est juste un gros méchant de bluckbuster, pire que Shinzon et Khan réunis.

Cela dit, le lot de contradictions sera commodément résolu par un univers entièrement parallèle à celui du Star Trek que nous connaissons, un univers spécialement créé pour cela par le méga-ultra-hyper-super-méchant de l'histoire.

Yves
Last edited by yrad on 29 Mar 2009 1:07, edited 2 times in total.
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 28 Mar 2009 23:27

Guigui a écrit:Pour ce qui est de l'erreur sur Chekov j'ai ma petite théorie (qui je l'espère s'averera juste). En effet dans une interview JJ avait déclaré qu'il ne serait pas impossible que des persos meurent durant le film. Et pourquoi pas Chekov ? Qui ne serait en fait que le grand frère d'un petit Pavel d'environ 10 ans son cadet qui souhaitera suivre les traces de son frère défunt... Bien sûr le prénom du perso n'était prononcé qu'à la fin du film (et l'apparition d'un petit Pavel), on ne s'en rendrait compte qu'à ce moment et du coup surprise + respect de la chronologie... Sauf s'il a toujours été dis qqle part que Pavel était fils unique (je ne crois pas)

Oui, ton idée est excellente ! ;)

Je me suis moi-même laissé allé à imaginer des surprises audacieuses à la fin du film. La plus intelligente serait de révéler que tout le film n'était qu'un programme de holodeck du 24ème siècle, à l'instar de ce que fit l'épisode final de Star Trek: Enterprise...

Mais je n'y crois plus trop maintenant, car encore une fois, l'univers entièrement parallèle est une astuce qui permet d'affranchir les éventuelles productions futures de toute contrainte, mais aussi de supposer que Chekov est né plus tôt, et pourquoi pas d'expliquer que les protagonistes recastés n'aient pas la même tête (leurs parents n'ayant pas copulé au même moment)... :roll:

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: oki

Messagepar yrad sur 28 Mar 2009 23:41

Guigui a écrit:Mais je me dis aussi qu'après 40 ans il était peut être temps de faire table rase : ENTERPRISE n'a pas convaincu et VOYAGER montrait déjà des signes de faiblesses...

Le film à venir est une adaptation directe de la série originelle comme si rien d'autres n'avait suivis. Je pense que c'est ainsi la meilleure façon de l'apréhender.

Cet argument est presque mot pour mot celui de JJ Abrams et de ses supporters.
C'est aussi l'argument de facilité.

Pour ma part, je me range du côté de Nicholas Meyer (ayant co-écrit et réalisé Star Trek II: The Wrath Of Khan et Star Trek VI: The Undiscovered Country) et d'Erik Jendresen (chargé de développer le film Star Trek: The Beginning sous l'égide de Rick Berman avant son éviction) estimant l'un et l'autre que tout le mérite et tout l'intérêt de faire du Star Trek résident dans la contrainte d'en respecter l'esprit, la philosophie, et le canon.
A l'instar du théâtre classique ou de la poésie.

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 28 Mar 2009 23:54

Et puisqu'il s'agit du topic consacré aux films Star Trek, au risque de vous choquer, voilà comment je situe qualitativement les dix films Star Trek (dans un système de classement à seulement quatre niveaux pour faire simple) :

I Catégorie *** films exceptionnels (quatre ex aequo) :
- Star Trek: The Motion Picture (Star Trek le film)
- Star Trek VI: The Undicovered Country (Star Trek VI : Terre inconnue)
- Star Trek: Generations (Star Trek : Générations)
- Star Trek: First Contact (Star Trek : Premier contact)

II Catégorie ** films satisfaisants (quatre ex aequo) :
- Star Trek II: The Wrath Of Khan (Star Trek II : La colère de Khan)
- Star Trek IV: The Voyage Home (Star Trek IV : Retour sur Terre)
- Star Trek V: The Final Frontier (Star Trek V : L'ultime frontière)
- Star Trek: Nemesis (Star Trek: Némésis)

III Catégorie * films médiocres (deux ex aequo) :
- Star Trek III: The Search For Spock (Star Trek III: A la recherche de Spock)
- Star Trek: Insurrection

IV Catégorie films ratés (aucun à ce jour)

Je suis bien entendu en mesure de justifier par le menu détail mon "scandaleux" classement. Mais je manque de temps pour le faire ce soir.

Ah oui, je suis cet "indécent" qui a osé voter pour Star Trek V: The Final Frontier... car personne d'autre ne l'aurait fait !
Ce n'est de toute évidence pas mon film Star Trek préféré, mais ce n'est pas non plus celui que j'aime le moins, loin s'en faut.

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

pas d'accord...

Messagepar Guigui sur 29 Mar 2009 12:09

yrad a écrit:A te lire, Guigui, j'aurais aimé que tu participes au scénario du prochain film, car cela aurait assurément limité les dégâts. La perspective de faire de Nero un agent de la Temporel Cold War d'Enterprise aurait été excellente, en signe d'enracinement dans le canon.

LOL, merci, on m'a déjà dis ça sur un forum il y a des années alors qu'Enterprise n'existait pas encore où j'avais eu l'idée d'une série STAR TREK dont j'ai tout oublié maintenant. J'écris depuis à la Paramount pour qu'ils me laissent intégrer le pool des scénaristes de la franchise :p ;)

Malheureusement Star Trek: Countdown ne laisse pas grande place à cette possibilité, et Nero est juste un gros méchant de bluckbuster, pire que Shinzon et Khan réunis.

Oui tu es très dur avec Nero en disant que c'est un personnage sans relief, mais je crois que tu oublies UNE chose à son sujet. Contrairement à tous les méchants (de films en tout cas), Nero n'est qu'un "petit ouvrier". Un capitaine de vaisseau minier qui fait donc parti d'une sorte de classe moyenne et absolument pas d'une élite. Il est donc fatalement plus terre-à-terre pour pas dire bourrin car il n'a pas d'empire derrière lui, n'a jamais eu de hautes ambitions, et n'a jamais été mélé à des intrigues impliquant des intérêts le dépassant. C'est donc finalement l'antithèse du fade Shinzon et du bouillant Khan : c'est un juste un gars lambda qui a grave la rage et qui a surtout (par un concours de circonstances expetionnel) accès une technologie surpuissante ce qui va lui permettre de faire ce qu'il veut et sans y réfléchir. Perso, je trouve ça cohérent et même intéressant...

...Pour ma part, je me range du côté de Nicholas Meyer (ayant co-écrit et réalisé Star Trek II: The Wrath Of Khan et Star Trek VI: The Undiscovered Country) et d'Erik Jendresen (chargé de développer le film Star Trek: The Beginning sous l'égide de Rick Berman avant son éviction) estimant l'un et l'autre que tout le mérite et tout l'intérêt de faire du Star Trek résident dans la contrainte d'en respecter l'esprit, la philosophie, et le canon...

Oui je suis relativement d'accord, mais j'aime à penser que les 2 premiers points seront présents dans le film de JJ, surtout qu'à mes yeux ils sont plus important que le troisième. Maintenant si on avait pu avoir les 3 en un ça aurait été parfait mais bon...

Je me suis moi-même laissé allé à imaginer des surprises audacieuses à la fin du film. La plus intelligente serait de révéler que tout le film n'était qu'un programme de holodeck du 24ème siècle, à l'instar de ce que fit l'épisode final de Star Trek: Enterprise...

Oh non trop redondant avec cette excellent fin qui d'ailleurs m'a fait prendre conscience à quel point TNG me manquait...

Mais je n'y crois plus trop maintenant, car encore une fois, l'univers entièrement parallèle est une astuce qui permet d'affranchir les éventuelles productions futures de toute contrainte, mais aussi de supposer que Chekov est né plus tôt, et pourquoi pas d'expliquer que les protagonistes recastés n'aient pas la même tête (leurs parents n'ayant pas copulé au même moment)...

Oui c'est une explication possible. En même temps Ronald Moore disait bien qu'en écrivant DS9 le plus gros soucis pour lui c'est qu'ils étaient obligé de suivre le canon de la franchise et que pour lui c'était assez castrateur. D'un futur point de vue artistique ce choix peut s'avérer payant et surtout faire perdurer le mythe au travers d'une toute nouvelle génération en se renouvellant totalement. Car même si je suis assez d'accord avec toi, il y a une chose qui me chagrine avec STAR TREK : c'est que nous n'avons plus la fraîcheur de la série originel, car le côté exploration est parti il y a longtemps au profit d'un univers statique et (trop?) bien établis. Alors pour des séries comme DS9 c'est très bien, mais si on doit revenir aux sources, ça l'est moins...

Sinon pour revenir sur le classement des films, voici le mien selon ton barème :

I Catégorie *** films exceptionnels (quatre ex aequo) :
- Star Trek: The Motion Picture (Star Trek le film)
- Star Trek VI: The Undicovered Country (Star Trek VI : Terre inconnue)
- Star Trek II: The Wrath Of Khan (Star Trek II : La colère de Khan)
- Star Trek: First Contact (Star Trek : Premier contact)

II Catégorie ** films satisfaisants (trois ex aequo) :
- Star Trek: Generations (Star Trek : Générations)
- Star Trek IV: The Voyage Home (Star Trek IV : Retour sur Terre)
- Star Trek: Insurrection : j'ai pris du plaisir à voir ce film sans doute le plus proche de la série TNG

III Catégorie * films médiocres (deux ex aequo) :
- Star Trek III: The Search For Spock (Star Trek III: A la recherche de Spock)
- Star Trek: Nemesis (Star Trek: Némésis) : pompage honteux de Star trek 2 avec un réalisateur qui ne connait rien de rien à Star trek... Ils auraient dû laisser les manettes à Frakes ! C'est marrant à l'époque j'imaginais déjà que Spock ferait une apparition dans la veine de Countdown :)

IV Catégorie films ratés :
- Star Trek V: The Final Frontier (Star Trek V : L'ultime frontière) : Will a la réalisation est une catastrophe et ce film, bien que proche de la série est totalement risible. Comment expliquer par exemple que l'Enterprise voyage de l'espace de la Fédération (ou ses alentours) aux bordure de la voie lactée quand on sait que ce trajet représente environ un tiers ou un quart de ce que doit parcourir Voyager pour revenir sur Terre ?!

Ouf, ça fait bien bien de causer de STAR TREK ;)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 31 Mar 2009 1:24

Guigui a écrit:Oui tu es très dur avec Nero en disant que c'est un personnage sans relief, mais je crois que tu oublies UNE chose à son sujet. Contrairement à tous les méchants (de films en tout cas), Nero n'est qu'un "petit ouvrier". Un capitaine de vaisseau minier qui fait donc parti d'une sorte de classe moyenne et absolument pas d'une élite. Il est donc fatalement plus terre-à-terre pour pas dire bourrin car il n'a pas d'empire derrière lui, n'a jamais eu de hautes ambitions, et n'a jamais été mélé à des intrigues impliquant des intérêts le dépassant. C'est donc finalement l'antithèse du fade Shinzon et du bouillant Khan : c'est un juste un gars lambda qui a grave la rage et qui a surtout (par un concours de circonstances expetionnel) accès une technologie surpuissante ce qui va lui permettre de faire ce qu'il veut et sans y réfléchir. Perso, je trouve ça cohérent et même intéressant...

L'"origine ouvrière" de Nero ne change rien au caractère très artificiel de sa croisade anti-Vulcain et même "anti-tout le monde". En outre, la notion "ouvrière" est ici toute relative étant donné que Nero commande tout de même un vaisseau spatial avec un équipage fanatique et a voix au Sénat romulien. Dans des conditions pareilles, je veux bien devenir "ouvrier" tout de suite.
La différence entre un "gros méchant de blockbuster" et un "méchant" bi- voire tri-dimensionnel, c'est l'épaisseur de sa personnalité et la capacité du spectateur à pouvoir comprendre ses motivations. Khan Noonien Singh était un personnage épais, et sa haine de Kirk était presque légitime étant donné ce que lui et les siens ont pu subir sur Ceti Alpha V dans l'indifférence totale de la Fédération. Quant à Shinzon, il n'était peut-être pas aussi épais que Khan, mais malgré tout son histoire personnelle était suffisamment dramatique et perverse (avoir été créé in vitro juste pour remplacer celui dont il était le clone, puis avoir été jeté aux oubliettes dans un enfer à l'échelle planétaire) pour qu'il soit possible de comprendre ses motivations.
Or pour ce que j'en ai vu dans la BD et dans 25 minutes du prochain film, Nero semble être un méchant strictement monodimensionnel, c'est à dire prétexte.

Guigui a écrit:
Je me suis moi-même laissé allé à imaginer des surprises audacieuses à la fin du film. La plus intelligente serait de révéler que tout le film n'était qu'un programme de holodeck du 24ème siècle, à l'instar de ce que fit l'épisode final de Star Trek: Enterprise...

Oh non trop redondant avec cette excellent fin qui d'ailleurs m'a fait prendre conscience à quel point TNG me manquait...

C'est très vilain ça de commencer les livres par leur dernière page. Alors comme ça, tu as suivi le final de ST ENT sans en voir tout ce qui précède ? Guigui, tu es un naughty naughty boy ! :lol:

Guigui a écrit:Oui c'est une explication possible. En même temps Ronald Moore disait bien qu'en écrivant DS9 le plus gros soucis pour lui c'est qu'ils étaient obligé de suivre le canon de la franchise et que pour lui c'était assez castrateur. D'un futur point de vue artistique ce choix peut s'avérer payant et surtout faire perdurer le mythe au travers d'une toute nouvelle génération en se renouvellant totalement. Car même si je suis assez d'accord avec toi, il y a une chose qui me chagrine avec STAR TREK : c'est que nous n'avons plus la fraîcheur de la série originel, car le côté exploration est parti il y a longtemps au profit d'un univers statique et (trop?) bien établis. Alors pour des séries comme DS9 c'est très bien, mais si on doit revenir aux sources, ça l'est moins...

"Revenir aux sources" est une manière fleurie de dire "remake" ou au moins "reboot".
Je me contenterai de citer Nicholas Meyer dans l'un de ses commentaires de ses deux éminents films : "c'est dans la difficulté de respecter un contraignant canon que se forge la qualité d'un auteur".
Mais qui fait encore cas de ce principe fondamental ? Qui est encore capable de choisir la voie de la difficulté lorsqu'il est possible de choisir la voie de la facilité ?
Je me souviens tout de même avec nostalgie d'un Rick Berman optant pour la grande difficulté d'un vrai prequel dont la première saison devait se dérouler uniquement sur Terre...

Guigui a écrit:Sinon pour revenir sur le classement des films, voici le mien selon ton barème :

Mon véritable "barème" perso est en fait beaucoup plus nuancé que ça (huit crans au lieu de quatre) ! Mais je l'ai délibérément simplifié à l'usage du forum pour aller à l'essentiel et ne pas entrer dans des arguties du type "tel film est légèrement meilleur que tel autre".

Guigui a écrit:I Catégorie *** films exceptionnels (quatre ex aequo) :
- Star Trek: The Motion Picture (Star Trek le film)
- Star Trek VI: The Undicovered Country (Star Trek VI : Terre inconnue)
- Star Trek II: The Wrath Of Khan (Star Trek II : La colère de Khan)
- Star Trek: First Contact (Star Trek : Premier contact)

II Catégorie ** films satisfaisants (trois ex aequo) :
- Star Trek: Generations (Star Trek : Générations)
- Star Trek IV: The Voyage Home (Star Trek IV : Retour sur Terre)
- Star Trek: Insurrection : j'ai pris du plaisir à voir ce film sans doute le plus proche de la série TNG

III Catégorie * films médiocres (deux ex aequo) :
- Star Trek III: The Search For Spock (Star Trek III: A la recherche de Spock)
- Star Trek: Nemesis (Star Trek: Némésis) : pompage honteux de Star trek 2 avec un réalisateur qui ne connait rien de rien à Star trek... Ils auraient dû laisser les manettes à Frakes ! C'est marrant à l'époque j'imaginais déjà que Spock ferait une apparition dans la veine de Countdown :)

IV Catégorie films ratés :
- Star Trek V: The Final Frontier (Star Trek V : L'ultime frontière) : Will a la réalisation est une catastrophe et ce film, bien que proche de la série est totalement risible. Comment expliquer par exemple que l'Enterprise voyage de l'espace de la Fédération (ou ses alentours) aux bordure de la voie lactée quand on sait que ce trajet représente environ un tiers ou un quart de ce que doit parcourir Voyager pour revenir sur Terre ?!

Ouf, ça fait bien bien de causer de STAR TREK ;)

Merci d'avoir fait connaître ton classement. Mine de rien, il converge avec le mien plus qu'il n'en diverge.
Ce qui n'empêchera pas que nous allons nous écharper sur les trois principaux points de divergence : Star Trek V: The Final Frontier, Star Trek: Nemesis, et accessoirement Star Trek: Insurrection.
Je ne vais toutefois pas rédiger 20 pages de post, bien que je le puisse et que ces questions le mériteraient.

Commençons par le film le plus polémique : Star Trek V: The Final Frontier

En fait, dans Star Trek V: The Final Frontier, l'Enterprise A sous le commandement de Sybok ne se rend pas dans la bordure de la Voie Lactée (emplacement de la Galactic Barrier) - ça l'Enterprise l'avait déjà fait dans le second pilote de ST TOS sis en 2265 -, mais elle se rend au centre de la Voie Lactée (emplacement de la Great Barrier). Ce qui est en quelque sorte "pire", étant donné que la Terre et l'espace de la Fédération sont localisés à la périphérie de la Voie Lactée (autour du bras d'Orion).

Que l'Enterprise A soit parvenue à accomplir un pareil trajet (environ 40 000 AL) en si peu de temps a été souvent invoqué pour exclure Star Trek V: The Final Frontier du canon...
Mais c'est selon moi tout à fait inique, car c'est oublier un peu vite les détails de ST TOS, la série qu'il est de bon ton aujourd'hui de considérer comme "le seul vrai Star Trek". Pour ne citer que quelques exemples : dans ST TOS 00x01 The Cage, le capitaine Pike laisse entendre aux Talosiens que la Terre est à l'autre bout de la Voie Lactée ; dans ST TOS 03x17 That Which Survives (Les survivants), l'Enterprise peut parcourir tout naturellement à distorsion 8.4 près de 1 000 AL en une douzaine d'heures (lorsqu'il faudra un an complet à l'USS Voyager en distorsion 9 un siècle après) ; dans ST TAS 01x08 The Magicks Of Megas-Tu (La magie des Mega 2) sis en 2269, l'Enterprise avait déjà fait par elle-même le trajet jusqu'au centre la Voie Lactée en un temps record ; dans ST TAS 02x06 The Counter-Clock Incident (L'univers à l'envers), la supernova Beta Niobe (par laquelle passe l'Enterprise) et la Terre sont aux extrémités opposées de la Voie Lactée... D'une manière générale, aussi bien par quelques références explicites que par d'innombrables références implicites (que je ne vais pas inventorier ici), ST TOS et ST TAS établissent que l'ensemble de la Voie Lactée est immédiatement accessible aux vaisseaux de Starfleet, même si seulement une part infime en a été explorée.
C'est en fait l'épisode ST TNG 03x08 The Price (Le prix), sis en 2366, et diffusé le 13 novembre 1989, qui aura introduit le découpage de la Voie Lactée en quadrants alpha/bêta/gamma/delta, et qui aura soudain établi qu'il faudrait environ 70 ans aux vaisseaux de Starfleet pour traverser la Voie Lactée à distorsion maximale !!! Toutes les productions ultérieures de Star Trek se sont alignées sur cette nouvelle "géographie spatiale" édictée par ST TNG 03x08 The Price (Le prix), au mépris complet de la géographie antérieure de ST TOS.

Or le film Star Trek V: The Final Frontier, sis en 2287, est sorti le 9 juin 1989, c'est à dire avant l'épisode ST TNG 03x08 The Price (Le prix) ! Il serait donc fort malhonnête de tenir ce film pour responsable de ce qui a été abusivement décidé après lui dans la série ST TNG, tandis que ce film s'est juste contenté d'assumer très logiquement la géographie spatiale de ST TOS - auquel paradoxalement nul ne fait le procès qui est pourtant perpétuellement fait à Star Trek V: The Final Frontier.

Ceci étant posé, je ne considère pas pour autant que l'univers de Star Trek est incohérent en matière de "géographie spatiale". Car les voyages spatiaux supraluminiques reposent sur une science et une technologie dont nous ignorons tout, et que Star Trek ne dévoile que par bribes. Il n'a jamais été dit nulle part dans la franchise que le voyage à distorsion est homogène, ni que le gradient du subspace est constant dans l'espace normal, ni que s'y applique une géométrie euclidienne. De la même façon que pour les mystérieuses stardates, il existe de nombreuses hypothèses recevables (je n'ai pas le temps de les exposer ici) pour expliquer que l'USS Enterprise de Kirk semble être parfois allée plus vite et plus loin dans ST TOS que l'USS Voyager de Janeway dans ST VOY. Et paradoxalement, la fait que la science des voyages spatiaux et temporels dans Star Trek ne soit pas pleinement accessible à notre entendement contemporain... la rend d'autant plus crédible à mes yeux de scientifique !

Exit donc le faux problème du prompt voyage de l'Enterprise A au centre la galaxie.

A vrai dire, le propos de Star Trek V: The Final Frontier me semble fort intéressant. C'est probablement l'un des films les plus iconoclastes que je connaisse.
La SF et la fantasy sont totalement polluées par le messianisme et les grandes quêtes mystiques où les héros trouvent à la fin les réponses qu'ils cherchent. Or Star Trek V: The Final Frontier a osé prendre a rebrousse-poil ce poncif devenu indigeste, et il est bien le seul film de SF où la "quête mystique", la "grande croisade"... se vautre misérablement !
En outre, Star Trek V: The Final Frontier est celui des six films le plus proche en esprit de la série originale : "Dieu" n'est qu'une inquiétante entité à l'instar de toutes celles que Kirk n'a cessé de croiser tout au long de ST TOS, une entité exploitant à son seul bénéfice des millénaires de croyances humanoïdes. Et signe du courage intellectuel du film, la noblesse et la sincérité de l'inextinguible foi de Sybok - et de ses nombreux disciples venus de partout - n'y change absolument rien.
A cette occasion, Kirk enrichira la franchise d'une réplique d'anthologie : "Euh... en quoi Dieu a-t-il besoin d'un vaisseau ?".

Même si les protagonistes s'en sortent plus ou moins indemnes, le film a l'intelligence de n'apporter aucune réponse. Qui est vraiment cette puissante entité, quel est son lien avec l'humanité ? Qui donc a eu assez de pouvoir pour l'emprisonner sur Sha Ka Ree ? Serait-il le rescapé d'une titanomachie oubliée ?

Le personnage de Sybok enrichit quant à lui considérablement la problématique vulcaine, et son cas fera école longtemps après (ou avant) dans la franchise. Pour la première fois dans Star Trek, nous y rencontrons un Vulcain bien différent, un V'tosh ka'tur, une catégorie qui sera mise à l'honneur dans la série Enterprise.
Les aptitudes empathiques de Sybok offriront au film ses plus beaux moments, de l'inoubliable séquence d'ouverture dans le désert troué de Nimbus III aux merveilleuses scénettes oniriques du poste d'observation de l'Enterprise A - où les protagonistes dévoileront pour la toute première fois des parcelles peu glorieuses de leur passé personnel.
L'assujettissement psychologique que Sybok obtient par la guérison morale constitue également un joli pied de nez à une aptitude traditionnellement - en théologie comme en SF - éminemment positive.

Star Trek V: The Final Frontier est aussi un film qui ose assumer le vieillissement des héros légendaires de ST TOS, comme pour rappeler que même les personnages les plus cultes dépérissent tôt ou tard. Et dans Star Trek V: The Final Frontier, l'alchimie du trio Kirk-Spock-McCoy est toujours au rendez-vous, mais elle n'est plus tellement valorisante, elle en est presque dégradante. Les héros y sont devenus un peu pathétique, un peu loosers. Leur vie privée est tellement inexistante qu'ils en passent leurs permissions ensemble. Ils ont tout sacrifié à leur carrière, sont un peu devenus des extraterrestres chez eux... Et même dans ses exploits de varappe en solo intégral, Kirk semble vouloir désespérément s'accrocher par des prouesses inutiles à sa gloire passée.
C'est triste... Mais tellement réaliste. Irrévérencieux même.

Enfin, Star Trek V: The Final Frontier est un film profondément trekkien en ce sens qu'il évite le piège du manichéisme. On perd souvent de vue que la plupart des épisodes des séries de la franchise ne figurent pas de "méchants", mais seulement des périls naturels, des rivalités, des adversités, des intérêts divergents, ou des incompatibilités d'entendement. Et les rares "méchants" rencontrés suscitent généralement une profonde identification des spectateurs.
Mais les films de la franchise ont trop souvent sacrifié cette composante fondamentalement trekkienne pour embarquer d'artificiels "méchants" afin de s'assurer une audience, une audience qui se nourrit des luttes stériles du "bien contre le mal".
Or à l'image des séries de la franchise plus que des films, Star Trek V: The Final Frontier aura eu grande audace - comme Star Trek IV: The Voyage Home - de n'appuyer son intrigue sur aucun véritable "méchant".

Aussi bien par l'histoire qu'il narre, que par ses à-côtés, Star Trek V: The Final Frontier a pris le contrepied de toutes les conventions hollywoodiennes. Il a eu le courage de porter l'âme de ST TOS sur le grand écran, il a su littéralement incarner l'anti-messianisme pour s'achever sur une touches insatisfaisante, et priver ses personnages des mises en gloire habituelles. Vieux, fatigués, ils sont presque devenus les spectateurs des événements du film.
William Shatner a démontré par ses romans ne pas être un mauvais auteur de SF, et il a mis dans son film beaucoup de lui-même. En ce sens, Star Trek V: The Final Frontier est un vrai film d'auteur, pas son budget déjà, mais surtout parce qu'il fut porté par des convictions personnelles plus que par la volonté de plaire au public.

Pour autant d'audaces impopulaires, j'aurais volontiers accordé à ce film ma note maximale. Malheureusement, il cumule quelques maladresses : des effets spéciaux parfois misérables (que William Shatner a d'ailleurs souvent voulu remasteriser à ses propres frais, mais la Paramount a systématiquement refusé), et surtout quelques scènes un peu ridicules (le striptease limite grunge de Uhura, la piètre copie du Chalmun's Cantina de Star Wars dans le bar de Paradise City, le minaudage un peu incongru entre Scotty et Uhura...).

Pour m'être naguère initié à la mise en scène à la Femis, je fais partie de cette minorité indécente qui estime que la qualité d'un film tient surtout à son scénario, ce qui inclut les dialogues mais aussi les storyboards. Le travail du réalisateur, aussi méritoire et technique qu'il soit, est au service du scénario, et souvent aussi de la production. Et à film donné, à moins de tomber sur un incapable fini, le réalisateur est beaucoup plus remplaçable que ne l'est le scénariste.
Chacun est libre de ne pas apprécier le script de William Shatner, Harve Bennett et David Loughery. Mais il est impossible de prétendre que William Shatner a mal fait son boulot de réalisateur, du moins dans le cadre du faible budget qui fut le sien. Je me suis d'ailleurs penché sur chaque plan un par un, et je dois dire que certains sont visuellement superbes...

Peut-être que le mépris général dont souffre Star Trek V: The Final Frontier est indexé sur le mépris dont faisait à l'époque l'objet William Shatner... avant qu'il ne reçoive quelques Emmy Awards grâce à David E. Kelley. Mais peut-être aussi que ce mépris fut le prix à payer pour avoir porté sur le grand écran la série ST TOS telle qu'elle, sans démagogie aucune. Et ce que le public tolérait d'une série fauchée avec des personnages sémillants dans les années 60, il ne l'a pas toléré d'un film de la fin des années 80 avec des personnages vieillissants.
Pour ma part, je ne renie pas l'esprit de la série originale, et là je ne parle pas de l'humour et du côté kitch dont tout le monde se gargarise aujourd'hui, mais bien du type d'aventures vécues par les protagonistes (les rencontres avec des divinités déchues : Apollon, Kukulkan...). Et j'ai beaucoup d'estime pour le seul film qui a osé embrasser cet aspect de la série originale sans chercher à le mettre au goût du jour, quitte pour cela à déplaire à ceux qui n'assument pas vraiment la nature réelle de ST TOS.
Les Razzie Awards dont Star Trek V: The Final Frontier a été gratifié ont sanctionné un film qui s'est permis de faire un bras d'honneur à toutes les règles du genre. Et dans une certaine mesure, consciemment ou pas, ces Razzie furent dirigés aussi contre ST TOS et sa vision baroque de l'univers.

Bon ben, ça suffit pour ce soir, j'aborderai le cas de Star Trek: Nemesis une autre fois. ;)

Yves
Last edited by yrad on 31 Mar 2009 8:14, edited 5 times in total.
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

STAR TREK 5

Messagepar Guigui sur 31 Mar 2009 20:15

Intéressante review et analyse du film le moins aimé de la saga, vraiment...

Pour ma part je tiens à préciser que même si je considère ce film comme raté car cinématographique à bien des niveaux c'est assez risible je l'apprécie tout de même pour pas mal de raisons que tu as évoqués. En effet c'est bien le film le plus proche de la série originelle (le seul même), effectivement c'est une sorte d'épisode décalé qui auto-parodie la franchise, mais était-ce volontaire ?! Là est toute la question. Pour ma part je n'en suis pas vraiment certain, mais il restera qu'effectivement cette aventure irréventieuse aura existé en tant que tel même si cela n'aura pas été du goût de tout le monde :)

Par contre Némésis est impardonnable car c'était censé être l'adieu de la Next G !
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Guigui sur 01 Avr 2009 21:33

La vache, ils ne perdent pas de temps :

Frank Mikanowski sur UNIFICATION a écrit:Star Trek 12 : La séquelle du film de J.J. Abrams est en bonne voie

Paramount ne perd pas de temps à attendre les résultats de la sortie de Star Trek de J.J. Abrams en salles pour déjà enclancher la seconde ! Le studios a en effet engagé Roberto Orci, Alex Kurtzman et Damon Lindelof pour écrire le scénario de la suite de Star Trek.

Le journal Variety a annoncé que J.J. Abrams, réalisateur et producteur de Star Trek 11, était à bord pour produire cette suite avec son partenaire de Bad Robot Bryan Burk. Par contre aucune décision n’a été prise quant à sa présence ou pas derriere la caméra. A noter que Orci, Kurtzman et Lindelof seront aussi crédité au générique comme producteurs.

Aucune indication sur l’histoire de cette suite, mais le trio de scénaristes devrait livrer leur travail à Paramount pour noël prochain afin que le film sorte à l’été 2011.

"On rassemble les idées, mais nous sommes en attente de la réaction du public le mois prochain," précise Alex Kurtzman. "Avec la renaissance de la franchise, le premier film est sur les origines. Mais avec un second, vous avez l’opportunité d’explorer pleins de choses exitantes. Il y aura de l’ambition à ce que nous ferons."
Roberto Orci et Alex Kurtzman travaille ensemble en tant que paire de scénraistes depuis plus de 12 ans. Le duo a déjà travaillé avec Damon Lindelof sur le scénario de Cowboys & Aliens pour Dreamworks.


En même temps cela n'a rien d'étonnant... Ils sont drôlement confiants en tout cas.
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar N°6 sur 09 Avr 2009 0:40

La façon dont ils sont arrivés au centre de la galaxie, on s'en fout autant que les scénaristes du film. "Star Trek V" est un film kitsch, mal construit, épisodique, sans rythme, mal joué, à l'esthétique de téléfilm (comme les III et IV) et sans réel objet. Le chef d'oeuvre de la saga est "Generations" c'est bien connu. :zen:
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 09 Avr 2009 1:21

Voici un événement qui fait beaucoup parler de lui !

Cette pré-avant-première mondiale de l'Alamo Draughthouse Theater d'Austin ressemble à s'y méprendre à une séance de conditionnement ! Des fans frustrés d'une avant-première mondiale aux USA, la venue surprise de Leonard Nimoy pour "chauffer" le public... :roll:
Et ça paie manifestement, puisque tous ces trekkies apportent maintenant une caution surréaliste au film...

Je ne sais pas si je vais aimer ce film, mais il est certain que j'admire dors et déjà la maestria commerciale dont témoignent JJ Abrams et la Paramount ! C'est digne des pires propagandes politiques...

Il y a beaucoup trop de superlatifs et d'unanimité dans les médias ! J'ai crainte que la stratégie de la Paramount consiste à créer un must. En d'autres termes, si t'aimes pas ce qu'a fait JJ Abrams, t'es qu'un vieux con qui a rien compris ! :mrgreen:

Pour ma part, je connais deux personnes qui sont allées à l'avant-première mondiale de Sydney... et qui n'en sont pas revenues enthousiastes.

Je serai à l'avant-première presse française du 10 avril, et ferai ma critique ensuite.

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar N°6 sur 09 Avr 2009 1:43

yrad a écrit:Je ne sais pas si je vais aimer ce film, mais il est certain que j'admire dors et déjà la maestria commerciale dont témoignent JJ Abrams et la Paramount ! C'est digne des pires propagandes politiques...


Justement, c'est ce que je dis dans le topic sur "Watchmen", le plus intéressant aujourd'hui relativement aux prods hollywoodiennes ce sont leurs campagnes promo, la propagande mercantile (et y a-t-il plus mercantile que la franchise "Star Trek" dans l'industrie du divertissement aujourd'hui ?). C'est là que se cachent les vrais artisans, pour ne pas dire artistes. Le film lui-même n'a au final aucune importance (il sera bien vite oublié, sauf des fan-atiques - et quoi de plus naturel d'avoir affaire à des fanatiques quand il s'agit de propagande ?).
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar yrad sur 09 Avr 2009 3:54

N°6 a écrit:
yrad a écrit:Je ne sais pas si je vais aimer ce film, mais il est certain que j'admire dors et déjà la maestria commerciale dont témoignent JJ Abrams et la Paramount ! C'est digne des pires propagandes politiques...


Justement, c'est ce que je dis dans le topic sur "Watchmen", le plus intéressant aujourd'hui relativement aux prods hollywoodiennes ce sont leurs campagnes promo, la propagande mercantile (et y a-t-il plus mercantile que la franchise "Star Trek" dans l'industrie du divertissement aujourd'hui ?). C'est là que se cachent les vrais artisans, pour ne pas dire artistes. Le film lui-même n'a au final aucune importance (il sera bien vite oublié, sauf des fan-atiques - et quoi de plus naturel d'avoir affaire à des fanatiques quand il s'agit de propagande ?).

Bien d'accord.
Et c'est pour cette raison que j'ai été plus que réservé dès que j'ai eu connaissance de l'implication de JJ Abrams et de son projet de reboot somptuaire.
Mais je ne peux cacher ma déception de voir tous ces trekkers vétérans tomber dans le panneau. :roll:

Si tu consultes mon palmarès ci-avant, tu constateras que ST: Generations fait vraiment partie de mes films Star Trek préférés.
Ce n'est de toute évidence pas le cas de Star Trek V: The Final Frontier.
Mais face au film de JJ Abrams taillé à la lame de rasoir pour assoir l'un de ces parfaits conditionnements de masse qui pourraient faire regretter à Goebbels d'être né un siècle trop tôt, que veux-tu, le film fauché de William Shatner m'apparaît bien sympathique ! Star Trek V: The Final Frontier incarne la parfaite antithèse de ce que JJ nous a concocté.

En tout état de cause, je préfère qu'un univers de SF conserve sa spécificité même si cela implique qu'il soit enterré, plutôt que de le voir se renier pour devenir un hit. Les hits, ce n'est vraiment pas ça qui manque, et ils se ressemblent tous beaucoup. Star Trek était différent, et c'était sa première richesse.

Yves
yrad
Sexe Symbolique
 
Messages: 23
Inscrit le: 24 Nov 2008 23:00

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Guigui sur 09 Avr 2009 6:53

yrad a écrit:En tout état de cause, je préfère qu'un univers de SF conserve sa spécificité même si cela implique qu'il soit enterré, plutôt que de le voir se renier pour devenir un hit. Les hits, ce n'est vraiment pas ça qui manque, et ils se ressemblent tous beaucoup. Star Trek était différent, et c'était sa première richesse.

C'est un point de vue plus que défendable... Même si je ne le partage pas à 100%. Et comme vous toute la valse mercantile commence à m'effrayer quand à la qualité réelle du film, mais je préfère juger le film sur pièce.

En tout cas je suis en train d'organiser une séance avec tous mes potes le jour de la sortie, histoire d'occuper un rang entier du multiplexe du coin :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar Guigui sur 09 Avr 2009 7:05

J'ajouterai que si je pense qu'il possible que cela soit un mauvais film STAR TREK (rapport à toutes nos discussions), cela sera sans doute au moins un blockbuster très réussi... Ce qui devient assez rare de nos jours...
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar mdst sur 10 Avr 2009 0:26

Je vois que l'on a commencé ici le même long, très très long débat qui règne sur certains forum Star Trek et qui me déprime. Même si j'adore Star Trek (ça, personne ne peut en douter je pense... ;) ), je déteste les visions trop intégristes.
Alors je vais faire ce que je fais souvent : donner un peu de recul.
la saga Star Trek à TOUJOURS été une vache à lait mercantile, une boite à fric gigantesque qui rapporte à Paramount des milliards de dollars. Entre les reventes, les spin-off, les objets, romans, multiples édition VHS, Laserdiques, DVD, versions reformatées, etc etc etc. Je dis bien toujours puisque cela a commencé avec Roddenberry lui même qui, s'étant éloigné de TOS en saison 3, en profitait pour vendre des morceaux de pellicules et demander à Nimoy de porter un pendentif qu'il pourrait fourguer ensuite aux fans !
Donc, par conséquence, s'offusquer qu'il en soit encore de même me parait être un faux prétexte. Vos termes sont d'ailleurs trop fort et plein de haine ( "séance de conditionnement"... parce que le Comics con ou les conventions ST, c'est des réunions des AA ?)
Pour conclure sur ce point, il faut aussi préciser que faire du fric, but premier d'une production ciné-télé, n'empêche en rien d'être aussi une oeuvre, ce qui est le cas avec TOS, TNG, DS9 et pas mal des films etc... Cela va sans dire mais c'est mieux en le disant.

Ensuite, la "franchise" Star Trek, puisque tout le monde sait qu'il s'agit de cela, a ombrée artistiquement (je ne parle pas de revenus financier, quoique, là aussi...) il y a déjà quelques années. Pour des raisons que vous avez d'ailleurs cités plus haut, "Star Trek" "est devenu classique (mais pas dans le bon sens du terme), prévisible, ennuyeux, tellement empêtre dans ses règles et ses lois qu'elle n'évoluait plus et a finit par lasser. Je n'évoque pas ici les canons mais les règles, tel l'utopie Roddenberrienne. On peut discuter de "Entreprise" comme vous le faites, mais il est indéniable que le top fut atteint à l'époque DS9/ First Contact, et que la descente ensuite fut constante. Pour beaucoup -dont je fais partie- les dernières productions ont beau etre "fideles et cohérentes", elles étaient profondément ennuyeuse. Je me souviens encore de ma colère absolue en sortant de la projo presse de Nemesis.
Dernière preuve de ce blocage créatif : BSG ! Je vous rappelle que ce chef d'oeuvre a été conçu clairement en faisant exactement tout le contraire de ce que ST faisait, devenant donc ce que ST ne pourrait jamais se permettre de faire... et ce faisant devient extraordinairement inventif et novateur ! Un comble !

Enfin, compte tenu de cette situation, un reboot semble être une excellente option. Car il s'agit bien de cela , à l'instar des comics qui partent entre les mains d'un nouvel auteur et sont donc relancées dans une nouvelle direction. Au final, on peut évidemment imaginer un reboot avec des personnages fort, de l'émotion et du spectacle. C'est un minimum. Il n'y a pas à y espérer autre chose : ça n'a pas été fait pour ça. Évidemment, si c'est du baston au sabre laser, là, on est plus dans Star Trek.
Mais je n'ai pas l'impression que ça soit cela. Et je ne vois pas ou est la honte de rendre ST moderne !
On va se faire confirmer cela dans quelques heures à la projection de presse (et pas à l'avant première, qui est autre chose).
Vous avez noté ? Je ne défend le film à aucun moment. Je juge sa démarche justifiée, nuance.
Last edited by mdst on 10 Avr 2009 17:06, edited 1 time in total.
mdst
postulant(e) à la Star Acacadémie
 
Messages: 16
Inscrit le: 19 Jul 2008 19:42

Re: STAR TREK : Les films...

Messagepar N°6 sur 10 Avr 2009 2:55

mdst a écrit:Je vois que l'on a commencé ici le même long, très très long débat qui règne sur certains forum Star Trek et qui me déprime. Même si j'adore Star Trek (ça, personne ne peut en douter je pense... ;) ), je déteste les visions trop intégristes.
Alors je vais faire ce que je fais souvent : donner un peu de recul.
la saga Star Trek à TOUJOURS été une vache à lait mercantile, une boite à fric gigantesque qui rapporte à Paramount des milliards de dollars. Entre les reventes, les spin-off, les objets, romans, multiples édition VHS, Laserdiques, DVD, versions reformatées, etc etc etc.


Je ne dis pas le contraire, et il n'y a qu'à entrer dans une librairie aux USA pour voir à quel point les franchises "Star Trek" et "Star Wars" trustent et étouffent le rayon sf. Il était donc fatal que cela lui retombe sur la gueule et que la saga mute en franchise.


Pour conclure sur ce point, il faut aussi préciser que faire du fric, but premier d'une production ciné-télé, n'empêche en rien d'être aussi une oeuvre, ce qui est le cas avec TOS, TNG, DS9 et pas mal des films etc... Cela va sans dire mais c'est mieux en le disant.


Ca n'empêche pas mais c'est un handicap, franchi avec plus ou moins de succès jusqu'à DS9, ensuite...

Ensuite, la "franchise" Star Trek, puisque tout le monde sait qu'il s'agit de cela, a sombrée artistiquement (je ne parle pas de revenus financier, quoique, là aussi...) il y a déjà quelques années. Pour des raisons que vous avez d'ailleurs cités plus haut, "Star Trek" "est devenu classique (mais pas dans le bon sens du terme), prévisible, ennuyeux, tellement empêtre dans ses règles et ses lois qu'elle n'évoluait plus et a finit par lasser.


Ben voilà.

Dernière preuve de ce blocage créatif : BSG ! Je vous rappelle que ce chef d'oeuvre a été conçu clairement en faisant exactement tout le contraire de ce que ST faisait, devenant donc ce que ST ne pourrait jamais se permettre de faire... et ce faisant devient extraordinairement inventif et novateur ! Un comble !


N'oublie pas de mentionner "Babylon V", et la façon dont cette série a permis à DS9 de se sauver des eaux...

Enfin, compte tenu de cette situation, un reboot semble être une excellente option.


Et tout simplement s'arrêter, cela ne vient donc à l'esprit de personne ? Ou le stand-by proposé il n'y a pas si longtemps, histoire de voir venir. "Star Trek" a t-elle donc vocation à être éternelle ? BSG n'est-elle pas la preuve qu'il faut savoir céder la place ? Pourquoi rebooter la franchise, sinon pour de basses motivations commerciales (les mêmes qui font revenir Kirk & co), tandis qu'artistiquement il pourrait être plus intéressant (et plus sain) de faire tout autre chose. Les X-Philes, à force de réclamer de nouvelles saisons et un nouveau film, sont en grande partie responsables du naufrage de la franchise.

Évidemment, si c'est du baston au sabre laser, là, on est plus dans Star Trek.
Mais je n'ai pas l'impression que ça soit cela. Et je ne vois pas ou est la honte de rendre ST moderne !


Je me demande si "Star Trek" a jamais été moderne (la série originale est quand même contemporaine de "2001 l'Odyssée de l'espace"...). Bref. Donc soit le film reste fidèle à l'esprit de la saga et se contente de la moderniser, soit il la trahit et la travestie. N'oublie pas de nous livrer le fin mot de l'histoire... quel suspense ! :'(
Si quelqu'un m'a compris c'est que je n'ai pas été clair.
Avatar de l’utilisateur
N°6
Roi gaffeur du Gondor
Roi gaffeur du Gondor
 
Messages: 1382
Inscrit le: 02 Mar 2004 1:44
Localisation: Le Village

PrécédentSuivant

Retourner vers CinémathèQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités

cron