[Expo] The Air is on fire

Avatar pourri ? The Dark Knight chef d'oeuvre ? You decide !

Modérateur: Amrith Zêta

[Expo] The Air is on fire

Messagepar mauvaises-opinions sur 23 Avr 2007 22:41

Juste parce que Guigui et moi on va y aller, je me suis dit qu'il fallait aussi en parler un peu sur le forum et qui sait peut être que quelqu'un d'autre ici y a été ou va y aller ...

Image

The Air is on Fire

Présentée à la Fondation Cartier pour l’art contemporain à Paris, The Air is on Fire est la plus importante exposition jamais consacrée à l’œuvre de David Lynch en tant qu’artiste plasticien. Explorant les multiples facettes de son art, elle rassemble un grand nombre de peintures, photographies, dessins, films expérimentaux et créations sonores, réalisées entre 1960 et aujourd’hui. Une occasion exceptionnelle de découvrir et de revisiter l’art de David Lynch à la lumière d’œuvres inédites, mises en scène par l’artiste lui-même. Cette exposition-événement est accompagnée d’une programmation de concerts et de projections conçue par David Lynch pour les Soirées Nomades.

HERVÉ CHANDÈS Directeur de la Fondation Cartier pour l'art contemporain a écrit:AVANT-PROPOS

Depuis les années passées à l'Académie des beaux-arts de Philadelphie, David Lynch a consacré, de façon ininterrompue, une part importante de son activité créatrice aux arts plastiques. Avec «The Air is on Fire», l'exposition la plus complète jamais consacrée à l'œuvre de David Lynch, la Fondation Cartier pour l'art contemporain révèle cet aspect essentiel et cependant peu connu de sa création. Présentée à Paris du 3 mars au 27 m;ri 2007, l'exposition rassemble toutes les formes d'expression d'un artiste protéiforme que le désir d'être peintre, depuis son enfance, n'a jamais quitté.

«The Air is on Fire» réunit un vaste ensemble d' œuvres créées entre 1960 et aujourd'hui: tableaux, photographies, dessins, œuvres sur papier, films expérimentaux ainsi que des environnements sonores créés spécialement pour l'occasion. Plus de 500 croquis et notes, soigneusement conservés"par l'artiste dans deux classseurs, sans système d'organisation particulier, sont ici intégralement présentés. La série des Distordcd Nudcs, images numériques réalisées en 2004 à partir de phootographies érotiques des années 1840 à 1940, est également exposée pour la preemière fois. Tandis qu'il projette ses tout premiers courts métrages dans un petit théâtre inspiré du film Erascrhcad (1977), David Lynch métamorphose l'un de ses dessins en un espace dans lequel le visiteur déambule, découvrant à la fois la parrtie visible et l'envers du décor. Faisant de l'eXposition elle-même une création à part entière, l'artiste dessine des portiques d'acier habillés de rideaux comme supports de ses peintures, ou encore transforme un ensemble de dispositifs sonores interactifs en sculptures.

Le livre exceptionnel qui accompagne l'eXposition reproduit la plupart des œuvres exposées. Elles y sont, à l'exception des peintures, présentées intentionnellement sans titre et sans date, excluant toute chronologie conformément au souhait de l'artiste. Des images extraites de ses films évoquent l'univers cinématographique de David Lynch. L'ouvrage est accompagné d'un double CD pour lequel l'artiste a enregistré, le 15 décembre 2006, ses souvenirs, remarques et anecdotes tout en feuilletant les 450 pages de la maquette.

Artiste absolu, David Lynch a participé à tous les aspects de la création de cette exposition, faisant de celle-ci une «œuvre totale» qui embrasse non seulement les multiples facettes de son travail plastique, mais qui souligne aussi sa passion pour la musique. Il signe une programmation de concerts dans le cadre de l'exposition et des Soirées Nomades.

Révélant la multiplicité d'une œuvre sans équivalent, «The Air is on Fire», qui ouvre ses portes au moment de la sortie européenne de son nouveau film INLAND EMPIRE, offre un éclairage exceptionnel sur le processus créatif de David Lynch et invite le spectateur à pénétrer dans l'intimité de cet univers fascinant et vertigineux.


:arrow: Lien amazon The Air is on fire
"Catch you with my death bag. You make think I've gone insane ... but I promise, I will kill again." Bob
Avatar de l’utilisateur
mauvaises-opinions
Psy d'Adrian Monk
Psy d'Adrian Monk
 
Messages: 410
Inscrit le: 25 Aou 2006 0:27
Localisation: Nancy

Messagepar Guigui sur 24 Avr 2007 9:18

Youhouuuuuuuuu top la classe mauv' :yeah: :bravo:
Vivement la fin du mois qu'on y aille !!!
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar mauvaises-opinions sur 15 Mai 2007 21:48

Bon, ben finalement, je me suis un peu plantée que les dates, l'expo ne se terminera pas le 3 juin, mais le 27 mai ... Désolée :oops:

Personne ici, n'y a été ???
"Catch you with my death bag. You make think I've gone insane ... but I promise, I will kill again." Bob
Avatar de l’utilisateur
mauvaises-opinions
Psy d'Adrian Monk
Psy d'Adrian Monk
 
Messages: 410
Inscrit le: 25 Aou 2006 0:27
Localisation: Nancy

Messagepar JVT Zomb-X sur 12 Sep 2007 0:04

Pas vu l'expo non plus... :(
Mais il existe cependant un très beau catalogue de cet expo pour 50 euros environ.
JVT Zomb-X
 

compte rendu

Messagepar Guigui sur 18 Sep 2007 11:28

JVT Zomb-X a écrit:Pas vu l'expo non plus... :(
Mais il existe cependant un très beau catalogue de cet expo pour 50 euros environ.

C'était une superbe expo... Bientôt on vous en fera un compte rendu détaillé ici même :)
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks

Messagepar JVT Zomb-X sur 27 Sep 2007 3:04

Wéééééééééé !!!!!!!!

Sniff, j'ai pas (re)trouvé le catalogue Au V*rg*n du coin , mais un jour il sera mien !!!
JVT Zomb-X
 

Petit compte rendu

Messagepar Guigui sur 27 Sep 2007 12:26

Petit compte rendu de Mauv' & Guigui

Image

Cécile et moi nous nous sommes donc rendu à Paris en mai dernier, pile-poil pour le tout dernier jour de l'exposition. On en a chié à faire la queue sous la pluie malgré le fait de s'être déplacé relativement tôt le matin, bref il y a avait du monde. Une chouette ambiance en tout cas au sein de la fondation CARTIER : on a souvent été impressionné par les ambiances dégagées par les peintures immenses du bonhomme (le tout étant aidé par une bande son angoissante de sa composition). On regrette cependant d'avoir raté de quelques semaines le concert de Julie Cruise, la chanteuse de Twin Peaks, mais bon... Quel bonheur ! :)

Voici un petit tour d'horizon du contenu de l'expo via ces extrrait de textes tirés du fascicule de l'expo :


Les peintures

Exposées dans les galeries new-yorkaises, ses toiles sont comme ses films : étranges.

La blonde et la brune, le héros et le nain, l’être réel et celui de fiction ... Le thème du double hante les films de David Lynch, de Mulholland Drive à son dernier opus, Inland Empire. On retrouve ce leitmotiv dans son œuvre peinte. «Tous mes tableaux sont des drames, violents et organiques. Il faut qu’ils soient réalisés violemment, de manière primitive et grossière. Je n’ai pas appris à peindre les côtés les plus lumineux de la vie. Mais j’ai toujours aimé les deux côtés et j’ai toujours cru que pour apprécier un côté, il fallait connaître l’autre - plus on concentre d’obscurité, plus on voit de lumière.» Envahies de noir, ses toiles sont pleines de silhouettes évasives, noyées dans un univers menaçant. Beaucoup naissent du souvenir de ces villes paumées où il a passé son enfance, comme Boise dans l’Idaho, ou Spokane dans l’État de Washington: «Je peins en pilotage automatique. Je ne sais pas dans quel état j’entre, mais ça a un rapport avec les fantasmes enfantins.» Cauchemars et terreurs de gamin émergent ainsi de leur surface chargée, pleine d’une matière dense. «J’adore expérimenter différentes textures, explique l’artiste.
Un jour j’ai utilisé une crème dépilatoire sur une souris pour voir comment c’était sous la surface : c’était très beau
.» Coton, sparadrap, vêtements, insectes ... Lynch inscrit dans sa peinture toutes les matières possibles: «Parce que la nature peut jouer son rôle dans le processus de création, et que tous ces matériaux interagissent les uns avec les autres. C’est comme une danse, on utilise du feu, de la viande séchée, et des choses se passent. Il faut toujours laisser la porte ouverte à d’autres forces pour qu’elles agissent.» Peau abîmée, pleine de stigmates et d’abstraite poésie, ses tableaux n’attendent qu’une chose, selon leur auteur: «Être mordus! Ils sont si beaux, ils ont besoin d’être mordus

Image
Do You Want to Know What 1 Really Think?


Les dessins

On a l’impression qu’il n’arrête jamais. Toujours un stylo à la main, David Lynch griffonne sur tout ce qu’il trouve : Post-it, boîtes d’allumettes, Kleenex, pas un support ne lui échappe. Moyen de figer dans la durée ces mille images et rêves conscients qui l’assaillent en permanence. Paysages, intérieurs, cadavres exquis ou chiens enragés : il croque à tout va, prolifique depuis sa plus tendre enfance. Certains relèvent de la plus simple des esquisses, d’autres conçoivent des univers architecturés, où se décèle tout son amour pour le mouvement du Bauhaus. Source d’inspiration pour ses films, ses peintures ou sa musique, ces innombrables et souvent minuscules dessins sont empreints des motifs qui obsèdent ses films : enfance, famille, foyer, feu, ampoule vacillante, luminaires et tapis...

Image
Note de Guigui : Ce dessin a été entièrement conçu comme un décor réel. On a pas de photo pour vous montrer la différence entre les 2, mais se déplacer là-dedans procure une drôle de sensation...


La photographie

David Lynch photographie les nus comme il photographie les usines : dans un nuage de fumée, dans la menace d’une disparition. Qu'ils soient industriels ou humains, les corps ont pour lui cette beauté trouble de ce qui est voué au néant. Noires et blanches, surtout noires, ses photographies d’usines désaffectées sont dépourvues de présence. «J’aime ces photos parce que ces usines sont vieilles et que la nature est en train de les reconquérir sous forme de pourriture - comme des cadavres», explique-t,il. Denses et tristes, ses clichés pris aux États-Unis et, surtout, en Pologne, s’attachent aux détails abîmés, aux instruments désormais inutiles, rongés par la rouille et la poussière. «Tout a commencé dans la sombre Philadelphie, raconte l’artiste. La ville pourrit mais elle est d’une beauté fantastique. Les produits chimiques et la nature produisent quelque chose qu’il serait impossible d’obtenir sans que l’homme et la nature aient travaillé ensemble.» ...

Image
Distorded-Nude peinture numérique


Les courts métrage

Avant de se lancer dans le long-métrage avec Erascrhead, David Lynch a réalisé quelques courts. La Fondation Cartier montre trois de ces bijoux. six Men Getting sick est le premier d’entre eux. Réalisée lors de ses études d’art, cette boucle d’une minute mêle sculpture, film et dessin animé autour de figures d’hommes vomissant. Sa beauté? Aussi graphique qu’organique, elle répond au rêve de celui qui ne connaissait alors rien au cinéma: réaliser un tableau en mouvement. Le deuxième, The Alphabet est né étrangement: «Un gentleman m’a proposé de l’argent afin que je réalise un film pour lui; je me suis alors acheté une caméra d’occasion. J’ai travaillé deux mois avec avant de réaliser qu’elle était cassée! Rétrospectivement, je comprends que cet échec m’a poussé à développer des idées. Je me suis tourné vers l’animation et j’ai réalisé The Alphabet qui m’a permis d’obtenir une bourse de l’Institut du film américain.» Sans lui, peut,être Lynch ne serait,il jamais devenu cinéaste...

Note de Guigui : les plus intéressants sont les plus anciens. Ceux datant des années 2000 sont vraiment trop expérimentaux et minimalistes pour nous transporter comme sait si bien le faire Lynch avec ses pièces de maîtres... dommage...

textes d'expo de CHRIS ERIC
Avatar de l’utilisateur
Guigui
Tyran du forum
Tyran du forum
 
Messages: 6213
Inscrit le: 28 Fev 2004 11:11
Localisation: Twin Peaks


Retourner vers CinémathèQ'

Qui est làààà ?

Utilisateurs parcourant actuellement ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités

cron