1013 Connexions

Accueil > Chris Carter

Pour la première fois depuis X-Files, Chris Carter a un projet télé!

Chris Carter bientôt de retour à la télé? C’est possible! The X-Files s’est arrêtée en 2002, mettant fin à dix années de travail extrêmement intense pendant lesquelles Chris Carter a produit quatre séries, dont trois dont il était le showrunner, soit 291 épisodes de télévision, plus un long-métrage.

Avec The X-Files, MillenniuM et Harsh Realm, Chris Carter a créé trois Pilotes et autant de réussites artistiques incontestables. Trois séries fantastiques de haute qualité, qui ont abondamment servi d’inspiration à d’autres créateurs – de CSI à Buffy en passant par Fringe, leurs descendants sont nombreux. Et X-Files a été un phénomène mondial sans précédent.
Chris carter a aussi révélé de nombreux talents : Frank Spotnitz, John Shiban ou Vince Gilligan n’avaient jamais écrit de scénario pour la télévision avant X-Files, et sont désormais des producteurs exécutifs reconnus. Vince Gilligan est l’auteur de Breaking Bad qui, selon la critique, dispute à Mad Men les honneurs de meilleure série du moment.

Après 2002, Chris Carter s’est mis au vert même si, comme le précise Hollywood Reporter, il était extrêmement demandé. Il a consacré plusieurs années à voyager autour du monde et à faire du surf, sa passion de jeunesse mise de côté pendant les années 90, laissant expirer le contrat de développement qui le liait au département télévision du Studio Fox, avec lequel les relations étaient devenues très conflictuelles les dernières années. En 2008 il a écrit et réalisé le film X-Files: I Want to Believe, alliance du crépusculaire et du romantique. La même année, à l’écart de tout studio, il tourne Fencewalker, un long-métrage indépendant qu’il a entièrement financé lui-même, que ses acteurs ont décrit comme une création très personnelle, une expérimentation d'auteur au sens européen qui n’a encore jamais été montré à ce jour.

Aujourd’hui, après un ressourcement créatif plutôt censé, quand d'autres scénaristes star des années 90, tel que David E Kelley, ont continué à produire au risque de l'assèchement, Chris Carter reprend le chemin de la télévision.

Il est à l’origine du projet Unique, un thriller policier avec un élément fantastique (une description générale qui pourrait correspondre tant à X-Files qu’à MillenniuM) et dont le personnage principal sera féminin.
Pour ce projet, Chris Carter est associé au studio MRC (Media Rights capital) qui recherche à développer des projets ciné et télé avec des créateurs de la ‘‘A-list’’, l’élite hollywoodienne. C’est MRC qui a vendu à Netflix, avec un engagement pour deux saisons complètes, la série de David Fincher House of Cards, avec Kevin Spacey dans le premier rôle.

De manière similaire, MRC espère vendre directement au moins une saison de Unique, sans passer par la case Pilote. L’idée de Unique trainerait dans la tête de Chris Carter depuis quelques temps, il l’a proposée à MRC plus tôt cette année. Le projet sera pitché aux diffuseurs potentiels prochainement. Chris Carter doit en être le producteur exécutif, et le scénariste et réalisateur du premier épisode.

L’information a été révélée par Hollywood Reporter et complétée par Deadline. Dans un paysage audiovisuel américain ou le fantastique de qualité a quasi-déserté les écrans - à l'exception, peut-être d'un épisode sur deux de Fringe - il ne peut s'agir que d'une bonne nouvelle.

X-Files 3: ça se précise

En novembre dernier, David Duchovny avait plus ou moins accidentellement craché le morceau lors d'une interview (notre billet X-Files 3: le travail d'écriture aurait commencé). "Il est en cours d'écriture. On attend juste le feu vert de la Fox, un peu échaudée par l'accueil relativement médiocre du deuxième volet," disait l'acteur.

Mais comme l'information n'était pas encore censée sortir, elle ne fut confirmée par personne, Spotnitz se fendant d'un "J'ai bien peur de ne pouvoir ni nier, ni confirmer" sur son blog, ce qui, traduit du langage hollywoodien, signifie en règle générale: c'est vrai mais rien n'est signé, nous avons donc l'interdiction de la part du studio d'en parler. Et dans une interview donnée en juin, Chris Carter laissait lui-même entendre que des développements étaient en cours autour du projet.

Aujourd'hui, un site affilié à la Fox, Fox all access dévoile quelques informations sur sa page Facebook, qui confirment qu'un troisième film est effectivement en développement:

"This is what we know as of now. Discussions for XF3 are happening. Nobody will go on the record as of now. But as we told a few months ago David D, Gillian, and Chris Carter are on board and a script is in the works. This is good news! THE STUDIO HAS NOT SAID NO to XF3 Trust me that is even better news."

"Voilà ce qu'on sait pour le moment. Des discussions pour XF3 sont en cours. Personne ne fera de déclaration sur le sujet pour le moment. Mais comme nous l'avons dit il y a quelques mois, David Duchovny, Gillian Anderson et Chris Carter sont impliqués et un script est en développement. C'est une bonne nouvelle! Le studio ne dit pas non à XF3. C'est une nouvelle encore meilleure!"

Une sortie fin 2012 - tout début 2013 est envisagée. Evidemment, la question du budget du film est au cours des négociations en cours. Pour une telle date de sortie, le tournage n'a pas absolument besoin de commencer avant au moins un an, il y a donc de très fortes chances pour que le petit jeu des allusions plus ou moins cryptiques dure encore quelques mois...

Deux heures avec Chris Carter

L'Archive of American Television, un programme de la Television Academy Foundation a effectué et mis en ligne un grand entretien avec Chris Carter. Une occasion rare d'entendre le créateur et showrunner de The X-Files, qui s'est fait rare dans les médias depuis le début des années 2000.

Comme le nom du site le laisse entendre, le but du site est d’amasser une archive de la télévision. L’entretien consiste donc à passer en revue l’ensemble de la carrière de Carter, en s’attardant principalement, bien sûr, sur son principal succès, The X-Files.

Malheureusement, l’entretien est conduit par quelqu’un qui doit s’approcher du record du pire interviewer de la planète, et qui ne relance pratiquement jamais un Chris Carter naturellement peu loquace. L’ensemble reste donc, malheureusement, bien trop à la surface des choses.

Chris Carter y révèle tout de même son idée initiale pour l’épisode final de The X-Files (la première partie aurait été consacrée à une uchronie décrivant un monde ou le service des X-Files n’aurait pas existé). Dans cet entretien réalisé en juin 2010, il évoque également la possibilité d’un troisième film X-Files, en des termes qui semblent loin d’un deny everything...

Vous pouvez voir cette entretien en vidéo en ouvrant la suite de ce billet :

Lire la suite

X-Files 3: le travail d'écriture aurait commencé

Une fois n'est pas coutume, le scoop est français. Dans une interview à TV Mag,questionné sur le statut du troisième volet cinématographique de X-Files, David Duchovny a en effet répondu ceci: Il est en cours d'écriture. On attend juste le feu vert de la Fox, un peu échaudée par l'accueil relativement médiocre du deuxième volet. L'erreur vient, selon moi, de ce que les auteurs s'étaient trop écartés des racines mêmes de la série. De plus, le film était sorti en plein été. Le troisième sera beaucoup proche de ce que le public attend, avec des conspirations gouvernementales, etc.

L'information n'a pas mis 48 heures pour faire le tour de la toile, et être relayée par les médias américains. On attendait donc la réaction de Frank Spotnitz, bras droit de Chris Carter sur X-Files, et déjà co-auteur et co-producteur des deux précédents films, et qui, contrairement à Carter, est très présent sur Internet via le site de sa société de production, Big Light. Voici donc ce que Spotnitz avait à dire:

I’m afraid I can neither confirm nor deny. I wish I could say more, but all I can say is what I’ve said all along: Don’t give up!

J'ai bien peur de ne pouvoir ni nier, ni confirmer. J'aimerais pouvoir en dire plus, mais tout ce que je peux, c'est répéter ce que j'ai toujours dit: N'abandonnez pas!

La mise en italique est d'origine, qui confirme la tonalité du message. Si jamais la citation de Duchovny était incorrecte et la rumeur simplement infondée, Frank Spotnitz la démentirait simplement, comme il a déjà indiqué de nombreuses fois depuis 2008 sur ce même blog que pour le moment rien ne se passait concernant l'éventuelle suite et conclusion cinématographique de X-Files. Mais c'est le studio qui a la responsabilité de la communication sur ses projets, et la communication n'est possible que lorsque les contrats sont bien signés, notamment. On n'en est pas là.

Et on risque de ne pas en être là avant un moment! S'il vise effectivement une sortie en novembre / décembre 2012, ce qui semble une évidence, le troisième film X-Files n'a pas forcément besoin d'entrer en tournage avant en janvier/février 2012 (les caméras ont commencé à filmer I Want to Believe en décembre 2007 pour une sortie en juillet 2008 -- mais la production de ce film avait été très accélérée par la grève des scénaristes). On a vraisemblablement devant nous au mieux quelques mois, au pire une année complète, de petites phrases cryptiques avant d'obtenir une confirmation définitive. On est donc partis pour revivre la période 2006 / 2007. Car Duchovny s'est tendu à lui-même un beau piège en faisant cette déclaration prématurée. Ni lui, ni Gillian Anderson ne vont plus pouvoir mettre un pied dehors sans qu'un journaliste ne tente de leur arracher des nouvelles du projet.

Evidemment, la production du film n'a rien acquise, le studio pouvant stopper à tout moment le développement.



Mais cette toute première annonce concernant X-Files 3 pose bien sûr une autre question que certains ne manqueront pas de soulever. La Fox pourrait-elle vraiment donner le feu vert à un troisième opus alors que le deuxième a été un tel bide?

Sauf que cette question est infondée! Évacuons vite la question de la valeur artistique du film. D'abord, je pense que le problème d'I Want to Believe a plus été sa totale inadéquation avec les attentes du public que sa qualité intrinsèque, mais même cela n'a guère d'importance: le studio s'en fout pas mal, de l'accueil critique du film, sinon les films du genre Transformers 12 ne se tourneraient pas.
Quand au box-office, le film avait un budget de 29 millions de dollars, auquel se sont ajoutés 5-6 millions de dollars de budget de promotion. Il a rapporté un décevant 21 millions de dollars sur le sol américain, mais s'y ajoutent 47 millions dans le reste du monde (la différence tend a confirmer que le film a souffert sur territoire US de sa sortie juste une semaine après The Dark Knight, succès phénoménal de l'été 2008). Soit un peu plus de 68 millions de dollars de recettes en tout. Ça fait 33 millions de dollars de bénéfice net! Un bide, ça perd de l'argent, ça n'en gagne pas! A cela, il faut encore ajouter les 16 millions de dollars de recettes de l'édition DVD. (Source.)

Je ne nie pas que ces résultats aient été décevants, et le chiffre US est même vraiment mauvais. Mais le film était une production à petit budget, perdue en pleine saison des blockbusters. Vu l'argent que le studio a investi au départ, il n'a vraisemblablement pas été si déçu que ça -- s'ils s'attendaient à 200 millions de dollars de recettes, ils auraient donné 100 millions de budget, c'est aussi simple que cela!

Les gens ont aussi tendance à oublier qu'un film X-Files n'est pas n'importe quel film, c'est un film issu d'une franchise. Un nouveau film qui sort, c'est l'occasion de ré-éditions de DVDs de la série, depuis très longtemps rentabilisés, dont le seul coût est donc celui de la fabrication et qui sont dès lors très profitables. Ce sont de nouvelles rediffusions de la série sur les chaînes à travers le monde, et encore des droits qui tombent dans la poche de la Fox. Ce sont aussi de nouvelles opportunités de relancer la vente de droits dérivés: une licence de X-Files en comics a été relancée dans la foulée du sortie de X-Files 2. L'opération est donc notablement plus profitable que ce que montrent les seules recettes du film en lui-même au box-office.

Et puis X-Files 3 sera une histoire différente de celle de X-Files 2. Il ne s'agit plus de poursuivre / relancer une franchise. Il s'agit de la conclure. The FINAL X-File. La promo sera déjà plus facile. En revenant à la thématique de l'invasion extraterrestre et de la conspiration gouvernementale, la franchise va revenir à quelque chose de plus proche du souvenir qui reste de The X-Files, et devrait donc être un peu plus en adéquation avec les attentes des gens.

La suite et fin s'écrira donc dans les deux ans à venir. X-Files a l'opportunité de trouver une conclusion finale en décembre 2012. Neuf mois avant de fêter le 20e anniversaire de son arrivée sur les écrans...

Chris Carter parle

Pendant longtemps, Chris Carter a été une personne publique. Le créateur de The X-Files, MillenniuM et Harsh Realm représentait ses séries. Et puis ça s'est atténué. Et puis Chris Carter a disparu. Du temps passé à faire du surf. Du temps passé sur des projets qui n'ont pas aboutis, d'autres qui n'ont pas encore aboutis. D'autres non-commerciaux et donc pas particulièrement destinés à être dans la lumière. Comme Carter l'a décidé pour lui-même. Il a goûté à la lumière. Il a choisi l'ombre.

Quand il a fallut faire la tournée des talk-show pour promouvoir The Lone Gunmen, reposant sur des acteurs dont la notoriété ne dépassait pas la niche des fans de la série, c'est lui-même qui s'en chargea. Même s'il n'était quasi pas impliqué dans cette série. C'était, de loin, la personne la plus connue du grand public dans l'équipe de The Lone Gunmen... L'annecdote dit beaucoup de la place qu'a occupé Carter dans les années 90. Elle dit aussi beaucoup de la folie qui a entourré X-Files, du fait que la machine médiatique en parlait si souvent, si intensivement, qu'elle a eu besoin de starifier le scénariste(!) -- les acteurs n'étant plus humainement capables d'assurer seuls la tournée du cirque médiatique.
Chris Carter, au départ, a embrassé cette folie. Comme l'a formidablement écrit Séverine Barthes (Les Obsessions de Chris Carter), la colonne vertébrale de son oeuvre est un propos dysfonctionnel sur la famille. Un propos qui, à la fois, sous-tend la narration, mais aussi est intégré à l'oeuvre par le biais du lien qu'elle a tissé avec son public, avec la famille des fans. Fans à qui Carter balançait in-joke et devinettes dans les épisodes, et à qui il rendit plus d'un hommage (noms de fans intégrés à des listes apparaissant à l'écran, épisode dédié à un fan très actif décédé, une autre devenue personnage de la série...)

Sauf qu'avec les fans, Chris Carter, s'est retrouvé avec quelque chose qu'il n'avait pas prévu: un groupe qui possède un rapport au lien familial encore plus dysfonctionnel que le sien. Après en avoir fait de Chris Carter un objet de culte - au sens religieux du terme, oui - le groupe, "l'entité" fan a grandi du stade de bambin en admiration à celui de l'enfant qui a besoin de tester jusqu'au il peut aller trop loin et inflige crises de nerfs, de jalousie, et déversement de violence. Chris Carter n'était, de toute évidence, pas émotionellement équipé pour y faire face. D'où son recul progressif dans l'ombre, d'où la mise en avant d'un Frank Spotnitz, devennu le porte-parole de Chris Carter. Celui qui, affectivement, était suffisemment structuré pour encaisser les coups et être l'écran filtrant.
D'où son envie d'une disparition, d'une cure de silence, son effacement après la fin de X-Files.

Toute l'oeuvre de Chris Carter peut se lire éclairée par son rapport innocent, enfantin, à l'émotion dans ses interractions avec l'autre. Ce n'est pas pour rien que le public geek s'y est retrouvé. Ce n'est pas pour rien que le même public n'a pas suivi quand le rapport de Carter à l'émotion - et son écriture de l'émotion - a progressivement mûri.

Même lorsque The X-Files: I Want to Believe est sorti, on a peu entendu Chris Carter. Et quand on l'a entendu, c'était dans un contexte de pure promotion qui ne laissa guère d'occasion d'approfondissement. Alors sa parole a retrouvé quelque chose de précieux.

Le blog de l'écrivain John Kenneth Muir publie une très intéressante interview de Chris Carter. Il y revient sur son oeuvre, le caractère unique de The X-Files, l'achétype du personnage masculin Carterien et son rapport à l'émotion (qui fait encore plus sens si on dit que pendant toutes ces années où Chris Carter bossait 15 heures par jour sur ses séries à Los Angeles, sa femme vivait à Santa Barbara...).
Moi qu'on a accusé de sur-interpéter I Want to Believe, dans ma longue critique dont j'assume encore chaque ligne, vous me verrez obligé de concéder que je suis content de lire Chris Carter exprimer clairement des éléments que je pointais, tel que le paralellisme volontaire entre le couple Mulder/Scully et le couple de "méchants" du film, dans leur jusqu'au boutisme amoureux.

J'ai aussi le sentiment que Carter pose le bon diagnostic à propos de l'accueil du film. Quelques critiques justifiées et un immense malentendu entre ce qu'ils avaient voulu offrir et les attentes de ce qui l'ont reçu.
C'est la limite de l'approche éternellement ambigüe de X-Files. A force de ne pas vouloir asséner explications et liens, Carter et son équipe ont créé une série au polysémisme paroxystique. Sept ans après la fin de la série, cette polysémie absolue couplée au filtre des souvenirs fait que chacun porte aujourd'hui en lui son propre X-Files. Et cet X-Files personnel, dans bien des cas, n'entretient qu'un rapport ténu qu'avec la série qui a changé le visage de la télévision.

Oui, je pense sincèrement que même si Carter sortait un absolu chef d'oeuvre sous la bannière The X-Files, il ne peut espérer au mieux que des critiques mitigées...

Don't give up - a very Scully X-File

Avant d'en revenir à notre programme habituel sur l'actualité des 1013 guys en-dehors des productions 1013 en elles-mêmes, petit arrêt par la case X-Files 2.

Qui veut encore y croire? C’est la question que pose peut-être un peu malgré lui « The X-Files : I Want to Believe », seconde adaptation cinématographique de « X-Files », dix ans après la première et six ans après la fin de la série. Chris Carter réalise le scénario qu’il a co-écrit avec Frank Spotnitz. Le texte qui suit est un – sans doute trop long – passage en revue critique de ce nouveau long-métrage, qui commence par essayer de le replacer dans son contexte, à savoir la série qui l’a précédé. Evidemment, c'est infesté de très gros, très vilains SPOILERS.

Lire la suite

Red carpet

Hier soir à Los Angeles, c'est à dire au coeur de la nuit en heure française, avait lieu l'avant-première mondiale de The X-Files: I Want to Believe. Le site officiel américain retransmettait en direct les évéments du tapis rouge à l'entrée du cinéma. L'occasion pour les têtes pendantes de 1013, Chris Carter et Frank Spotnitz, de répondre à quelques questions...

Un panel a d'abord réuni Chris Carter, Frank Spotnitz et les acteurs David Duchovny et Gillian Anderson. Ils ont répondu aux questions des fans présents sur place. Pour Frank Spotnitz, "toute cette année a été une révélation pour moi, en découvrant à quel point les gens aiment encore Mulder et Scully." Interrogé sur les difficultés de ce tournage, Chris Carter a répondu que "la neige a été la difficulté. Le reste, c'était facile."
Chacun d'eux a ensuite du résumer TXF:IWtB en un mot. Premier à parler, Spotnitz a utilisé le mot "gross" (dégoûtant). Chris Carter a rajouté "sweet" (agréable), Gillian Anderson "hot" (chaud), et David Duchovny "loyal" (loyal).

Quelques instants plus tard, de nombreuses personnalités ont défilé devant le micro de l'hotesse de cette retransmission en direct, Ellen Fox (ça ne s'invente pas), pour répondre aux questions posées par les fans par le truchement du site web. Le premier d'entre eux a été Chris Carter lui-même qui a notamment indiqué avoir été trop occupé cette année pour pouvoir surfer.

Pourquoi avoir changé d'avis alors qu'il indiquait au début que Mulder et Scully ne devraient pas finir ensemble?
Cela fait 17 ans que j'ai une relation avec ces personnages. Cela fait 16 ans qu'ils se sont rencontrés. Je pense qu'il était temps pour un hook-up.

Qu'est-ce qui est différent dans ce film?
Nous l'avons situé ici et maintenant. Il y a donc de petites référence aux événements et situations de notre époque. Les choses ont changé dans la mesure où nous n'en avons pas fait pendant longtemps: les personnages de Mulder et Scully ont évolué. Mulder ne s'est pas vraiment adouci, mais il s'est un peu reclus.

Verra-t-on d'autres personnages de la série?
Si vous êtes un fan, vous ne serez pas insatisfait.

Quel est votre épisode préféré?
Il y a eu 202 épisodes. Je ne peux pas en avoir un préféré! (Après qu'Ellen Fow ait insisté :) Je dirai que mon épisode préféré est Beyond the Sea.

A propos du fait de tous se retrouver :
Nous étions tous plus frais. Cette absence, cela a été l'opportunité de prendre de longues vacances et d'y revenir avec un approche renouvellée.

Les fans vont-ils aimer le film?
On ne peut pas satisfaire tout le monde. Mais nous avons pensé à vous et nous vous avons en quelque sorte tendu la main.

Deuxième dans la ligne, Frank Spotnitz a d'abord répondu à cette même question:
J'espère que les fans vont aimer ce film, parce qu'il est à propos de Mulder et Scully, qui ont toujours été la force première de The X-Files.

Il a expliqué par ailleurs qu'il s'identifiait bien avec les fans, rappellant qu'il avait lui-même regardé la première saison en tant que spectateur et fan, avant d'intégrer l'équipe.

Etait-ce difficile de revenir à l'écriture de The X-Files?
Ce n'était pas vraiment difficile. Chris et moi nous sommes reconnectés avec les personnages très rapidement, et cela nous a même un peu surpris. Le principal problème a été que cela n'était qu'un film, et que nous ne pouvions écrire qu'une histoire alors que nous avions tellement de choses à dire.

Pourquoi X-Files est si populaire?
The X-Files s'intéresse à ce qu'on ne peut comprendre. Chacun de nous, même les sceptiques comme moi, savons qu'il y a plus dans le monde que ce qu'on peut y voir du premier coup d'oeuil.

D'où viennent les idées? Avez-vous déjà souffert d'une absence d'inspiration?
Je lis beaucoup de journeaux, de magazines de science. Et sinon, je repense à ce qui m'effrayait quand j'étais enfant.
Je n'ai jamais eu de blocage d'inspiration. Si vous avez une deadline, vous ne pouvez pas. Il n'y a rien de tel qu'une deadline pour clarifier l'esprit.

Mulder et Scully auront-ils d'autres enfants?
Et bien, ils ont un grand trou au coeur, parcequ'ils ont eu un enfant qu'ils ont du abandonner. Quand à savoir s'ils en auront d'autres, il faudra regarder la suite pour le savoir.

Le mystère "Fencewalker"

"Le fait de me remettre au travail m'a donné l'envie de travailler à d'autres projets en parrallèle. Je crois que je fonctionne ainsi, je travaille sur plusieurs choses en même temps." -- Chris Carter

La rumeur est née quelque part dans le courant de mai, avant d'enfler dans les semaines suivantes. Chris Carter, alors même que The X-Files : I Want to Believe se trouvait encore en post-production, serait au travail sur un prochain long-métrage dont le tournage se déroulerait en grande partie à Bellflower, Californie -- la ville de la banlieue de Los Angeles dans laquelle il a lui-même grandi.

Cette rumeur a initialement rencontré une certaine incrédulité devant les conflits d'emploi du temps qu'elle semblait suggérer. Mais, après cinq années de vacances somme toute plutôt méritées, il semble bien que Chris Carter ait renoué avec ses habitudes d'antan. Le très sérieux Hollywood Reporter a en effet officialisé les choses et tranformé la rumeur en information le 25 juin dernier : Carter a réalisé entre avril et début juillet le film Fencewalker, d'après un scénario qu'il a lui-même écrit.



Evidemment, la promotion de TXF:IWtB a obligé Carter a répondre à des questions sur ce projet. Pour l'instant, il n'a cependant dévoilé que peu d'informations. Voilà ce que l'on peut dire sur Fencewalker à ce jour :

  • Le film est une production indépendante auto-financée par Chris Carter. C'est un projet personnel qui lui est cher et qu'il a pris le parti de développer par lui-même. La conséquence en est qu'aucun distributeur n'est pour l'instant attaché au film. Il est donc à l'heure actuelle difficile de dire dans quelle mesure ce film sera montré. Au pire, il pourrait n'être diffusé qu'à l'occasion de festivals de films indépendant. Néanmoins, Chris Carter reste quelqu'un de relativement connu, et cela facilitera grandement les chances de Fencewalker de bénéficier de réseaux de distribution plus massifs.
  • Chris Carter a nié que Fencewalker soit à proprement parler auto-biographique. Ce qui est vrai, c'est que l'histoire se situe dans une ville qui ressemble beaucoup à celle dans laquelle il a grandit. D'où le fait qu'il ait choisit de tourner précisemment là -- et c'était d'autant plus faisable que Bellflower se situe dans la banlieue de Los Angeles et qu'il restait donc possible à Carter de faire de fréquents allers-retours avec les bureaux de post-production de TXF:IWtB.
  • Il peut donc être intéressant de lire Carter parler de sa ville. Voici ce qu'il disait de Bellflower dans une interview à Rolling Stone en février 1997 : "La plupart des gamins avec qui je suis allé au Lycée habitent toujours cette même ville. La peur des étrangers, la peur de l'autre était vraiment réelle et puissante dans ma ville. J'ai grandi avec un type qui était certainement l'un des gamins les plus intelligent du Lycée, et qui était aussi un athlète. Et un soir, alors que nous avions 18 ans, nous sommes allés en voiture jusque Westwood (un endroit assez chic tout proche de Los Angeles). Notre ville n'était qu'à 20 miles de là. On se trouvait à un restaurant, il a regardé autour de lui et il a dit : 'On est pas à notre place ici'. Voilà la distance que cette demi-heure de route avait créée. Il avait le sentiment que ces gens étaient sophistiqués et intelligents, qu'ils savaient des choses que lui ignorait. Alors il avait peur d'eux."
  • Les personnages principaux du film seront des Lycéens. Fencewalker est une histoire sur le passage à l'âge adulte. La question du racisme serait également un thème central, en lien probablement avec cette idée de peur de l'autre. Le personnage principal du film, Noir, aurait pour petite amie une jeune fille Blanche. La politique jouerait également un rôle dans cette histoire. Certaines rumeurs indiquent que ce personnage principal pourrait avoir l'ambition d'une importante carrière politique -- ou en tout cas que l'on aurait cette ambition pour lui.
  • La distribution du film telle qu'elle est connue à ce jour se compose des acteurs suivants : Mehcad Brooks, Katie Cassidy (le couple central), Natalie Dormer, Alvin 'Xzibit' Joiner et Derek Magyar. Xzibit a bien sûr un rôle important dans le nouveau film X-Files. Les autres sont pour la plupart des acteurs connus pour leur travail à la télévision. Certains échos non-confirmés font également état du fait que Robert Patrick aurait un petit rôle. Ce qui serait plutôt dans la lignée des habitudes de Chris Carter, qui aime à garder autour de lui sa famille filmique. De la même manière, nombre de membres de l'équipe technique sont des noms familiers aux fans des productions 1013, dont le plus connu est sans doute celui de Michelle McLaren (co-productrice exécutive de X-Files du milieu de la saison 7 à sa conclusion).
  • Certains membres de l'équipe ont indiqué que le long-métrage ne devrait être visible qu'en 2009 (ce qui semble cohérent avec l'idée qu'il faut encore le monter, le mixer, le vendre à un distributeur, et que celui-ci fixe une date de sortie).