Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Garou d'la balle ? Défendez ici votre liberté de penser.

Modérateur: Amrith Zêta

Messagepar Wonk sur 07 Oct 2006 13:48

Image

Il y a plus de six mois je trippais la zic de "Denali" et il n'y a pas longtemps je découvre que Maura Davis sévit encore avec son groupe "Ambulette" ex-"Bella Lea".
Leur EP : "The Lottery" tourne en boucle chez moi.

Je crois que je suis amoureux.:help:

Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Messagepar Amrith Zêta sur 07 Oct 2006 17:41

Wonk a écrit:Je crois que je suis amoureux :help:


A l'Eglise d'Amrithologie, nous t'apprendrons à vivre par procuration.
Amrith Zêta
Membre de la Seele
 
Messages: 1833
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:46

Messagepar Wonk sur 20 Déc 2006 19:30

Octurn est un collectif de jazzmen dont il serait assez superflu de vous communiquer le line up tant celui-ci change.
Néanmoins ce qui ne change pas chez ce collectif c'est cette volonté de faire un Jazz à mi chemin entre groove et musique contemporraine ce qui en fait une musique trés atmosphérique et aux métriques complexes quand il ne s'agit pas tout simplement du tempo qui fluctu durant le morceau.

Une curiosité à écouter enregistré en live avec un flutiste que j'apprécie beaucoup et dont j'ai déjà parlé : Malik Mezzadri a.k.a Magic Malik.
Par là : lien
Les curieux devraient commencer par le 2ème titre qui est plus abordable.
Last edited by Wonk on 01 Jui 2007 13:21, edited 2 times in total.
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Cult of Luna

Messagepar Charisman sur 28 Déc 2006 0:26

Petite sélection du moment : dernier disque en date du groupe suédois Cult of Luna.
Registre métal adouci, typé post rock / hardcore (decription bancale compte tenu des multiples influences de cette musique).

Il est préférable d’écouter en amont le superbe précédent album du groupe intitulé Salvation pour mieux apprécier celui-ci, ou du moins être familier avec l’univers du groupe. Cult of Luna développe une sonorité assez typique d’album en album, via ses deux guitaristes, à la manière des groupes Isis et Neurosis dont ils se rapprochent énormément. J’ai tendance en ce moment à porter un peu plus d’intérêt à Cult of Luna qu’à Isis car je trouve leur démarche un peu plus créative et aboutie, et finalement en rengainant toujours les mêmes ambiances ils arrivent à pondre des choses nouvelles, et des chansons de mieux en mieux composées.

CULT OF LUNA - Somewhere along The Highway (2006)

Image

Tout commence par un "Marching to The Heartbeats" plutôt anodin, à la sonorité post rock sobre, qui fausse les pronostics d'entrée : en effet, loin de simplifier ses compositions, Cult of Luna va entreprendre sur ce disque une savante alchimie entre les textures de guitare envoûtantes et neurosiennes (désolé pour l'éternel comparatif inévitable) qui ont fait la force de ses précédents albums, et des ambiances nouvelles pour le groupe, ce qui conduit à des bijoux tels que le quatrième titre "Back to Chapel Town "par exemple, qui fait suite au non moins exceptionnel "Finland".

Ce qui est très appréciable, c'est que le groupe n'oublie pas au passage le chant brutal support essentiel de sa musique.

Le disque est entrecoupé de ce que l'on peut considérer comme une interlude : "And with her came The Birds", dont les textes donnent son nom à l'album. Ce sont donc au final cinq longs morceaux qui constituent la substance de ce « Somewhere along The Highway », et les titres de la deuxième partie du disque, extrêmement appliqués, regorgent de qualités, même si une impression de redondance peut survenir sur "Dim".

Je me réserve d'autres écoutes et un peu de recul pour peaufiner mon jugement, et éventuellement le considérer comme un chef d'oeuvre, mais déjà définitivement indispensable, et sans doute la meilleure sortie de Cult of Luna !
We don't need no water Let the motherfuckers burn Burn motherfuckers Burn ! Image
Avatar de l’utilisateur
Charisman
Homme CharismatiQ'
 
Messages: 334
Inscrit le: 24 Jul 2004 13:30
Localisation: Buffalo '66

Messagepar Amrith Zêta sur 29 Jan 2007 19:10

Amrith Zêta
Membre de la Seele
 
Messages: 1833
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:46

Messagepar Mad sur 29 Jan 2007 21:20

Amrith Zêta a écrit:Le N°1.

http://www.youtube.com/watch?v=gHXauDJXCxg

Amrith, Amrith, Amrith :roll:
Avatar de l’utilisateur
Mad
Jamais pris au radar
 
Messages: 3252
Inscrit le: 29 Fev 2004 15:35
Localisation: Bensalem

Messagepar Charisman sur 15 Mai 2007 14:37

Image

On n'a jamais fait le tour des artistes indispensables, preuve en est ma découverte plutôt récente du groupe méconnu qu'est Karma To Burn. Derrière ce nom potentiellement effrayant, se dissimule un trio de musiciens (basse, batterie, guitare) produisant un rock instrumental brut et passionant.

Et pourtant, voilà un projet qui a failli se suicider d'entrée, leur label ayant imposé un chanteur, qui plus est médiocre aboutissant à un premier album hideux (portant le nom du groupe) en 1997.

Fort heureusement, deux ans plus tard, plus précisément le 10 août 1999, alors que Ernesto Melo Antunes, révolutionnaire portugais, mourrait (...seul événement que l'on trouve sur le web pour ce jour-là ma foi), une musique naissait. Débarassé de son chanteur et de son label, Karma To Burn prend son envol, le temps de deux disques instrumentaux formidables et novateurs.

Bien loin du rock progressif technique de ses aînés ou du post-rock d'ambiance de ses descendants, Karma To Burn délivre un son pur et enjoué, avec des compositions de 4 à 5 minutes, sur deux albums qui influenceront un certain nombre de groupes des années 2000 :
- Wild, Wonderful Purgatory (1999) ;
- Almost Heathen (2000)
.

Karma To Burn se renouvelle plutôt bien, et jongle entre rock lourd et rock mélodieux, en affublant comme titres à toutes leurs chansons des numéros dénués de logique, et en laissant dans nos oreilles l'empreinte du bon son rock comme on l'aime. Bref, voilà une formation capable de nous transcender jusqu'à jouer virtuellement de la guitare par terre dans le salon sans influence d'alcool, c'est à ça qu'on reconnait les grands non ?

Plus rien ne verra le jour à l'issue de ces disques, autant dire que l'achat de leur discographie s'impose et ne représente pas un coup de massue pour le porte-monnaie.

Amicalement.
Charisman To Burn
:dbz:
We don't need no water Let the motherfuckers burn Burn motherfuckers Burn ! Image
Avatar de l’utilisateur
Charisman
Homme CharismatiQ'
 
Messages: 334
Inscrit le: 24 Jul 2004 13:30
Localisation: Buffalo '66

Messagepar Yoan sur 26 Oct 2007 0:19

Désolé pour la longueur du post, voici juste un aperçu très partiel de ce avec quoi je me suis éclaté les tympans cette année. Pour ce qui me concerne, la cuvée musicale 2007 fut proprement exceptionnelle, jouissive, euphorisante voire inspirante. Elle n'est d'ailleurs pas tout à fait terminée...

Image
Silverchair - "Young Modern"

Mon statut de fan accompli n'aidera peut-être pas à la crédibilité de cette mini-chronique, mais via "Young Modern", Silverchair a accouché d'un album de pop psychédélique d'une densité et d'une maîtrise rares. La presse internationale en perd son latin et oscille entre papiers assassins et pluie de louanges que jamais ils n'auraient pensé être amenés à lâcher pour cette formation jadis moquée. Silverchair est aujourd'hui un groupe d'une audace sans borne, qui tente tout avec une réussite insolente : pop-rock lumineux, glam-rock rythmé, ballades symphoniques ou killer-singles... La totale en 11 morceaux. Et Daniel Johns, en plus de s'affirmer comme un songwriter génial et versatile, confirme ici ses dons de vocaliste exceptionnel. Ce mec est un géant, et trop peu de gens en ont conscience.
Je pourrais écrire 10 pages spontanément sur leur cas, je suis probablement un des plus grands tarés de ce groupe dans tout l'hexagone, mais j'ai l'intime conviction qu'ils méritent qu'on les porte aux sommets, pour mille raisons.
J'attends les détracteurs de pied ferme. 8-)

Image
Oceansize - "Frames"
Aucune autre formation au monde ne mêle avec autant de pertience, d'inventivité et de talent le rock progressif au post-rock ambiant. Ce groupe est devenue une absolue référence au sein d'un registre musical condamné à rester la propriété d'une audience de connaisseurs forcément restreinte... Et pourtant le potentiel est là pour en calmer beaucoup.
Si, à l'instar de Tool mais dans une veine moins brutale, vous voulez un aperçu de ce que peut donner la technique au service de la technique, vous avez un sérieux client là.
Une précision tout de même : 8 titres seulement, dont le plus court atteint tout de même 6'32... Les fans exclusifs de pop-songs simples et efficaces pourront passer leur chemin, je ne leur en voudrai pas.

Image
PJ Harvey - "White Chalk"

Purée. :?
J'ai eu peine à reconnaître la dame tant les habituelles guitares au son grêle sont absentes au profit du piano (hormis sur le titre éponyme), tant les ambiances sont noires et dépressives, et tant même son chant est à des milles nautiques de ce à quoi elle avait pu nous habituer... C'est pour le moins glauque. Dans un tel registre musical, c'est même peut-être l'album le plus sombre et opaque que j'ai pu écouter jusque là. Sans rire, on a parfois l'impression qu'elle chante avec un pieu dans le coeur... Mais du coup c'est une réelle expérience, et on ressort d'une telle écoute forcément marqué. J'en ai eu des frissons plusieurs fois tant le malaise est palpable.
J'ai pas encore vraiment digéré ce disque, mais en 2 écoutes il m'a d'ores et déjà retourné et je me dis qu'il ne laissera de toute façon pas indifférent, qu'on aime ou qu'on déteste.

Image
NIN - "Year Zero"

J'aurai mis le temps mais j'ai enfin mis la main dessus. Sans surprise, Reznor est donc revenu à un son indus beaucoup plus électronique et a délaissé le format chanson d'un "With Teeth" beaucoup plus accessible. Et y'a pas à dire, la classe parle d'elle-même : c'est gigantesque et prenant. C'est tout simplement à la mesure de NIN, avec juste ce qu'il faut de touches plus organiques et mélodiques pour frôler la perfection.

Image
Arcade Fire - "Neon Bible"

Moins débridé et plus grave que "Funeral", et globalement plus critiqué, ce second album est paradoxalement celui qui m'aura fait succomber. J'ai mis très longtemps à me pencher sérieusement sur leur cas et je plaide coupable : ils méritent complètement leur succès, via une sorte de formule miracle qui donne à ce groupe l'équilibre parfait entre accessibilité et complexité, simplicité et sophistication, spontanéité et réflexion... Admirable.

Image
Radiohead - "In Rainbows"

On a longtemps loué l'imprévisibilité du groupe après ses progressions d'un univers pop-rock relativement commun à des constructions plus complexes, en passant par ce fameux virage électro, accompli avec un brio qui n'aura mis du temps à mettre à genoux que des petits merdeux dans mon genre. :D
Aujourd'hui Radiohead n'est plus ce groupe insaisissable et en mutation constante, c'est une formation accomplie qui enfile les chefs d'oeuvres avec une aisance désarmante, selon ce qu'on pourrait qualifier de "méthode bien rôdée". Mais l'on aura plus tôt fait d'appeler ça le talent ou l'inspiration...

Image
Elliott Smith - "New Moon"
Un double album posthume qui regroupe B-Sides et titres inédits... A première vue c'est du réchauffé, et pourtant c'est carrément stupéfiant de beauté et de talent. Un songwriting inimitable qui accomplit des miracles avec une gratte acoustique et un mince filet de voix... Ce mec - autant du point de vue du talent que du charisme - c'était l'équivalent un Kurt Cobain ou d'un Jeff Buckley. Je persiste et je signe quand vous voulez.

Bon, je m'arrête là, mais des artistes comme Interpol, Queens Of The Stone Age, Cocoon (duo français plus que convaincant officiant dans un pop-folk ramenant à... Sufjan Stevens) ou encore les foo fighters (qui ont moins la cote chez les Inrocks et consorts, mais j'assume), ont également frappé un grand coup cette année. Ainsi que beaucoup d'autres.

Et après t'as encore un tas de journaleux rouillés qui pleurnichent à coup de "le rock c'était mieux avant". Putain, s'ils savaient ce qu'ils ratent...
Last edited by Yoan on 03 Nov 2007 12:20, edited 1 time in total.
"Playing things too safe is the most popular way to fail". (Elliott Smith)
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Prof de gratte de Jimi Hendrix
 
Messages: 388
Inscrit le: 29 Fev 2004 22:18
Localisation: Miles away

Messagepar Zarathoustra sur 26 Oct 2007 10:38

Bien ton post, merci Yoan.
Je vais finir par me mettre à écouter Silverchair. Depuis le temps que tu en dis du bien, je vais essayer de voir de quoi il retourne avec "Young Modern". Tes efforts n'auront pas été complètement vains ;)
D'accord avec toi au sujet du dernier album de NIN, il est moins accessible, plus électro, mais toujours aussi efficace.
Note pour plus tard: en revanche je me demande toujours s'il vaut mieux poster ce type de messages dans ce thread, ou plutôt dans celui de la discothèque idéale...

Dans la série "Trésors cachés au fond de votre pc", j'ai découvert "Robert Randolph and the Family Band" grâce à deux ou trois morceaux livrés avec Windows dans mon ordi (O_o). Comme quoi avec Micro$oft on est jamais au bout de ses surprises...

Image

Unclassified

Renseignements pris, Robert Randolph est une vraie star aux USA^^
Champion de la pedal steel, lui et son band mêlent avec leur album "Unclassified" le funk, le rock, la soul avec une énergie, des voix (choeurs) et une technique (des musiciens de ouf) hors du commun. Et ça arrache !
Pour vous faire une idée, aller vite fait faire un tour sur leur site web, il est bien fait et il permet d'entendre leur travail : http://www.robertrandolph.net
Et en 2mn vous aurez une idée de leur style de musique.
"Le suffrage universel ne fait que légitimer l'exercice du pouvoir par ceux qui l'ont déjà." Alexis de Tocqueville
Avatar de l’utilisateur
Zarathoustra
Nègre de BHL
 
Messages: 292
Inscrit le: 04 Avr 2004 13:05
Localisation: Maison dorée de Samarkand

Messagepar Yoan sur 26 Oct 2007 14:38

Zara' a écrit:Bien ton post, merci Yoan.
Je vais finir par me mettre à écouter Silverchair. Depuis le temps que tu en dis du bien, je vais essayer de voir de quoi il retourne avec "Young Modern". Tes efforts n'auront pas été complètement vains ;)


Depuis le temps que je déserte les lieux, le modo-fantôme que je suis se doit bien d'écrire un post un tant soit peu consistant de temps en temps pour justifier de son statut... M'enfin cette section MusiQ est amusante, on y compte plus de modérateurs que de posteurs réguliers.

Quant à Silverchair, que mes posts soient suivis d'effets ou non, je prends de toute façon un réel plaisir égoïste à en parler tout seul. Et sans vouloir me faire de la pub', il s'avère que j'administre le forum francophone officiel du groupe - appellation pompeuse qui cache mal cette simple réalité : c'est le seul... Le forum en question se porte on ne peut mieux considérant la popularité toute relative de Silverchair sur nos terres, donc disons que je ne me sens pas tel un fan isolé et frustré sans personne avec qui partager sa passion.

Pour ne rien cacher, j'ai commencé à me lancer dans un post/biographie à rallonge qui retrace l'histoire du groupe, de 1994 à aujourd'hui, le tout illustré par des extraits lives... Ca commence à ressembler à s'y méprendre à une entame de roman, et je ne sais pas si cela aura sa place sur des forums de discussion Internet. Je veillerai à synthétiser si je vais au bout et si je décide de jeter ça en pâture à quelques forums...

En attendant je jalouse sans honte l'ami Torrance qui a pu s'éclater à écrire une biographie de Macca sur 450 pages. Ce que j'aimerais être Australien - ou bilingue - pour ne serait-ce qu'avoir le cran de me risquer à telle entreprise... En France il va sans dire que ça n'intéresserait personne. "Young Modern" n'est toujours pas distribué chez nous, 8 mois après sa sortie, et son aîné, "Diorama", ne s'était écoulé qu'à 5000 exemplaires dans l'hexagone. C'aurait été à peu près correct pour une sortie indépendante, mais pas pour un groupe signé à l'époque sur une major...

Putain faîtes-moi taire, je vois les lignes défiler.


Quelques extraits live assez représentatifs de leurs shows :

Mind Reader : Légèrement glam-rock et complètement capricieuse. Ca ne raconte apparemment pas grand chose (le sens des paroles m'échappe un peu parfois), mais chanter le refrain tout en pensant à une fille qui a pu vous saouler, ça défoule méchant.

If You Keep Losing Sleep : Un des morceaux les plus tarés du groupe, plus orchestral sur le disque... En live c'est la folie, surtout quand on est sur place croyez-moi.

Emotion Sickness : Un morceau écrit il y a presque 10 ans, lorsque Daniel Johns souffrait d'anorexie et ne pouvait monter sur scène qu'en s'enfilant des anti-dépresseurs.
"Playing things too safe is the most popular way to fail". (Elliott Smith)
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Prof de gratte de Jimi Hendrix
 
Messages: 388
Inscrit le: 29 Fev 2004 22:18
Localisation: Miles away

Messagepar Guigui sur 27 Oct 2007 8:40

Yoan a écrit:Désolé pour la longueur du post, voici juste un aperçu très partiel de ce avec quoi je me suis éclaté les tympans cette année. Pour ce qui me concerne, la cuvée musicale 2007 fut proprement exceptionnelle, jouissive, euphorisante voire inspirante....

Aaaaah mais au contraire, ne t'excuse pas : ce genre de post fait toujours assez plaisir à lire :)

Image
NIN - "Year Zero"

J'aurai mis le temps mais j'ai enfin mis la main dessus. Sans surprise, Reznor est donc revenu à un son indus beaucoup plus électronique et a délaissé le format chanson d'un "With Teeth" beaucoup plus accessible. Et y'a pas à dire, la classe parle d'elle-même : c'est gigantesque et prenant. C'est tout simplement à la mesure de NIN, avec juste ce qu'il faut de touches plus organiques et mélodiques pour frôler la perfection.

Bon ben parfait, je me demandais si j'allais le prendre car avec le recul WITH TEETH était assez lassant et du coup décevant (par rapport aux autres albums que je continue d'écouter avec plaisir). Un achat à mettre sur ma longue liste :)

Et après t'as encore un tas de journaleux rouillés qui pleurnichent à coup de "le rock c'était mieux avant". Putain, s'ils savaient ce qu'ils ratent...

LOL, c'est parce que ces journaleux ne doivent qu'écouter RTL2 :D
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar Wonk sur 27 Oct 2007 15:06

LOL, c'est parce que ces journaleux ne doivent qu'écouter RTL2 :D


Non, ce sont simplement de vieux érudit qui ont une vision esthétique du rock qui n'est plus d'actualité.
C'est une sorte de purisme que je respecte mais qui les mets hors jeu pour ce qui est d'émettre un avis pertinent sur les productions actuelles.
On se croirait au temps de l'avènement du bebop où les anciens genre Hugues Panassié déploraient la perte du swing, du côté dansant du jazz, pour des tempos endiablés laissant la part belle à la virtuosité.
L'histoire du rock suit peu à peu une évolution comparable à celle du Jazz.
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Messagepar Yoan sur 27 Oct 2007 20:58

Wonk a écrit:(...) Ce sont simplement de vieux érudit qui ont une vision esthétique du rock qui n'est plus d'actualité.
C'est une sorte de purisme que je respecte mais qui les mets hors jeu pour ce qui est d'émettre un avis pertinent sur les productions actuelles.


C'est d'autant plus vrai que même les chroniques voulues bonnes voire élogieuses débordent régulièrement de maladresses, et font montre d'une méconnaissance criante du sujet. On sent qu'ils voudraient ne pas passer pour des has-been complets, mais dans le fond ça les fait chier et du coup, le trait est forcé et le propos boiteux...
Ces mecs peuvent t'écrire 10 pages passionnantes sur les Led Zep, les Stones ou à la limite leurs erzats contemporains que peuvent être les Strokes, mais dès qu'il s'agit de parler de Trent Reznor, ils pataugent. Pourtant, et pour en rester à cet exemple, NIN n'est plus un groupe tout jeune, loin s'en faut. Ca en dit long sur l'incapacité conjuguée des Inrocks ou Rock'n'Folk à coller à l'actualité et anticiper les sensations dignes de ce nom.

Finalement, aujourd'hui le meilleur et le pire se trouve sur le Net via les Webzines, voire même les blogs... On peut y lire d'excellentes chroniques parfaitement documentées comme d'immondes torchons perclus de faute. Mais la presse rock papier, elle est immanquablement fade.
"Playing things too safe is the most popular way to fail". (Elliott Smith)
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Prof de gratte de Jimi Hendrix
 
Messages: 388
Inscrit le: 29 Fev 2004 22:18
Localisation: Miles away

Messagepar Zarathoustra sur 10 Nov 2007 18:43

Deux mots sur Stuck in the Sound, un groupe me semble t-il méconnu et qui gagne vraiment à l'être (connu).

Image

Nevermind the living dead

Le deuxième album des SITS, sorti il y a tout juste une année, offre un vrai rock efficace et punchy, à mille lieues de la soupe que l'on a hélas l'habitude d'entendre dans les médias traditionnels. Leurs morceaux sont bien ficelés, hargneux, rageurs, débordants d'énergie, mélodiques et très agréables à écouter; le morceau "Toyboy" caractérise parfaitement leur style musical.
En les écoutant, on ne peut s'empêcher de sentir (avec plaisir d'ailleurs) l'influence des Pixies ou des Strokes. Toutefois et contrairement à beaucoup d'autres, SITS a su digérer le travail de leurs aînés, éviter les plagiats afin d'être en mesure de produire un rock à la fois personnel, efficace, entraînant et enthousiasmant !
Ce qui impressionne peut-être le plus finalement, c'est leur professionnalisme: en les écoutant, on croirait vraiment que l'on écoute un bon groupe anglophone bien rôdé qui débarquerait en France... et bien que nenni, il n'en est rien puisque SITS est un groupe qui a fait ses preuves sur la scène... parisienne! Vi ce sont des petits gars de la capitale ;)
Franchement je vous encourage à les écouter car ils sont vraiment bons.


Zara'
"Le suffrage universel ne fait que légitimer l'exercice du pouvoir par ceux qui l'ont déjà." Alexis de Tocqueville
Avatar de l’utilisateur
Zarathoustra
Nègre de BHL
 
Messages: 292
Inscrit le: 04 Avr 2004 13:05
Localisation: Maison dorée de Samarkand

Messagepar torrance sur 06 Nov 2008 20:26

Yoan, bien content de te revoir là... Grandement d'accord avec toi sur Radiohead, dont je n'avais pas encore eu l'occasion de parler. Putain d'album, d'une classe incroyable, qui se déroule avec une facilité déconcertante. N'importe quel groupe tuerait sa mère pour pondre des compos et des arrangements pareils, et eux semblent le faire comme on se cure le nez. C'est insolent de grandeur. Y a pas à dire, ce groupe affiche une oeuvre d'une consistante indéniable... Je te conseille de mater sur YouTube le WebCast qu'ils ont donné le 9 novembre dernier sur leur site, y a des vidéos tournées pour les morceaux de l'album (mais pas que) qui sont totalement jouissives.
Avatar de l’utilisateur
torrance
Ecrivain psychopathe
Ecrivain psychopathe
 
Messages: 890
Inscrit le: 29 Fev 2004 18:34
Localisation: Overlook Hotel

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Charisman sur 26 Déc 2008 11:00

OPETH - Orchid (1994)
Image
Un classique métal aux multiples influences. Alternance de riffs magnifiques et d'atmosphères planantes. Première étape dans la découverte de ce groupe initialement plutôt death métal, techniquement impressionnant et à la discographie d'une grande qualité.
Last edited by Charisman on 26 Déc 2008 11:06, edited 1 time in total.
We don't need no water Let the motherfuckers burn Burn motherfuckers Burn ! Image
Avatar de l’utilisateur
Charisman
Homme CharismatiQ'
 
Messages: 334
Inscrit le: 24 Jul 2004 13:30
Localisation: Buffalo '66

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Wonk sur 16 Mar 2009 4:03

Aujourd'hui j'ai écouté "Madame rêve" d'Alain Bashung.
Qu'il repose en paix.
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Wonk sur 27 Aou 2009 0:41

Aujourd'hui j'ai écouté la merguez party des Musclés.
RIP René.
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Wonk sur 27 Aou 2009 0:41

.
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Amrith Zêta sur 27 Aou 2009 23:19

RIP René.
Amrith Zêta
Membre de la Seele
 
Messages: 1833
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:46

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Guigui sur 28 Aou 2009 7:19

Amrith Zêta a écrit:RIP René.

Putain j'y pensais aussi... J'écoute la merguez party en hommage...
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Jean miX.L. sur 31 Aou 2009 16:16

Le tube des petits animaux à gode ceinture doit beaucoup à René et aux Musclés !
Image
Avatar de l’utilisateur
Jean miX.L.
Créatif multi-fonctions
Créatif multi-fonctions
 
Messages: 597
Inscrit le: 02 Fev 2005 10:32
Localisation: 71

Messagepar Amrith Zêta sur 05 Oct 2009 21:01

Puisqu'on a très intelligemment fermé le topic "La Discothèque Idéale"...

A quelques mois de la sortie du très attendu nouvel album des Beastie Boys, les trois garçons foufous ont ressorti cette année une partie de leurs longs formats dans une édition remasterisée plutôt soignée - bien que couronné de succès, le premier LP est exclu de l'opération pour plusieurs motifs légaux, quant à d'autres ils sont trop récents pour que cela ait une utilité. Certains opus sont même accompagnés d'un disque bonus truffé de raretés pour les retardataires qui auraient pris le train en marche.

Licensed To Ill (1986) [Non-Réedité]
Un disque sympathique et ludique mais conforme aux sonorités de l'époque, c'est-à-dire qu'il a vieilli très rapidement. L'influence de Run DMC dans les beats est évidente.

Paul's Boutique (1989)
Le premier chef-d'oeuvre du groupe, estampillé hip-hop multi-layer. Une merveille de production caverneuse à une époque où les samplers ne se contentaient pas de restituer les boucles mais les enfumaient.

Check Your Head (1992) [+ CD Remix & B-Sides]
Un autre album à la richesse musicale forcenée. Un son ample quasiment live qui frappe ton voisin et sa femme.

Some Old Bullshit (1994) [Non-Réédité]
La réédition en EP des premiers maxis punk music du groupe.

Ill Communication (1994) [+ CD Remix & B-Sides]
Retour en forme avec des influences toujours plus variées. Guitares rock, blaxploitation côtoient samples de cérémonies religieuses tibêtaines et flûte décalée.

Hello Nasty (1998) [+ CD Remix & B-Sides]
Hip-hop technoïde, pop, bossa nova et bruitisme. Le cocktail fonctionne mais l'album, parfois trop chargé, est un peu en-deça des trois précédents.

The Sounds Of Science (1999) [Non-Réédité]
Anthologie comprenant les titres les plus emblématiques du groupe et quelques inédits.

To The 5 Boroughs (2004)
Un exercice minimaliste incroyable et un rap proto-electro saisissant. L'album va à contre-courant en proposant des titres très courts.

Solid Gold Hits (2005) [Non-Réédité]
Best-of qui n'a pas lieu d'être puisque la discographie des Beastie Boys est un best-of en soi.

The Mix-Up (2007) [Non-Réédité]
Un album instrumental "joué", gorgé de soul et de bande-son de films qui démontre le talent musicien des gaillards. Il est complété par le EP "The Mix-Up Bonus Tracks".

Hot Sauce Committee Pt.1 (2010)
A venir. Le premier extrait, un featuring de haute volée avec Nas qui tape.


Pour ceux qui ne connaitraient pas les Beastie Boys - sacrilège : http://www.deezer.com/fr/#music/playlis ... 9-32548062 à se faire en entier.
Amrith Zêta
Membre de la Seele
 
Messages: 1833
Inscrit le: 01 Mar 2004 13:46

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Wonk sur 12 Nov 2009 3:18

Aujourd'hui j'ai fait 400km pour pouvoir écouter Steve Coleman & The Five Elements.
Quand un maître daigne fouler les terres de la Nièvre on fait le déplacement, c'est toujours moins loin que New York.
Grosse claque esthétique. Grosse claque technique. Grosse claque artistique.

Ce n'est pas pour rien que ce saxophoniste est unanimement salué par ses compère musiciens que celui-ci apprécient son esthétique ou non. Certains pourront par jalousie le brocarder comme le saxophoniste ayant oublié comment on joue du 4 temps de base. Ils savent très bien que c'est faux et qu'ils sont surtout incapables eux même de rendre aussi vivante, spirituel, hypnotique, une musique d'une complexité métrique qui donnera le tournis à n'importe quel improvisateur lambda et renvoie les groupes de metal progressif retravailler leur équivalences qui sonneront à jamais stéréotypé et machinale quand chez Coleman tout semble couler de source, être viscéral.

Enfin en ce temps d'HADOPI, il est toujours savoureux de constater qu'un des musicien parmi les plus talentueux de ce monde propose une bonne part des disques de son collectif en libre téléchargement sur son site.
http://m-base.com/download.html

Bénabar et consort peuvent me sucer la bite, prétendre au titre de gigolo c'est bien tout ce qu'il peuvent.
Voilà ce qu'est un Artiste.

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Wonk
Habitué du Minton's Playhouse
 
Messages: 754
Inscrit le: 23 Jui 2004 13:32

Re: Ce que j'ai écouté aujourd'hui...

Messagepar Yoan sur 03 Jan 2010 15:58

Avec l'originalité d'un bêtisier de fin d'année animé par Arthur, je cède à la facilité du Best-of 2009 :

Bilan toutefois tronqué puisque comme tous les ans, il y a certaines grosses sorties à côté desquelles je suis passé.
Ça méritera donc peut-être un refresh d'ici quelques semaines, mais en l'état ça donne ça pour un top 10 :

Image

10 - NOFX - Coaster

C'est toujours pareil. Mais ces mecs sont inimitables, et dans l'hypothèse où ils raccrocheraient, je n'ose imaginer le vide qu'ils laisseraient.

Image

9 - Pearl Jam - Backspacer

Des hauts (pas mal), des bas (quelques-uns), mais on pardonnera sans peine ses faux pas à un groupe qui en a encore suffisamment sous la semelle pour donner quelques leçons de rock aux petits jeunes. C'est d'ailleurs quand il s'agit d'assagir les compo' que Pearl Jam se prend légèrement les pieds dans le tapis.

Image

8 - Ben Kweller - Changing Horses

Ma (re)découverte de l'année. C'est ce que j'ai écouté de plus frais et détendu depuis une éternité, et lorsque je me prends à taper du pied en rythme sur des morceaux typés Country-music, c'est définitivement qu'il y a un truc.

Image

7 - Sonic Youth - The Eternal

Au sein de la disco' massive de ces brontosaures du Grunge noisy, "The Eternal" n'est certes pas une référence. Mais il figure dans la bonne moyenne d'un groupe qui n'a plus rien à prouver depuis belle lurette, et c'est déjà beaucoup.

Image

6 - Shannon Wright - Honeybee Girl

Shannon s'est adoucie, s'est quelque peu départie des dissonances typiques d'un certain Steve Albini, mais n'a pas ramolli son Art pour autant. Après une première écoute perplexe, insister m'aura rendu accroc, implacablement. Possible bémol : certaines perles émergent peut-être un peu trop d'un ensemble légèrement inégal.

Image

5 - Ghinzu - Mirror Mirror

Les Belges signent - et c'était pas gagné - le digne successeur de "Blow", avec ce disque probablement plus exigeant, mais certainement pas moins réussi que son illustre aîné.

Image

4 - Oceansize - Home & Minor

En dégageant les distorsions de cet EP, Oceansize signe un effort que l'on pourrait qualifier de "post-rock de salon", avec cette-fois quelques accents popisants parfaitement intégrés. Le quintette Mancunien est en train de se constituer une discographie d'une densité impressionnante, et cet EP surprenant y participe sans problème.

Image

3 - Biffy Clyro - Only Revolutions

Malgré d'infimes faux pas, l'album s'écoute d'une traite avec la certitude que l'on tient là un groupe capable de trop de choses pour que l'on s'ennuie. Des pépites power-pop aux décharges électriques saccadées, on prend encore de bien jolies claques.

Image

2 - Arctic Monkeys - Humbug

Disque plus homogène et certainement plus sage que ne l'étaient leurs précédents, "Humbug" demeure une perle de songwriting, arrangée avec un bon goût et une richesse relativement inédites chez les Monkeys. Et non, c'est pas l'album de la maturité, c'est même pas celui de la confirmation. C'est leur 3ème putain de bon disque, point.

Image

1 - Them Crooked Vultures

Bien au delà de la classe monstrueuse de son line-up, TCV signe un album à la fois instantanément percutant, et plus profond qu'il n'y parait sur la durée. Et c'est un mec qui s'est fendu de quelques douzaines d'écoutes intégrales ces dernières semaines qui vous le dit. Depuis quand un tel défouloir ne s'était pas révélé aussi brillant ? Depuis "Songs For The Death" peut-être...

2009, l'année des grosses déceptions.

- "The Resistance" de Muse, pour ses clichés et ses outrances, rabâchés jusqu'à l'indigestion totale. C'est d'autant plus regrettable que ce trio est indéniablement talentueux, quelques passages du disque le rappellent. Un grand producteur à poigne pour les canaliser un peu ? (Chose qui avait par exemple profité à Paul McCartney pour l'excellent "Chaos And Creation In The Backyard").

- "Hombre Lobo" de Eels, c'est bien - quoique un peu paresseux - si on ne connaît pas déjà Eels. Problème : tout le monde connaît Eels.

- "The Big Machine" d'Émilie Simon. Ze Big Plantage, malgré une nette envie d'évoluer.

- "The BQE" de Sufjan Stevens. N'écoutez pas les Inrock', ce truc c'est l'arnaque de l'année. Et c'est un fan absolu qui vous le dit.

Sinon, j'ai aimé aussi

- Le dernier Mars Volta donne moins mal à la tête et s'écoute plus volontiers de temps en temps que ses prédécesseurs.

- Le dernier K'naan méritera d'être réécouté, mais à première vue ça me plait.

- "Battle For The Sun" de Placebo, bah j'aime bien. Et que ce groupe ait pu sortir un album qui génère en moi un intérêt réel, c'est suffisamment beau pour que je passe outre mon antipathie à l'égard de Brian Molko.

- Le dernier Green Day, sans valoir "American Idiot" remplit à mon sens largement son office. Dommage de devoir pointer quelques longueurs, sans ça le top 10 n'était pas loin.
"Playing things too safe is the most popular way to fail". (Elliott Smith)
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Prof de gratte de Jimi Hendrix
 
Messages: 388
Inscrit le: 29 Fev 2004 22:18
Localisation: Miles away

Précédent

Retourner vers MusiQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron