Liens Vers :
| | | | |

Nous sommes actuellement le 23 Sep 2020, 00:45

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [1x12] review : Le message
MessagePublié: 28 Juil 2006, 13:35 
[XFS1]LE MESSAGE
Image

LE MESSAGE :
Episode écrit par James Wong & Glen Morgan
Réalisé par David Nutter

Le début : Chez elle, Scully vient de finir de dîner avec ses parents, Charles et Margaret Scully, qui décident de rentrer chez eux. Quelques heures plus tard, alors que Scully s’est endormie devant la télévision, elle se réveille soudainement et voit son père, assis face à elle dans un fauteuil. Celui-ci d’un regard fixe parle, ou plutôt bouge les lèvres, car aucun son n’est audible. Surprise par la sonnerie soudaine du téléphone, Scully s’aperçoit que son père a mystérieusement disparu. Scully va décrocher le téléphone : c’est sa mère, bouleversée, qui lui annonce que son père est mort quelques heures plus tôt.


Il s’agit du premier épisode de la série qui se démarque des autres pour s’attarder sur le personnage contradictoire de Scully.
Il s’agit également du premier épisode à inverser les tendances croyance / scepticisme des deux agents, et en cela on peut dire qu’il est original et que l’idée sera réutilisée, un peu comme une solution de facilité, dans les épisodes mettant Scully en proie à se questionner sur ses conceptions religieuses face à Mulder totalement incrédule (REVELATIONS 3x11 & L’AME EN PEINE 5x17).
Dans LE MESSAGE, je dirais que les bases de l’épisode sont très bonnes :
- l’apparition post-mortelle du père de Scully qui préfigure qu’il est mort sans communiquer quelque chose d’important à sa fille
- la musique de l’enterrement « Beyond the sea » symbole de l’épisode
- un homme (Boggs) qui doit permettre à Scully de comprendre le message de son père

Au passage on peut remarquer qu’il est très étonnant qu’après la mort et l’apparition de son père, Scully arrive au FBI détendue en se permettant même une petite plaisanterie.

Ensuite l’épisode pêche par facilité, comme dans CLOSURE un homme de bonne foi intervient pour simplifier l’intrigue et favoriser le dénouement et l’émotion. Je dirais que dans CLOSURE ça passe parce que le scénario a plus de consistance, mais ici la situation est vraiment très simpliste :
dès la première rencontre avec le condamné à mort, celui-ci donne les indications parfaites pour retrouver deux jeunes qui ont été enlevés, la théorie d’un complice en dehors de la prison serait encore plausible, mais Boggs chante à Scully la fameuse chanson « Beyond the sea » et l’appelle par le surnom que lui a donné son père.
Après seulement une douzaine de minutes l’intrigue de l’épisode est terminée, toute la suite va se focaliser sur Scully qui essaye de se convaincre que Boggs est un imposteur malgré les éléments qui ne laissent aucun doute. Du coup une bonne partie de l’épisode m’est apparue ennuyeuse et absolument pas enrichissante, s’agissant juste de la confirmation que Boggs a réellement le pouvoir de recevoir dans son corps des âmes en détresse.

L’aspect contradictoire de Scully la pousse à affirmer à Boggs que c’est un menteur alors qu’elle sait qu’il dit vrai, mais qu’elle refuse de l’admettre en fait. Boggs a là une excellente réplique : « Ce n’est pas grave il y a de la place pour les menteurs ici. Vous pouvez jouer la comédie autant que vous voudrez, moi je sais que vous me croyez.»

La fin de l’épisode regagne en intérêt avec Mulder qui a une attitude très « généreuse » en quelque sorte : même si au fond de lui il n’a jamais cru au pouvoir de Boggs, il demande à Scully d’y croire car il sait que ça peut l’apaiser :
« Après tout ce que tu as vu, après toutes les preuves, pourquoi tu ne peux pas croire ? »
Enfin Scully devient objective et dévoile ce qui justifie son comportement durant tout l’épisode :
« J’ai peur de croire. »
« Alors assume ta peur sinon tu ne sauras jamais ce que ton père voulait te dire. »
La chute de l’épisode se révèle pour le moins inattendue, mais excellente :
« Je sais ce qu’il voulait me dire : c’était mon père c’est tout .»
surprise alors qu’on attendait plutôt un message de fierté… Mais Scully n’a pas besoin d’entendre le message de la bouche de Boggs, elle l’a certainement compris, elle admet le pouvoir de Boggs mais refuse d’y avoir recours, parfait compromis. (Cette dernière phrase renvoie au passage à celle de sa mère le jour de l’enterrement : « Tu étais sa fille… ».)

BILAN : On trouve dans « Beyond the sea » de très bonnes choses comme la scène de fin entre Mulder & Scully, le jeu d’acteur de Brad Dourif ou bien les symboles (croix blanche, diable) qui suscitent toujours un peu d’émotion au même titre que le cercle dans REVELATIONS, mais l’épisode aurait pu être beaucoup plus complet compte tenu du sujet abordé. Il me laisse un sentiment d’inachevé, c’est bien dommage de ne pas avoir poussé plus loin l’analyse du pouvoir de Boggs de recevoir en lui toutes ces âmes, au lieu de s’en servir uniquement pour guider Mulder & Scully dans leur enquête, l’épisode est (volontairement mais) trop axé sur Scully car avec son refus de croire à l’évidence on tourne vite en rond. Bon voilà pourquoi je ne trouve donc pas cet épisode vraiment terrible. 6,5/10


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 28 Juil 2006, 13:40 
Hors-ligne
Membre du Consortium

Inscription: 17 Juil 2006, 15:38
Messages: 252
Localisation: X-22
Le Message/ Beyond the Sea

Do you believe?

En général, c’est Mulder qui a tendance à croire au paranormal, mais lorsque cela arrive à Scully, c’est signe qu’elle n’est pas dans son assiette...

Cet épisode n’est pas sans rappeler "Le Silence des agneaux" et "Dragon rouge". On sait bien-sûr que la série a été en partie inspirée par le premier, et la situation que l’on retrouve dans "Beyond the Sea" est assez proche, par certains côtés : Cette agent du FBI confrontée à un prisonnier qui demande une faveur contre son aide pour retrouver des jeunes gens kidnappés... La méthode employée par Luther Lee Boggs (excellent Brad Dourif) est différente de celle de Lecter mais, par exemple, chacun des deux pénètre dans l’enfance de ces rouquines du FBI, tous les deux jouent avec leur fragilité...

A début de l’épisode, Scully semble une petite fille face à son père. On la voit plus fragile qu’à l’habitude. Mulder l’appelle plusieurs fois Dana, il devient protecteur, il joue un rôle plus paternel envers elle, comme s’il reprenait le flambeau de William Scully ; il lui fait comprendre qu’elle va dans la mauvaise direction, tout comme son père lui avait fait comprendre qu’en entrant au FBI, elle ne choisissait pas le bon chemin. Scully se questionne, elle veut savoir si, dans sa vie, elle a alors pris une bonne direction. Et c’est ceci le message qu’elle vient chercher à plusieurs reprises auprès de Boggs. Le message du titre français est en fait ce que nous montre le titre original : "Beyond the Sea", c’est la chanson, et c’est aussi cet endroit où sont les morts, dans un royaume au-delà de la mer...

Le mot "believe" est prononcé de nombreuses fois dans cet épisode. Mulder est ici sceptique et Scully, qui est ébranlée par la mort de son père et parce qu’elle a vu son "fantôme", croit ou veut croire cette fois-ci. Et elle est toute étonnée de voir son partenaire sceptique :
"Mulder, do I detect a hint of scepticism ?!" Il lui explique le pourquoi du comment, elle assiste même au démantèlement de la fraude de Boggs par Mulder, mais elle voudrait pourtant croire ; sa garde est baissée, elle est psychiquement fragilisée. Ainsi, on s’aperçoit que Mulder, malgré ce qui est dit de lui sur ses élucubrations, n’est pas si spooky que cela et qu’il sait faire la part des choses. Seulement, lorsqu’il est confronté à une affaire proche de celle de sa sœur, lui aussi semble avoir quelques problèmes de jugements. Scully, à la fin de l’épisode, retrouve ses esprits cartésiens, et cela nous rassure !

Maintenant, quelques remarques annexes à propos de l’épisode :
Tout d’abord, comme tout le monde l’a remarqué, la famille Scully n’est pas au complet lors de la dispersion des cendres du Capitaine Scully : notamment, on ne voit ni Melissa, ni leur frère.
Ensuite, il semble bien que Gillian Andreson ait changé de coupe de cheveux pendant le tournage, et qu’au montage... ils n’y ont pas prêté attention : elle a la même coupe au début, dans le bureau et à la fin, à l’hôpital à peine une semaine plus tard... et entre les deux, elle a les cheveux plutôt raides !
Je ne sais pas si on la voit dans d’autres épisodes, mais on peut apercevoir la casquette du NICAP que Mulder a récupérer dans l’entrepôt après la disparition de Max Fenig, accrochée dans le bureau de Mulder.
Autre chose : lorsque Mulder dit : "Did Boggs say something to you ?", Scully lui répond : "No, it’s my father, I’m sorry..." Ici, Mulder peut comprendre "Non, c’est [à cause de la mort de] mon père" mais en fait, elle veut certainement lui révéler sa vérité, inconsciemment : "Non, c’est mon père [qui m’a dit quelque chose]"…
D’autre part, il est intéressant de mettre en parallèle deux phrases, l’une de Mulder, lorsqu’il présente son morceau de jogging ou de T-shirt à Boggs : "I wanna believe" (leitmotiv de notre agent même si ici, c’est dit plutôt ironiquement) et l’autre de Scully, à la fin lorsqu’elle a retrouvé ses esprits : "I’m afraid to believe". Là, on s’aperçoit d’une chose : ni l’un ni l’autre ne croit en fin de compte ! La croyance est une sorte de finalité... Je veux croire = je ne crois pas encore / J’ai peur du fait de croire = je ne crois pas, pas encore. Donc Mulder cherche la vérité qu’il pourra croire et Scully cherche à ne pas croire jusqu’à ce qu’elle n’ai plus à en avoir peur.
Et une dernière chose : après avoir vu la série en entier, du moins jusqu’à "Closure", on peut se demander si le fait de présenter un "fantôme" qui parle sans qu’on puisse l’entendre n’aurait pas donné des idées, pour bien plus tard, en ce qui concerne les enfants emportés par les Nomades.
Enfin, l’épisode qui suit nous montrera aussi, à un certain moment, une Scully toute vulnérable... l’actrice commençait-elle déjà à avoir des nausées ??!!


--NostraMADus--

Lien vers le topic initial de l'ancien forum LVEI : [url=http://forums.lvei.net/topic.asp?TOPIC_ID=4790]ICI[/url]

_________________

Mad : [url=http://www.eapoe.org/works/tales/mystfb.htm]R. von Jung[/url]

Image
"I'm the future"


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message: oui mais...
MessagePublié: 02 Août 2006, 22:28 
Hors-ligne
Demi-frère caché de Mulder
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Juil 2006, 11:39
Messages: 1661
Localisation: Metz (57)
Je suis assez d''accord avec l'ensemble de ton analyse, mais je vais revenir sur ce qui me semble inexacte :pepep:

Citer:
>Au passage on peut remarquer qu''il est très étonnant qu''après la mort et l''apparition de son père, Scully arrive au FBI détendue en se permettant même une petite plaisanterie.


Moui, mais bon, peut être se force t'elle, elle va pas arriver au FBI avec une tête d''enterrement même si ça devrait être effectivement le cas. Vu le caractère combatif de Scully, elle se dit qu''il faut combattre et surmonter son chagrin. De plus elle doit faire de l''excès de zèle vis-à-vis du respect qu''elle a pour Mulder, pensant sans doute qu''il n''a pas à subir cela. Connaissant la petite rouquine, cela ne m''étonnerait pas, et donc tout ceci me paraît normal :)

Citer:
>Ensuite l'épisode pêche par facilité, comme dans CLOSURE un homme de bonne foi intervient pour simplifier l''intrigue et favoriser le dénouement et l''émotion.


Je sais pas si on peut qualifier vraiment Boggs comme un homme de bonne foi ;)

Citer:
>Après seulement une douzaine de minutes l''intrigue de l''épisode est
terminée, toute la suite va se focaliser sur Scully qui essaye de se convaincre que Boggs est un imposteur malgré les éléments qui ne laissent aucun doute.


Ben oui mais comme tu l'a dit, c''est pour mieux se concentrer sur Scully et ses contradictions, s'il y avait une intrigue plus élaborée comme tu l''as dis, tout ceci aurait perdu de son impact et aurait donné un scénario indigeste. Non Morgan et Wong ne pouvait pas faire mieux : ils ont fait les meilleurs choix possibles.

Citer:
>Du coup une bonne partie de l''épisode m'est apparue ennuyeuse et absolument pas enrichissante, s''agissant juste de la confirmation que Boggs a réellement le pouvoir de recevoir dans son corps des âmes en détresse.


Pas du tout! Ce n'est pas que cela, observer une espèce de confrontation psychologique (rappelant celle du "Silence des agneaux") est toujours très intérêssante, et encore plus lorsqu''il s''agit de Scully, personnage hautement paradoxal :) Bref j''adore cet épisode qui est vraiment très puissant, je lui donne carrément 10/10 oui carrément! Pour lui donner cette note il faut bien
se souvenir ce que ce fut de voir cet épisode à l''époque : ce fut quelque chose!!! :D


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
 Sujet du message:
MessagePublié: 03 Août 2006, 18:49 
Guigui a écrit:
peut être se force t''''elle, elle va pas arriver au FBI avec une tête d''''enterrement même si ça devrait être effectivement le cas. Vu le caractère combatif de Scully, elle se dit qu''''il faut combattre et surmonter son chagrin. De plus elle doit faire de l''''excès de zèle vis-à-vis du respect qu''''elle a pour Mulder, pensant sans doute qu''''il n''''a pas à subir cela. Connaissant la petite rouquine, cela ne m''''étonnerait pas, et donc tout ceci me paraît normal


Oui je n''ai pas dit que ce n''était pas normal, disons que j''ai juste remarqué que c''était étonant à première vue, mais en effet ce que tu dis est vrai.

Citer:
Je sais pas si on peut qualifier vraiment Boggs comme un homme de bonne foi

Ben quand je dis bonne foi, c''est parce que Boggs est franc avec Scully concernant les messages de son père, contrairement au gars de PAPER HEARTS par exemple qui se bluffe sur Samantha.

Sur le reste on n''est pas trop d''accord, mais on a tout dit :)


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: [1x12] review : Le message
MessagePublié: 10 Oct 2017, 22:54 
"Beyond the Sea", c'est tout simplement l'un des meilleurs épisodes de la série. J'ai eu le privilège de le voir au cinéma, présenté par Chris Carter lui-même.

Tout y est parfait : le scénario, les dialogues, le jeu fantastique de Brad Dourif ainsi que de Gillian Anderson, le ton très sombre, la réalisation superbe de David Nutter.

10 sur 10.


Haut
  
Répondre en citant  
 Sujet du message: Re: [1x12] review : Le message
MessagePublié: 01 Jan 2020, 21:47 
Hors-ligne
Nouvel arrivant

Inscription: 13 Déc 2019, 22:38
Messages: 2
Je viens de revoir l'épisode, c'est à mon sens l'un des plus aboutis de la saison 1. Le jeu d'acteur de Brad Dourif (Boggs) est stupéfiant.
Gillian Anderson commence à prendre de l'ampleur, d'ailleurs David Duchovny y semble plus en retrait.
9,5/10


Haut
 Profil  
Répondre en citant  
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+1 heure [Heure d’été]


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Atteindre:  



cron