[F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

De X-Files à Neon Genesis Evangelion en passant par Baywatch !

Modérateur: Amrith Zêta

Messagepar Cresp0 sur 19 Sep 2005 8:09

L'épisode d'hier était très intense, j'ai vraiment beaucoup aimé.
On avait déja suivi les gens qui allaient mourir dans cette série mais cela n'a jamais rendu aussi bien.

Au fait, est-ce qu'il y a déja eu un épisode réalisé complement en suivant un seul patient ? Et ne le lachant pas jusqu'à la fin de l'episode.
Cela pourrait être sympa.
Avatar de l’utilisateur
Cresp0
Fiancé(e) de the Bride dans KILL BILL
 
Messages: 743
Inscrit le: 15 Mar 2004 20:47
Localisation: Somewhere in the desert...

Messagepar underhilldaisy sur 19 Sep 2005 16:34

je crois qu'il y a déjà eu un truc dans le genre: c'était vu à travers les yeux d'un patient je crois ....

sinon, en règle générale, ER a qd même énormément perdu, c'est vraiment plus ce que c'était: ca tourne en rond, et j'ai beau adorer le personnage d'Abby nouvelle version et Susan, ca me soule de plus en plus.
Preuve en est: j'ai entrevu ceux d'hier, ratés ceux de la semaine dernière et ca me manque pas, j'ai l'impression de ne rien perdre en fait ....
Il est tout de même grand temps que ca s'arrete je crois :roll:
*Ce n'est pas la girouette qui tourne, c'est le vent*
Avatar de l’utilisateur
underhilldaisy
Jamais pris au radar
 
Messages: 1856
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:21
Localisation: Bdx

Messagepar Guigui sur 16 Oct 2005 21:16

Pas terrible la fin de NEW YORK 911... Et enfin on sait pourquoi Weaver a sa béquille... :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar Død Kalm sur 16 Oct 2005 21:24

Moi qui ne peut pas suivre la série, je demande officiellement à être spoilé et à savoir d'ou vient la béquille :lol:
Image
Avatar de l’utilisateur
Død Kalm
vibro de Kimber
 
Messages: 722
Inscrit le: 08 Jul 2004 12:07
Localisation: DTC

Messagepar Luder sur 16 Oct 2005 22:13

Guigui a écrit:Et enfin on sait pourquoi Weaver a sa béquille... :)


Tiens, ça me fait penser que je voulais vous parler d'un truc ;)

Le prochain épisode (le 11x15) est l'un des rare épisode d'Urgences à m'avoir véritablement mis mal à l'aise. Non pas à cause des images, mais à cause de la situation. Le précédent m'ayant autant pris remonte quand même à loin vu qu'il s'agissait du 6x14 ("All In The Family") où on suivait la mort de Lucy :?
Avatar de l’utilisateur
Luder
Doublure des fesses d'Al Pacino
 
Messages: 517
Inscrit le: 01 Mar 2004 18:57
Localisation: Suisse

Neela par ci, Neela par là

Messagepar tonnerre de brest sur 17 Oct 2005 2:50

Il est difficile pour "Urgences" de se renouveller. La série n'y arrive jamais mieux que lorsqu'elle sort de son terrain balisé, et ce sont les épisodes "africains" qui ont, à mon sens, vraiment marqué les deux dernières saisons. Pour une fois qu'une série s'intéressait à ce continent en montrant la totale déliquescence, voire la barbarie, qui règne dans certains pays dans la région des Grands Lacs, c'est un fait à noter.

Je précise que j'ai une grande passion pour ce continent. Ceci explique peut-être cela. Mais au moins, eux, ils en ont parlé, ils l'ont fait entrer dans le domaine de la fiction sans passer par les clichés de l'exotisme. L'Urgence, c'est là-bas, c'est partout où règne la misère. Cette extension du terrain de la médecine était assez remarquable.

Dans la même veine, la façon dont cette saison traite le mécénat des hopitaux universitaires par les laboratoires pharmaceutiques est très pertinente. Le scandale que crée Carter en dénonçant un médicament répandu chez les médecins à grand renfort de pub sans avoir la fiabilité à 100 % qu'il devrait avoir est un passage très fort. Encore une fois, entendre un médecin urgentiste déplorer la loi du marché et du profit (les mots sont employés dans la série) montre à quel point "Urgences " n'est pas timorée.
Et la défense du système par Lewis, loin d'apaiser la polémique, montre à quel point les rouages du système sont complexes et combien le chantage des grandes firmes, mais aussi leurs réussites dans la mise au point de nouveaux traitement, rend très difficile la contestation de ce système.
Et la série en revient à ces médecins qui se demerdent comme ils peuvent dans ce gigantesque problème de santé public en faisant leur boulot au quotidien.

Toujours dans la même veine, l'épisode sur Weather (voir le spoiler pour Dod Kalm) traite de l'extrémisme des baptistes dont on connaît la pullulation ( ça existe, ce mot :roll: ) aux U.S.A. et leur poid sur le retour à l'ordre moral. Très bien vu. A quand une série sur eux ?

Le problème est qu'il semblerait que les scénaristes n'ont plus de suite dans les idées au niveau des personnages. Pour en revenir à l'Afrique, on se souvient de cette embrassade, ce baiser de reconnaissance absolue, que donnait Kovac à Carter quand celui-ci l'avait retrouvé, en pleine guerre civile. C'était une scène très forte: cette histoire entre eux aurait pu donner un film de haut niveau.
Et maintenant les choses semblent revenues à la "normale". On pourra me rétorquer qu'ils savent ce qu'ils se doivent, et ce qu'ils ont vu, que personne dans leur entourage n'imagine, mais leur relation est traitée avec une certaine fadeur. La puissance de leurs liens m'en semble affectée. Ils ne forment même pas un duo/pivot.

Ceci dit, le recentrage sur les urgences continue à produire une série de bonne facture. Quitte à en faire hurler certains, Kovac et Sam sont un peu une bouffée d'air frais dans ce monde de brute. Et voir kovac trouver enfin une certaine sérénité auprès de quelqu'un de simple (pas simplet, compris :wink: ) ne me semble pas être une erreur scénaristique. C'est même plutôt cohérent.
Le manque d'épaisseur de certains personnages, mis à part Carter, Lewis, Neela, Weather, (c'est plutôt Pratt que je bafferais...), devra être corrigé si les remplaçants veulent pouvoir tenir tout ça sur leurs épaules. A ce niveau, je suis plutôt d'accord avec Luder.

Sinon, il est clair que des guests comme Ray Liotta, ça change un épisode...

Et puis il y a de bonnes sorties:
Abby: "c'est vrai, pratiquons le déni", alors qu'elle est accroc à son subalterne. :)

Enfin, tant que Neela reste là, c'est l'essentiel... C'est la seule nouvelle qui ait un vrai potentiel.
Last edited by tonnerre de brest on 17 Oct 2005 3:15, edited 5 times in total.
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

Un spoiler pour Dod Kalm

Messagepar tonnerre de brest sur 17 Oct 2005 3:09

ATTENTION, SPOILER DU A UNE DEMANDE VOLONTAIRE ! :shock:

Død Kalm a écrit:Moi qui ne peut pas suivre la série, je demande officiellement à être spoilé et à savoir d'ou vient la béquille :lol:


Je viens à ta rescousse. Weather retrouve sa mère biologique (enfin, c'est plutôt l'inverse, mais bon). Leurs retrouvailles ne se passent pas si bien que prévue.

Weather lui explique d'où vient son problème: elle est née avec une maladie affectant sa jambe: ça a un nom impossible, ne me demande pas de le ressortir de mémoire ! Elle a grandi comme ça. Elle a toujours eu besoin d'une canne. Elle s'est même imaginée que ça a été la raison pour laquelle elle a été abandonnée, d'où un constant sentiment de "différence", voire, semble suggérer cet épisode qui est assez fort, de culpabilité.

Cela se retrouvera dans le fait que Weather est lesbienne, ce que ne peut accepter sa mère, croyante baptiste.
Il y a d'ailleurs une très belle différenciation entre le concept "d'amour" et "d'acceptation", que l'on mélange souvent alors qu'ils sont très distincts: le vrai amour ne peut aller sans une vraie acceptation de l'Autre.
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

Re: Un spoiler pour Dod Kalm

Messagepar Sullivan sur 17 Oct 2005 3:37

tonnerre de brest a écrit:ça a un nom impossible, ne me demande pas de le ressortir de mémoire !


Extrait de ma review : "Helen s’interroge sur la béquille de Kerry. Elle lui indique qu’il s’agit d’une dysplasie congénitale"

Très grand épisode.


Sullivan.
Image
Avatar de l’utilisateur
Sullivan
Pote de Stomy Bugsy
 
Messages: 227
Inscrit le: 17 Mar 2004 3:14
Localisation: Sodalidas Quaerito

Messagepar Død Kalm sur 17 Oct 2005 10:24

Dysplasie LOL Je me marre parce que c'est le test de dépistage qu'on fait à tous les chiens pour savoir s'ils peuvent avoir des petits sans risque pour eux. :lol: Si ils sortent avec un A c'est bon, B ça passe, C moyen, D et E vaut mieux pas y penser.

Merci pour le spoiler.

Avant de partir au "soleil" j'avais eu l'occasion de voir juste les deux premiers épisodes de cette saison, et ils m'avaient tout de suite plus enthousiasmés que les saisons précédentes. Je me trompe ou le niveau est bien meilleur que la saison 10 ?
Image
Avatar de l’utilisateur
Død Kalm
vibro de Kimber
 
Messages: 722
Inscrit le: 08 Jul 2004 12:07
Localisation: DTC

pareil

Messagepar Guigui sur 17 Oct 2005 17:57

Je me suis fait exactement les mêmes reflexions que toi concernant KOVAC et CARTER Tonnerre de Brest... Mais bon...
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar Luder sur 17 Oct 2005 19:46

Moi au contraire je n'avais pas du tout apprécié les épisodes africains. Certes, c'était un sujet rarement abordé dans des séries télé, mais la manière dont cela a été traité était véritablement déplacée.

Utiliser le thême de l'Afrique pour nous pondre un énième triangle amoureux... fallait oser ! Alors oui, on parlait quand même de ce qui se passait là bas, mais j'ai pas eu l'impression que l'intérêt recherché était là. J'ai vu ça que comme un moyen de mettre quelques personnages en dehors de l'hôpital pour leur faire vivre une histoire d'amour différente que d'habitude.

En tous cas, c'est tout ce que moi j'y ai vu. Ca m'a peut-être fait louper des choses plus interessantes. Je ne sais pas. C'est un tous cas pas une période de la série que je regrette ! Au contraire, qu'est-ce que ça m'a gonflé !

Et ce qui n'aide en rien dans l'histoire, c'est que j'ai du mal à trouver de l'intérêt dans le personnage de Kovac. C'est aussi pour ça que je considère le couple Kovac / Sam et ce ... hum ... gamin, comme un trio de boulets. Je trouve que ce n'est pas interessant, ça ne mène à rien, c'est looourd. C'est dommage, car on a pu voir que Sam pouvait avoir un peu plus d'intérêt que de faire subsister cette liaison amoureuse. Et le gamin, c'est le king of boulets ! :roll:
Avatar de l’utilisateur
Luder
Doublure des fesses d'Al Pacino
 
Messages: 517
Inscrit le: 01 Mar 2004 18:57
Localisation: Suisse

Karter et Covac

Messagepar tonnerre de brest sur 18 Oct 2005 1:42

Guigui a écrit:


Je me suis fait exactement les mêmes réflexions que toi concernant KOVAC et CARTER Tonnerre de Brest... Mais bon...


N'est-ce pas ? Je trouve là qu'il y a un phénomène typique de déperdition propre à l'usure de la série. C'est très symptomatique. Mais en même temps, l'indicible de leur expérience peut expliquer cela. Il n'empêche, une complicité plus poussée aurait été la bienvenue.

Luder a écrit:


Moi au contraire je n'avais pas du tout apprécié les épisodes africains. Certes, c'était un sujet rarement abordé dans des séries télé, mais la manière dont cela a été traité était véritablement déplacée.

Utiliser le thème de l'Afrique pour nous pondre un énième triangle amoureux... fallait oser ! Alors oui, on parlait quand même de ce qui se passait là bas, mais j'ai pas eu l'impression que l'intérêt recherché était là. J'ai vu ça que comme un moyen de mettre quelques personnages en dehors de l'hôpital pour leur faire vivre une histoire d'amour différente que d'habitude.


Je comprends le principe de ta désapprobation, mais elle me paraît infondée.

D'abord, le concept du personnage hors de l'Hôpital est récurrent: rappelons-nous Benton dans la cambrousse sudiste, et la révélation assez hallucinante de certaines zones des U.S.A. hors de l'american way, presque tiermondisées.

Ensuite, la question qu'un triangle amoureux se forme en Afrique n'est pas plus choquante qu'un triangle amoureux qui se forme à l'hôpital ! Le Cook Countie reçoit toute la misère du monde, ce qu'on y voit est souvent insoutenable, et que ce soit la misère, l'exclusion, la guerre des gangs, le système d'assurance (ou de non -assurance, plutôt) à l'américaine, sans compter les cas d'études, et les situation individuelles déprimantes, c'est la violence généralisée d'une société qui est passée au crible fin. Alors on pourrait dire la même chose: créer des histoires d'amour, des triangles amoureux dans ce contexte, fallait oser !

Je prends ce "fallait oser" de manière positive, en Afrique. Mais les épisodes africains révèlent selon moi quelque chose de plus profond dans la ligne narrative, par rapport à un personnage comme Carter, qui s'impose comme une évidence en docteur humanitaire. Son destin, son dessein, conscient ou pas, est précisément . J'ai l'impression qu'il ne peut finir que comme ça.

Un autre élément entre en jeu: sans doute me diras-tu que c'est irrationnel, mais je ne crois pas du tout que c'est le cas. Vois-tu, c'est toi qui m'a rappelé l'histoire du triangle amoureux, et encore, je ne connais même pas les protagonistes, mis à part Thandie Newton. C'est comme si à ce niveau il n'y avait pas eu "d'avant". :wink:

Peut-être projette-t-on dans nos souvenirs que ce qui nous intéresse: ce dont je me souviens concernant l'Afrique, c'est l'explication méthodique des conflits tribaux, avec les discussions politiques opposant les américains aux "french doctors". C'est la difficulté extrême de l'organisation humanitaire dans des zones de conflits, à hauts risques. C'est le rôle joué par les Maï Maï. Ce sont les charniers. Ce sont les méthodes d'exécution des ethnies. Ce sont les enfants soldats, dont les medias semblent avoir découvert l'existence depuis quelque temps (quand les renvoieront-ils dans les oubliettes de l'information ?), et ce sans jugement de valeur sur ce continent, mais dans la monstration d'une effroyable complexité qui laisse des peuples à l'abandon.

Notre "différent" viendrait donc d'une appréciation différente sur la question du "moyen" et de la "fin".

Ces épisodes sont-ils un moyen pour introduire un triangle amoureux ?
Ces épisodes sont-ils une tentative pour montrer une dramatique urgence en Afrique ? Rappelons le manque d'empressement des U.S.A. lors de la guerre dans la région des Grands Lacs, l'Irak étant un thème plus "important".

Moyen ou fin ?
Si c'est un moyen, la méthode est une normalité d' "Urgence", même si les U.S.A. ne vivent pas la situation dramatique de l'ouest africain.
Et si c'était simplement plus complexe ? Dans le développement des personnages, une réalité transparaît grâce à leur subjectivité. Pour que leur histoire propre se poursuive, des éléments de romance peuvent entrer en jeu. Ce qui n'enlève rien à l'impact de l'errance d'un médecin américain au travers des yeux duquel l'horreur érigée en système est montrée.
Ce sont ces épisodes que j'ai gardé en mémoire de façon précise (et pourtant sélective comme je l'ai dit plus haut).

Je ne crois pas qu'il y ait là un manque à l'éthique.

D'ailleurs une question posée à tous: si une série devait se faire sur les médecins humanitaires, passant du Darfour aux Grands Lacs, de l'Afghanistan à l'Irak, du Cambodge à la Roumanie, etc. (hélas), avec des personnages complexes qui ne peuvent vivre dans le solipsisme (ce serait un comble) et qui aurait donc une vie affective et des romances, serait-ce une honte ? Serait-ce un bienfait ?
Sans déconner, j'attends une réponse, merci. Je trouve ce débat intéressant. :wink:


Et ce qui n'aide en rien dans l'histoire, c'est que j'ai du mal à trouver de l'intérêt dans le personnage de Kovac. C'est aussi pour ça que je considère le couple Kovac / Sam et ce ... hum ... gamin, comme un trio de boulets. Je trouve que ce n'est pas interessant, ça ne mène à rien, c'est looourd. C'est dommage, car on a pu voir que Sam pouvait avoir un peu plus d'intérêt que de faire subsister cette liaison amoureuse


Heureux de trouver quelqu'un qui a de l'intérêt pour Sam, même minimum :) !

Là on peut peut-être faire la jonction avec ce que nous disions avec guigui.
Kovac a souffert le martyr de la guerre civile yougoslave. On se demande comment il a pu survivre mentalement. Il se sent donc impliqué dans l'humanitaire, car il a l'expérience du conflit armé, et survit par sa non-indifférence.

Carter a toujours eu une trajectoire qui l'amène à sonder le pire de la société. Il est logique qu'il franchisse le pas humanitaire. Sans héroïsme mais avec méthode.

Carter et Kovac se "croisent" à ce moment. D'où leur fraternité (mal exploitée par la suite).

Quand je disais que la liaison de Kovac était cohérente, c'était parce qu'il me semble logique qu'il revienne de ce qu'il a fait. Non pas qu'il abandonne, mais qu'il aspire à une sérénité. Sam est une prise de tête, mais ce sont justement des problématiques plus "normales" dans une vie. Quelqu'un qui lui apporte l'espoir d'un "bonheur", même s'il faut précisément gérer des choses qui semblent de peu d'intérêt. Cela justifie ses problèmes avec Sam et son môme.
Cela n'enlève rien à la gravité des situations, mais son repositionnement dans une vie simple est finalement assez touchant.

Carter, lui, ne peut que continuer dans le refus: refus du système de la domination des firmes pharmaceutiques, refus des lois du marché (quand bien même est-il fortuné, ce que lui fait remarquer Lewis), subissant une loi "d'inversion". Il est l'antinomie de Kovac, par ses origines, son rang social. Mais sa trajectoire l'amène toujours vers les plus déshérités, tandis que son "frère"d'infortune se range un peu, même s'il reste fidèle à son poste aux urgences.

Carter a trop été touché, dans tous les sens du terme, par l'injustice. Y compris personnelle, avec Lucy. Et avec la drogue.

Il lui faudra aller plus loin.

Sinon, droit de suite sur les Maï Maï:
http://www.congo-mai-mai.net/public_htm ... art_1.html

La situation est loin d'être règlée.
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

Re: Karter et Covac

Messagepar Luder sur 19 Oct 2005 22:53

tonnerre de brest a écrit:D'abord, le concept du personnage hors de l'Hôpital est récurrent: rappelons-nous Benton dans la cambrousse sudiste, et la révélation assez hallucinante de certaines zones des U.S.A. hors de l'american way, presque tiermondisées.


Je me rappelle que très vaguement de l'histoire avec Benton. Mais de ce que je me souviens, j'en avais pas gardé un aussi mauvais souvenir que ces épisodes africains.

Ensuite, la question qu'un triangle amoureux se forme en Afrique n'est pas plus choquante qu'un triangle amoureux qui se forme à l'hôpital !
[...]
Alors on pourrait dire la même chose: créer des histoires d'amour, des triangles amoureux dans ce contexte, fallait oser !


Il y a quand même une différence entre ce qui peut se passer dans pratiquement 250 épisodes et ce qui peut se passer dans 3 ou 4 épisodes. J'ai trouvé presque déplacé de se servir de ces épisodes particuliers pour introduire ce triangle amoureux. En quoi cela servait à l'histoire ? A rien. Il y a tout le reste de la saison pour le faire (n'y en a-t-il déjà pas assez d'ailleurs ?). Véritable envie des scénaristes ou obligation de la chaîne pour qu'on ait pas un thème aussi peu porteur (et oui...) que la misère africaine en fin et début de nouvelle saison ? Un peu comme le shipperisme x-filien quoi... Il faut toujours, tout le temps, une dose de romantisme, autrement c'est forcé, les gens s'emmerdent :roll:

Je prends ce "fallait oser" de manière positive, en Afrique. Mais les épisodes africains révèlent selon moi quelque chose de plus profond dans la ligne narrative, par rapport à un personnage comme Carter, qui s'impose comme une évidence en docteur humanitaire. Son destin, son dessein, conscient ou pas, est précisément . J'ai l'impression qu'il ne peut finir que comme ça.


Le personnage de Carter est probablement le plus cohérant dans toute cette histoire.

Un autre élément entre en jeu: sans doute me diras-tu que c'est irrationnel, mais je ne crois pas du tout que c'est le cas. Vois-tu, c'est toi qui m'a rappelé l'histoire du triangle amoureux, et encore, je ne connais même pas les protagonistes, mis à part Thandie Newton. C'est comme si à ce niveau il n'y avait pas eu "d'avant". :wink:


Justement. Il n'y a ni avant, ni après. Tu le diras toi même pour Kovac. Ces épisodes n'ont véritablement servit à rien ! Contrairement à toi, ces conneries scénaristiques m'ont complètement occulté le reste. Et tout ce que j'en retiens, c'est d'avoir été énervé par ces conneries :?

Peut-être projette-t-on dans nos souvenirs que ce qui nous intéresse: ce dont je me souviens concernant l'Afrique, c'est l'explication méthodique des conflits tribaux, avec les discussions politiques opposant les américains aux "french doctors". C'est la difficulté extrême de l'organisation humanitaire dans des zones de conflits, à hauts risques. C'est le rôle joué par les Maï Maï. Ce sont les charniers. Ce sont les méthodes d'exécution des ethnies. Ce sont les enfants soldats, dont les medias semblent avoir découvert l'existence depuis quelque temps (quand les renvoieront-ils dans les oubliettes de l'information ?), et ce sans jugement de valeur sur ce continent, mais dans la monstration d'une effroyable complexité qui laisse des peuples à l'abandon.


Je ne me désinteresse pas de ce sujet. Au contraire même. Je ne me pense pas que je me serais énervé devant ma télé si ce n'était pas le cas d'ailleurs.
Mais ce que tu racontes renforce encore ma question posée plus haut, de savoir quelles étaient les véritables intentions des scénaristes.

Notre "différent" viendrait donc d'une appréciation différente sur la question du "moyen" et de la "fin".

Ces épisodes sont-ils un moyen pour introduire un triangle amoureux ?
Ces épisodes sont-ils une tentative pour montrer une dramatique urgence en Afrique ? Rappelons le manque d'empressement des U.S.A. lors de la guerre dans la région des Grands Lacs, l'Irak étant un thème plus "important".


Je l'ai clairement vécu comme la première solution. Sans vouloir en dire trop, on aura peut-être encore l'occasion de comparer nos appréciations au cours de la saison en cours.

D'ailleurs une question posée à tous: si une série devait se faire sur les médecins humanitaires, passant du Darfour aux Grands Lacs, de l'Afghanistan à l'Irak, du Cambodge à la Roumanie, etc. (hélas), avec des personnages complexes qui ne peuvent vivre dans le solipsisme (ce serait un comble) et qui aurait donc une vie affective et des romances, serait-ce une honte ? Serait-ce un bienfait ?
Sans déconner, j'attends une réponse, merci. Je trouve ce débat intéressant. :wink:


Evidemment non, ca ne serait pas une honte. A condition, à nouveau, que la misère ne servent pas de pretexte à un "feux de l'amour" exotique. En faisant les choses bien, qui peuvent être développées au cours d'une saison complète, ça n'aurait probablement rien de choquant.

Heureux de trouver quelqu'un qui a de l'intérêt pour Sam, même minimum :) !


Héhé ;) Les urgences auraient été dans la merde sans elle. Il n'y aurait plus eu d'infirmière depuis qu'Abby a changé de blouse :P
Non, vraiment.. c'est du gâchis. Je me demande d'ailleurs qu'est-ce qui a été à l'origine de ce soubresaut d'intérêt des scénaristes pour son personnage dans un épisode. Mais bon, le fait que Maura Tierney ne soit pas sur le point de partir explique peut-être le pourquoi du comment. Dommage.

Là on peut peut-être faire la jonction avec ce que nous disions avec guigui.
Kovac a souffert le martyr de la guerre civile yougoslave. On se demande comment il a pu survivre mentalement. Il se sent donc impliqué dans l'humanitaire, car il a l'expérience du conflit armé, et survit par sa non-indifférence.

Carter a toujours eu une trajectoire qui l'amène à sonder le pire de la société. Il est logique qu'il franchisse le pas humanitaire. Sans héroïsme mais avec méthode.

Carter et Kovac se "croisent" à ce moment. D'où leur fraternité (mal exploitée par la suite).


Pas du tout exploitée tu veux dire ? Fallait bien faire quelques références au début, c'était inévitable. Mais je parie que si on prend un épisode d'avant la période africaine et un épisode d'après on voit aucune différence dans les relations entre ces deux personnages. Même individuellement, c'est pas flagrant. Oh, il y a bien eu les nouvelles techniques de soin de Kovac. Ou la femme et le fils Carter... un peu trop lourd pour les garder aussi semble-t-il.

Cela n'enlève rien à la gravité des situations, mais son repositionnement dans une vie simple est finalement assez touchant.


Un effet imprévu sans doute ;)
Avatar de l’utilisateur
Luder
Doublure des fesses d'Al Pacino
 
Messages: 517
Inscrit le: 01 Mar 2004 18:57
Localisation: Suisse

Perception(s)

Messagepar tonnerre de brest sur 20 Oct 2005 2:12

Luder a écrit:

J'ai trouvé presque déplacé de se servir de ces épisodes particuliers pour introduire ce triangle amoureux. En quoi cela servait à l'histoire ? A rien. Il y a tout le reste de la saison pour le faire (n'y en a-t-il déjà pas assez d'ailleurs ?). Véritable envie des scénaristes ou obligation de la chaîne pour qu'on ait pas un thème aussi peu porteur (et oui...) que la misère africaine en fin et début de nouvelle saison ? Un peu comme le shipperisme x-filien quoi... Il faut toujours, tout le temps, une dose de romantisme, autrement c'est forcé, les gens s'emmerdent


Cela a servit à l'histoire pour la relation entre Carter et Kem, qui, à mon sens, est une des constituantes de la cohérence de Carter dont tu parles.
Thandie Newton personnifie le côté éthique vers lequel Carter penche. Je pense qu'en même temps que la relation strictement amoureuse, il y a un positionnement moral et réflexif chez Carter qui interroge la médecine. Son désaccord avec Lewis sur la soumission au marché me semble être une conséquence directe de tout cela.

Mais il est très clair que ce triangle amoureux a sans doute permis aux scénaristes de parler de l'Afrique dont beaucoup de gens se foutent.

En revanche, je ne partage pas ta haine du romantisme ! :aha: Y compris dans X-Files !

Citation:

Un autre élément entre en jeu: sans doute me diras-tu que c'est irrationnel, mais je ne crois pas du tout que c'est le cas. Vois-tu, c'est toi qui m'a rappelé l'histoire du triangle amoureux, et encore, je ne connais même pas les protagonistes, mis à part Thandie Newton. C'est comme si à ce niveau il n'y avait pas eu "d'avant".



Justement. Il n'y a ni avant, ni après. Tu le diras toi même pour Kovac. Ces épisodes n'ont véritablement servit à rien ! Contrairement à toi, ces conneries scénaristiques m'ont complètement occulté le reste. Et tout ce que j'en retiens, c'est d'avoir été énervé par ces conneries


Si, il y a un "après", avec Thandie Newton, justement.

En tout cas, voilà un cas typique de différence de perception qui relève de l'illogique de la sensiblité individuelle: je ne me dérobe pas en disant cela, car je trouve tes arguments solides. Au contraire, je trouve que ça pose question: pourquoi ressent-on un épisode ainsi ou ainsi selon les personnes ? Quand tous les arguments sont épuisés, car ce n'est pas une question de goût et de couleur, ça va de soi, il reste quelque chose d'irréductible à chacun. Je trouve ça intéressant. :wink:

Citation:

Là on peut peut-être faire la jonction avec ce que nous disions avec guigui.
Kovac a souffert le martyr de la guerre civile yougoslave. On se demande comment il a pu survivre mentalement. Il se sent donc impliqué dans l'humanitaire, car il a l'expérience du conflit armé, et survit par sa non-indifférence.

Carter a toujours eu une trajectoire qui l'amène à sonder le pire de la société. Il est logique qu'il franchisse le pas humanitaire. Sans héroïsme mais avec méthode.

Carter et Kovac se "croisent" à ce moment. D'où leur fraternité (mal exploitée par la suite).



Pas du tout exploitée tu veux dire ? Fallait bien faire quelques références au début, c'était inévitable. Mais je parie que si on prend un épisode d'avant la période africaine et un épisode d'après on voit aucune différence dans les relations entre ces deux personnages. Même individuellement, c'est pas flagrant. Oh, il y a bien eu les nouvelles techniques de soin de Kovac


Oui, je suis entièrement d'accord. Il y a là un énorme raté de la série. Le pivot Carter/Kovac s'est écroulé complètement. Si précisément, on sait que leur histoire commune est indicible, ça n'est pas une raison pour ne pas en rendre les conséquences dramaturgiques fondatrices. Au contraire, ils devraient être d'une complicité totale. Cette complicité a été balayée.

A la place on a eu droit aux techniques nouvelles de kovac, comme tu dis, qui ont été lourdes, et ont rendu le personnage pénible. Tout ça pour quoi ? Le sujet a été abandonné !
Ses relations de soutien actuelles avec Neela sont autrement plus intéressantes (et là le trio amoureux a été évacué illico presto, et tant mieux ! " Pratiquons le déni", je la répète, car j'adore cette réplique :) ).

Ceci dit, l'opposition ascendance de Kovac vs descente de Carter vers les déshérités se tient. Carter se définit en partie par sa capacité d'empathie.

Je ne me désinteresse pas de ce sujet. Au contraire même. Je ne me pense pas que je me serais énervé devant ma télé si ce n'était pas le cas d'ailleurs.
Mais ce que tu racontes renforce encore ma question posée plus haut, de savoir quelles étaient les véritables intentions des scénaristes.


Je me suis peut-être mal exprimé: loin de moi l'idée que tu te désintéresses du sujet ! Qu'on en parle, avec des avis différents (ou non) montre carrément le contraire !

Citation:

Notre "différent" viendrait donc d'une appréciation différente sur la question du "moyen" et de la "fin".

Ces épisodes sont-ils un moyen pour introduire un triangle amoureux ?
Ces épisodes sont-ils une tentative pour montrer une dramatique urgence en Afrique ? Rappelons le manque d'empressement des U.S.A. lors de la guerre dans la région des Grands Lacs, l'Irak étant un thème plus "important".



Je l'ai clairement vécu comme la première solution. Sans vouloir en dire trop, on aura peut-être encore l'occasion de comparer nos appréciations au cours de la saison en cours


Comme je l'ai dis, les deux approches ne me semblent pas incompatibles. Moi, je l'ai vécu comme la seconde solution. Tu piques ma curiosité, cependant, mais je ne suis pas sûr que ça nous amène aux mêmes conclusions ! :D

Citation:

D'ailleurs une question posée à tous: si une série devait se faire sur les médecins humanitaires, passant du Darfour aux Grands Lacs, de l'Afghanistan à l'Irak, du Cambodge à la Roumanie, etc. (hélas), avec des personnages complexes qui ne peuvent vivre dans le solipsisme (ce serait un comble) et qui aurait donc une vie affective et des romances, serait-ce une honte ? Serait-ce un bienfait ?
Sans déconner, j'attends une réponse, merci. Je trouve ce débat intéressant.



Evidemment non, ca ne serait pas une honte. A condition, à nouveau, que la misère ne servent pas de pretexte à un "feux de l'amour" exotique. En faisant les choses bien, qui peuvent être développées au cours d'une saison complète, ça n'aurait probablement rien de choquant.


Merci de la réponse, qui me surprend agréablement. J'attends celles d'autres :dans: !
Pourquoi agréablement ? Parce que pas mal de personnes répondrait: "il est scandaleux de dépenser une fortune pour faire une série qui parle de la misère dans le monde". Sans se demander si cette série ne pourrait pas tenter d'éclaircir des enjeux géopolitiques, la diversité des misères (il n'existe pas une seule forme de misère), et surtout le fonctionnement des organisations humanitaires, et leurs multiples spécificités.

Ce qui n'empêcherait pas un peu de romance, car dans la vraie vie il y en a, y compris au sein les ONG ! :wink: A condition que cela ne desserve pas le propos, évidemment. Tout est question d'éthique.

Citation:

Cela n'enlève rien à la gravité des situations, mais son repositionnement dans une vie simple est finalement assez touchant.



Un effet imprévu sans doute


Ou alors Kovac a enfin de la chance et bénéficie favorablement de la théorie du chaos :) !
Imprévu mais bienvenu. Lui qui a vécu des choses d'une telle monstruosité, le voir mis en difficulté par rien de plus que de l'ordinaire est bien vu. En ça, Sam est vectrice d'un apaisement véritable, et loin de fustiger son personnage, je lui trouve un paradoxe: oui elle est peut être insupportable, mais finalement elle est accessible comme une bouffée d'oxygène.
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

Messagepar Luder sur 22 Oct 2005 17:23

tonnerre de brest a écrit:Cela a servit à l'histoire pour la relation entre Carter et Kem, qui, à mon sens, est une des constituantes de la cohérence de Carter dont tu parles.


Kem ? C'est qui déjà ? Ah oui... Ca y est, ça me revient. C'est la voix qu'on entends au téléphone ? :)
Je ne nie pas que cela ait servit au personnage de Carter, mais bon.. j'ai aussi l'impression que cette histoire a été (à moitié) expédié trop rapidement.

En revanche, je ne partage pas ta haine du romantisme ! aha Y compris dans X-Files !


:) Je n'ai pas une haine du romantisme. Mais il faut que ça soit bien fait. Qu'il y ait une certaine logique, un minimum de réalité. Donc, on ne créer pas une relation amoureuse en 2 épisodes pour la conclure dans le 3ème. Encore une fois, c'est inutile et ridicule. En soit, dans X-Files, même si c'est parti en c... ça avait au moins le mérite d'être crédible. La relation entre Mulder et Scully n'avait pas prit quelques épisodes pour se construire, mais plusieurs années. Bon, je suis d'accord qu'on ne peut pas faire ça dans toutes les séries, surtout avec des personnes parfois secondaires.

Si, il y a un "après", avec Thandie Newton, justement.


Il y aura un après quand les scénaristes en auront marre du subterfuge téléphonique. Du moins je l'espère... sinon ça serait encore un boulet de plus dans la série (le personnage, pas Thandie Newton hihi).

En tout cas, voilà un cas typique de différence de perception qui relève de l'illogique de la sensiblité individuelle


Je me demande si on avait pas tout simplement d'autres attentes d'un tel épisode. Je serais par contre incapable de te dire ce que j'en attendais vraiment.

Ses relations de soutien actuelles avec Neela sont autrement plus intéressantes (et là le trio amoureux a été évacué illico presto, et tant mieux ! " Pratiquons le déni", je la répète, car j'adore cette réplique)


Ca a peut-être été évacué illico presto, mais ils l'ont quand même fait. C'est un autre cas des énormités dont "Urgences" est capable. La pauvre Neela passe pour une gourde incroyablement conne. Aller.. on savait pas quoi lui faire faire aujourd'hui, alors on va lui inventer une petite amourette avec Kovac, histoire de créer un nouveau triangle amoureux (encore un...). Le but c'est de rivaliser avec les soaps ?
En tous cas, le personnage de Neela en a souffert et je trouve ça dommage. D'ailleurs, il y a un lien assez interessant. En temps que médecin, elle a du potentiel, mais il est mal exploité. Et en temps que personnage c'est pareil. Comme Sam, elle pourrait devenir plus interessante, mais on la fait évoluer n'importe comment. Quel gâchis :?

Comme je l'avais dit, la série aurait les moyens de faire reposer la série sur des épaules toutes nouvelles. Mais non... on préfère garder les bases (Carter, Abby, Kovac...), jusqu'au jour où ils voudront quitter la série et où il faudra passer le relai de manière précipitée et sûrement maladroite.

Ou alors Kovac a enfin de la chance et bénéficie favorablement de la théorie du chaos !
Imprévu mais bienvenu. Lui qui a vécu des choses d'une telle monstruosité, le voir mis en difficulté par rien de plus que de l'ordinaire est bien vu. En ça, Sam est vectrice d'un apaisement véritable, et loin de fustiger son personnage, je lui trouve un paradoxe: oui elle est peut être insupportable, mais finalement elle est accessible comme une bouffée d'oxygène.


Je continue à penser que ce n'est qu'un heureux impérvu. J'ai franchement pas l'impression que les scénaristes ont pensés comme toi. D'ailleurs on a ici aussi une différence de perception. Sam est peut-être une bouffée d'oxgène (même si elle n'a pas la saveure des précédents personnages ayant le même effet), mais elle paraît trop souvent être contenue dans une lourde bouteille, qu'on se doit de trainer.. parce que c'est comme ça. Kovac est pas loin d'être au même stade. Car sans Sam, je me demande bien à quoi il servirait encore. Son côté médecine alternative ayant complètement disparus, comme tu le soulignais.

Enfin, plus que deux épisodes et j'aurais vu toute la saison. Quelques bonnes surprises, mais aussi beaucoup de faux pas. Je verrais jeudi si ça se confirme ou non.
Avatar de l’utilisateur
Luder
Doublure des fesses d'Al Pacino
 
Messages: 517
Inscrit le: 01 Mar 2004 18:57
Localisation: Suisse

Messagepar marita corabuvias sur 23 Oct 2005 23:24

aller les deux épisodes du dimanche

le 1er
J'ai adoré!Un grand bravo à Cynthia Nixon,tout se passait sur son visage.Le fait qu'on entende les pensées du personnage était une très bonne idée,on vivait bien la situation avec elle j'avais envie de frapper le mari pensant qu'il hésitait trop.Le pire c'est qu'elle entendait tout mais ne pouvait rien faire et oui la réplique "et mon consentement à moi?" était très bien trouvé,j'ai pensé la même chose "oui et son consentement à elle" enfin merde elle entend tout de même.'fin là on est vraiment avec le personnage.
Carter et sa copine.Arf le coup de tel alors que Wendall est dans son lit pas malin le Carter mais en même temps il pouvait pas raccrocher.Dommage j'aimais bien cette relation,elle me faisait penser au Carter des début(haaaaaaa les premières saisons elles nous manquent) où le ptit John était naïf,sympatique,vivait des amourettes,prenait du bon temps...mais ce temps là est révolu.Oui il fallait bien que Carter évolue mais maintenant il n'est plus aussi interessant.

le 2e
Berk!Gallant m'a vraiment pas manqué,trop brave,trop patriotique,trop soldat.Puis dans cet épisode il avait vraiment l'attitude typique du héro américain parti à la guerre,sauvant tout le monde(bon bien sur il faut bien qu'il y ait un type qui meurt)seulement voilà moi ça me saoule rapidement.Et puis son discours sur la guerre comme quoi à cette guerre fallait y croire même si elle est injustifiée,que les soldats blessés devaient se donner une raison d'être ici,qu'ils ne soient pas venu pour rien grrrrrr ça m'ennerve!
Heureusement Neela est là pour sauver cet épisode haaaa Neela c'est la seule nouvelle que j'aime bien.Elle se demande pourquoi elle a choisi ce métier,où est la passion tout ceci est dit d'une très jolie façon.
ha que que que il est mignon ha que que que il est trognon!
Avatar de l’utilisateur
marita corabuvias
Maître à penser de JC Van damme
 
Messages: 160
Inscrit le: 29 Fev 2004 17:44
Localisation: France.Nogent sur Marne

Réponse à Luder: Kem, Sam, et Neela

Messagepar tonnerre de brest sur 28 Oct 2005 0:03

Luder a écrit:

tonnerre de brest a écrit:

Cela a servit à l'histoire pour la relation entre Carter et Kem, qui, à mon sens, est une des constituantes de la cohérence de Carter dont tu parles.



Kem ? C'est qui déjà ? Ah oui... Ca y est, ça me revient. C'est la voix qu'on entends au téléphone ?
Je ne nie pas que cela ait servit au personnage de Carter, mais bon.. j'ai aussi l'impression que cette histoire a été (à moitié) expédié trop rapidement.


Tu vois, pour moi, Kem était devenu un personnage à part entière de la série: Thandie Newton avait imposé son personnages grâce à son jeu, sa présence et son joli minois qui aide un tantinet il faut le dire. Bien sûr ce sont les scénaristes qui tirent les cordes, mais ce personnage est devenu plus que ce qu'ils imaginaient, à mon sens.
C'est pourquoi le subterfuge téléphonique est pénible, comme tu le soulignes justement. :)
De plus son histoire avec Carter tenait la route car toute une saison se dévellopait dessus. Et Kem correspond, du point de vue de l'éthique médicale, totalement à Carter. Ou plutôt le contraire: c'est Kem qui est une image du destin de Carter, ou de ce qu'il pourrait devenir, à la fois d'un point de vue orientation de profession (quelle médecine pratiquer et où ?) et affectif.
Elle a beaucoup contribué à sa cohérence. Et ce n'est pas son histoire actuelle qui pourra y faire quoi que ce soit (cf le premier épisode de la semaine dernière).
Thandie Newton a vraiment laissé une place vacante !


Comme je l'avais dit, la série aurait les moyens de faire reposer la série sur des épaules toutes nouvelles. Mais non... on préfère garder les bases (Carter, Abby, Kovac...), jusqu'au jour où ils voudront quitter la série et où il faudra passer le relai de manière précipitée et sûrement maladroite


Et encore, même si kovac et Abby se sont imposés, le seul vrai pilier reste Carter (voire Weather et Lewis...)

En tous cas, le personnage de Neela en a souffert et je trouve ça dommage. D'ailleurs, il y a un lien assez interessant. En temps que médecin, elle a du potentiel, mais il est mal exploité. Et en temps que personnage c'est pareil. Comme Sam, elle pourrait devenir plus interessante, mais on la fait évoluer n'importe comment. Quel gâchis


Petit bémol cependant. Je trouve que le personnage de Neela parmi les nouvelles recrues de la série est franchement la plus intéressante. Et effectivement, s'il faut miser sur du renouveau, il me semble qu'elle seule peut porter ça aisément sur ses épaules.
D'une part Parminder Nagra est une excellente interprète, qui profite aussi, il faut le dire, d'un plus grand eclectisme quant à ses choix de carrière.
Sa solitude face aux misères sociales que recueillent les urgences, son inquiétude permanente et sa tendance à l'auto-humiliation, en font un personnage symptomatique de l'esprit de la série, tant dans le constat social qui se reflete dans ses yeux, que dans sa condition de médecin.

Ceci dit, le personnage pourrait mille fois être mieux exploité, comme Sam: tu as raison. "Urgence" devrait parier sur Parminder Nagra.

J'ai franchement pas l'impression que les scénaristes ont pensés comme toi. D'ailleurs on a ici aussi une différence de perception. Sam est peut-être une bouffée d'oxgène (même si elle n'a pas la saveure des précédents personnages ayant le même effet), mais elle paraît trop souvent être contenue dans une lourde bouteille, qu'on se doit de trainer..


Nouvelle différence de perception :wink: ...En fait je trouve que Sam a été attaquée avec une virulence qui ne se justifiait pas toujours. Il est clair que le personnage a mis du temps à trouver sa place.
Et comme bouffée d'oxygène, elle ne vaut pas une Lucie, hélas.
Je ne pense pas non plus qu'elle ne soit là que pour faire exister Kovac. De plus en plus, son implication auprès des patients ramènent à des rapports qui recentrent sur l'aspect relation urgences/patients.
Mais là encore, il faudrait l'imposer de manière plus percutante.

Son questionnement sur le silence de kovac par rapport au passé terrible de ce dernier est désarmant, et réellement triste.

Le but c'est de rivaliser avec les soaps ?


Je n'espère pas ! :) Mais voilà encore un épisode où c'est la fragilité de Neela et de Sam qui est mise en avant. Un peu plus d'applomb à côté de ces historiettes ne feraient pas de mal.

:) Je n'ai pas une haine du romantisme.


Je te jure, vraiment, que tu fais un heureux :yeah: ! :D
Il est tellement de bon ton de dénigrer toute romance, ou toute sentimentalité ! Ca change des discours ordinaires.
Bien entendu, il faut que ce soit bien fait. :wink:
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

J. s'en va en guerre.

Messagepar tonnerre de brest sur 28 Oct 2005 0:39

Marita corabuvias a écrit:

le 1er
J'ai adoré!Un grand bravo à Cynthia Nixon,tout se passait sur son visage.Le fait qu'on entende les pensées du personnage était une très bonne idée,on vivait bien la situation avec elle j'avais envie de frapper le mari pensant qu'il hésitait trop.Le pire c'est qu'elle entendait tout mais ne pouvait rien faire et oui la réplique "et mon consentement à moi?" était très bien trouvé,j'ai pensé la même chose "oui et son consentement à elle" enfin merde elle entend tout de même.'fin là on est vraiment avec le personnage.


L'expérience de scénario et de réalisation était bien trouvé.
Le procédé remonte à longtemps cependant, et m'a fait penser au chef d'oeuvre de Dalton Trumbo: "Johnny s'en va-t-en guerre" ( "Johnny got his gun" ).

Image

Le film raconte l'histoire d'un soldat de la guerre de 14/18 qui n'a plus de membres, de visage, mais qui est conscient. Et alors que tout le monde le prend pour un cobaye, il essaie désépérément de communiquer. Film résolument pacifiste, au jugement d'une cruauté inouïe sur les horreurs de la guerre. Su tu veux voir un film qui retourne, émeut, et laisse une marque à tout jamais, trouve-le ! :wink:

Dans la citation qui en est faite dans "Urgences", le mérite est bien sûr de mettre à la place du patient, et de montrer le mur transparent mais insupportable de l'impossibilité de communiquer. La fin du traitement me parait s'étioler un peu, dommage (je ne parle pas du bon happy-end). L'épisode aurait pu se concentrer entièrement sur ce principe: ça aurait été gonflé.

Ceci dit, les histoires adjacentes ont au moins le mérite de faire avancer certaines choses.

le 2e
Berk!Gallant m'a vraiment pas manqué,trop brave,trop patriotique,trop soldat.Puis dans cet épisode il avait vraiment l'attitude typique du héro américain parti à la guerre,sauvant tout le monde(bon bien sur il faut bien qu'il y ait un type qui meurt)seulement voilà moi ça me saoule rapidement.Et puis son discours sur la guerre comme quoi à cette guerre fallait y croire même si elle est injustifiée,que les soldats blessés devaient se donner une raison d'être ici,qu'ils ne soient pas venu pour rien grrrrrr ça m'ennerve!


Si cet épisode m'a posé problème, c'est parce que je ne supporte pas une extrème violence, pas toujours justifiée.

Par contre, je ne suis vraiment pas d'accord avec toi sur Gallant. Gallant incarne peut-être une exemplarité, mais c'était déjà le cas avant. Je n'ai pas vu la moindre gloriole patriotique là-dedans, cette pourriture de Donald Rumsfeld se faisant même insulter par un soldat ! Ce qui rappelle que nombre de soldats se demandent ce qu'ils foutent là-bas et à quoi tout ça a servi.
La nécessité pour un type comme Gallant de trouver un sens "héroïque" qui écarte le statut de victime est plutôt le signe d'un désarroi immense, celui qui tente de justifier le chaos. Ce désarroi derrière son jeu plein de mutisme quand il incarne la raideur du soldat est vite brisée par les aveux qu'il écrit à Neela, où il y a plus d'interrogations que de réponses.

Il faut souligner dans cet épisode le talent immense des scénaristes et du réalisateur pour les transitions, par fondu enchainé ou par cut, ou par questions/réponses entre les deux lettres. Dans le pré-générique, c'est hallucinant (cf les hélicoptères).

Sinon, Neela, rien à redire !

Il serait bienvenu que Gallant réintègre la série.

Aux urgences, bien sûr.
L'agent Squeulit pensait qu'il s'agissait en fait d'une pierre de forme triangulaire
Avatar de l’utilisateur
tonnerre de brest
Barbu Alcoolique
 
Messages: 711
Inscrit le: 04 Jui 2004 0:40
Localisation: Soit Mille sabord, résident du Sirius, actuellement amarré quai de Saône

Messagepar Død Kalm sur 25 Nov 2005 13:15

Alors aucune review sur la fin de la saison ? :o

Finalement j'ai trouvé chez moi un joli lot de K7 avec toute la saison. Je l'ingurgite à raison de 3 ou 4 épisodes par jour (oui le temps est compté :?). Et dans l'ensemble j'aime beaucoup : Abby est super, Neela aussi, j'aime bien Ray et Morris. Pour l'instant mes épisodes préférés sont ceux avec la mère de Weaver et celui ou la patiente est paralysée et souffre en silence. Un épisode de la saison 3 de Nip/Tuck (Rhea Reynolds) a légèrement pompé ce procédé. Je m'en suis arrêté là pour l'instant, en espérant que la suite ne me déçoive pas. Sam et Kovac sont lourds en version vieux couple, on se demande bien ce qu'ils font ensemble. J'aimais bien Sam au début quand elle ne se laissait pas faire par Romano, mais ces moments là sont devenus rares (je parle de la Sam rebelle, pas de Romano :idea:)
Bref, plus que quelques épisodes et j'aurai fini héhé.
Image
Avatar de l’utilisateur
Død Kalm
vibro de Kimber
 
Messages: 722
Inscrit le: 08 Jul 2004 12:07
Localisation: DTC

paradoxe

Messagepar tonerre de brest sur 17 Déc 2005 6:39

dod Kalm a écrit:

Alors aucune review sur la fin de la saison ?


Si tu en auras une, dod :twisted: . Car cette saison le mérite, ne serait-ce que pour la très belle scène d'amour entre Neela et Gallant ! :idea:
Neela, LE personnage qui s'est imposé dans cette série. Grâce soit rendue au talent de Parminder Nagra !

Je me dis quand j'entends la chanson de Coldplay qui était utilisée pour illustrer la précipitation des destinées de chacun, et particulièrement de Romano, au bord du suicide, que cette série est devenue paradoxale entre les gachage imprévus et les épisodes brillants...
tonerre de brest
 

Re: [F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

Messagepar Guigui sur 27 Aou 2007 20:20

underhilldaisy a écrit:Image


Bon je n'ai suivis que de trèèèès loin cette saison 13 qui vient de se finir sur F2, dégoûté de voir tous les personnages partir... La plus ancienne maintenant c'est Abby apparu en saison 6 et ensuite Pratt le boulot issu de la saison 8... Lourd... Mais après avoir lu une news je pense peut être regarder totalement la saison 14 à venir :

Mr. Cinéma a écrit:Clooney and co de retour aux Urgences ?

Le magazine de référence américain TV Guide vient de publier une interview du producteur exécutif de la série URGENCES, David Zabel, dans laquelle l’homme révèle qu’il essaie actuellement de convaincre tous les anciens acteurs de la série de revenir pour la saison 14, dont on suppose qu’elle sera la dernière. Il a ainsi assuré que Noah Wyle avait d’ores et déjà accepté de reprendre son rôle du Dr Carter pour un arc narratif pour lequel « il sera à Chicago, aux urgences ». Mais Zabel ne s’arrête pas là puisqu’il espère faire revenir Gloria Reuben, Eric LaSalle, William H. Macy, Laura Innes, Julianna Margulies et l’inévitable George Clooney. Autant dire que si les producteurs parviennent à leur fin, cette saison, dont le début est programmé en septembre aux Etats-Unis, pourrait être un feu d’artifice dont le public se souviendra.
A.A
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: [F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

Messagepar Guigui sur 07 Mai 2009 17:14

Et que fait George Cloney dedans ? ER = au moins 5 saisons de trop !!!
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: [F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

Messagepar Guigui sur 07 Mai 2009 17:40

Aucun Express a écrit:Il y est même pas Clooney dedans. Il joue dans l'épisode précédent avec Carole Hattaway.

C'est ça qui m'intéresse moi : spoilérise moi :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: [F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

Messagepar Guigui sur 07 Mai 2009 22:17

Ralala, le pire c'est que je vais sans doute regarder quand même car respect à Clooney de revenir pour la fin de la série :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: [F2] Urgences/New-York 911/Boomtown

Messagepar Guigui sur 16 Aou 2009 22:48

Aucun Express a écrit:Alors deux du Crook (!) County vont dans un autre hôpital pour faire je sais plus quoi et ils sont pris en charge par Carole Ataway (Hataway ? Hattaway ?) et Doug Ross.
S'en suit des histoires d'hôpital à la con et puis à la fin de l'épisode, Carole et Doug discutent boulot (comme Mulder et Scully) et puis à la fin Carole lui dit "je t'aime" et il lui dit "je t'aime" et on se dit que Frank Spotnitz est passé par-là.

Tu es super dur dis donc ! J'ai vu l'épisode ce soir et j'ai bien aimé... Faut dire aussi que cette histoire de transplantation est un aboutissement à plusieurs arcs lancés quelques épisodes plus tôt, donc si tu as pas suivi, l'intérêt est moindre. C'était quand même bien cool de revoir tous ces personnages mythiques... Intéressant la conversation entre Doug et Neela : aucun ne connaît les mêmes personnes du Cook County qu'a connu son interlocuteur... Et même Carol et Doug ne savent même pas que le rein qui est parti était pour Carter. La scène de fin est cheap et nous fait penser (à nous pauvres X-Philes) à un XF2-like, sauf que ici ben c'est pas gênant car il s'agit de ER et ce type de scène y a sa place depuis les débuts.

15 saisons quand même, ça fait quelque chose... Plus que 2 épisodes avec un final qui sera marqué encore avec pas mal de retours de vieux de vieille ! :)

Moi je dis cette saison final est plutôt bien gérée et a rendu hommage à quasiment toutes les époques du show, cétait pas facile...

:yeah:
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

PrécédentSuivant

Retourner vers Séries Q'ultes

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités

cron